La France a exporté moins d’électricité en 2012

Selon le dernier bilan électrique publié par le Gestion du Réseau de Transport d’Electricité (RTE), la consommation brute française d’électricité a augmenté de 2,1 % en 2012 par rapport à 2011, en raison notamment d’une année plus froide.

Cette hausse reste perceptible chez les particuliers et professionnels (+2,4%) alors que la consommation du secteur industriel (-4% pour la grande industrie) et des PMI/PME (-1%) baisse sous l’effet de la crise économique.

Quant à la production française d’électricité, elle est en légère baisse (-0,3%) marquée par un recul des productions nucléaire (-3,8%) et thermique (-7%) et une augmentation des énergies renouvelables (+23,4% hors hydraulique). Le solde français des échanges aux frontières reste exportateur mais diminue ; en 2012, la France reste le pays le plus exportateur de l’Europe de l’Ouest.

RTE indique la poursuite de ses investissements (1.440 ME en 2013 contre 1.361 ME en 2012) afin de compenser les fortes disparités énergétiques régionales et optimiser les échanges entre pays européens.

La France a exporté moins d'électricité en 2012

En données brutes, la consommation d’électricité a augmenté de 2,1% en 2012 et atteint 489,5 TWh [1], essentiellement en raison d’une année plus froide qu’en 2011 et, de plus, bissextile. Corrigée de ces effets, la consommation française annuelle d’énergie électrique se stabilise autour d’une valeur de 480 TWh par an (hors variations spécifiques du secteur énergie).

L’analyse des tendances par secteur montre cependant une évolution contrastée. La consommation de la grande industrie continue à baisser à un rythme de 4% par an tandis que celle des PMI/PME ne présente qu’un recul plus modéré, de l’ordre de -1%. A l’inverse, la consommation des particuliers et professionnels continue de progresser régulièrement à +2,4% par an.

La France a exporté moins d'électricité en 2012

A l’occasion de la vague de froid exceptionnelle de février – parmi les trois plus sévères des trente dernières années – la pointe de consommation a atteint 102.100 MW [2] le 8 février à 19h. L’écart entre la pointe et les plus basses consommations, en creux de nuit d’été, n’a jamais été aussi élevé.

La production française d’électricité est de 541,4 TWh, en légère baisse de 0,3% par rapport à 2011. Le parc de production total installé en France a augmenté de 1.865 MW, essentiellement grâce au développement du photovoltaïque et de l’éolien.

Les parcs éolien et photovoltaïque atteignent respectivement 7.500 et 3.500 MW, malgré un certain ralentissement de leur développement. Combinée à une production hydraulique meilleure qu’en 2011, la part des énergies renouvelables au mix électrique français augmente et atteint 16,4 %, valeur la plus élevée des 5 dernières années.

La France a exporté moins d'électricité en 2012

La production nucléaire est en retrait de 3,8% par rapport à 2011. Elle représente 74,8% de la production totale. La production thermique classique diminue de 7 %. La production des centrales à charbon a augmenté alors que celle des cycles combinés au gaz a diminué. Cela s’explique par la baisse du prix du charbon sur les marchés mondiaux, associée à un coût du CO2 très bas.

La France reste le pays le plus exportateur en 2012 sur l’Europe de l’ouest, à hauteur de 44 TWh, toutefois en retrait de 21% par rapport à 2011.

Comme en 2009 et 2010, le solde des échanges est à nouveau importateur depuis l’Allemagne, à hauteur de 8,7 TWh. En Allemagne, l’essor du photovoltaïque et la compétitivité de la production à partir de charbon ont en effet permis de compenser la réduction de la production nucléaire depuis l’arrêt de sept réacteurs en 2011.

A l’inverse, les volumes d’exportations françaises sont en hausse marquée vers la Belgique et dans une moindre mesure vers l’Italie, l’Angleterre et l’Espagne.

L’année 2012 confirme les bons résultats obtenus ces dernières années en matière de qualité de l’électricité, avec un faible temps de coupure des clients de RTE

[1] 1 TWh = 1 térawattheure = 1 milliard de kWh = 1 milliard de kilowattheures

2 1 MW = 1 mégawatt = 1 million de watts

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

16 Commentaires sur "La France a exporté moins d’électricité en 2012"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Babase
Invité

Sera surement analysé et commenté finement par les pro-nuc et les pro-enr, mais on peut souligner : – augmentation de la production Enr et diminution du thermique, corrélé ou pas ? – nos copains allemands sorte du nucléaire et reste exportateur vers nous

Dan1
Invité
En ce moment le couple franco-allemand échange beaucoup dont l’électricité. Le solde exportateur de l’Allemagne vers la France, ne doit pas être analyser uniquement en terme de défaut de capacité en France (même si nous pouvons parfois atteindre les limites). Le communiqué de RTE est clair à cet égard : La France reste le pays le plus exportateur en 2012 sur l’Europe de l’ouest, à hauteur de 44 TWh, toutefois en retrait de 21% par rapport à 2011. “Comme en 2009 et 2010, le solde des échanges est à nouveau importateur depuis l’Allemagne, à hauteur de 8,7 TWh. En Allemagne,… Lire plus »
energiestr
Invité
Le record de consommation ainsi que l’augmentation de la consommation des particuliers sont dus à la vague de froid, mais également à l’installation massive de pompes à chaleur à air. Les fabricants mettent en avant le coefficient de performance à 7°C, mais “oublient” de dire que ce coefficient s’effondre par grand froid. Les PAC à air deviennent alors de simple radiateurs à effet Joule. Le résultat est que l’augmentation de la puissance nécessaire n’est plus proportionnelle à la différence de température, mais bien plus rapide. Ce type de chauffage coûte donc très cher à la collectivité. Les pompes à chaleur… Lire plus »
@dan1
Invité

Notre système électrique ultra tributaire du chauffage élec fait que les allemands ont interet à continuer à produire massivement des TWh de charbon. Pourquoi s’en priveraient-ils puisque nous en avons besoin et sommes prêts à payer cher pour cela? le chauffage élec est décidement ultra polluant. Autant le remplacer par du gaz et de l’isolation.

Dan1
Invité
On ne va pas revenir sur le contenu en CO2 du chauffage électrique, aucune démonstration argumentée ne permettra de prouver que globalement c’est ultrapolluant (ça c’est la propagande). Mais le chauffage électrique à d’autre défaut que le CO2. Ceci dit, l’augmentation des appels en puissance quand il fait froid est bien réel (et très étalé sur la journée, ce n’st pas une pointe horaire et il y a u déphasage), de même qu’il existe un pic de consommation de gaz : Par exemple le 17 janvier, la France a consommé 2,94 TWh de gaz dont 2,16 pour la consommation publique.… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
Ce qui va être interessant à suivre dans les années qui viennent, c’est la négociation du virage un peu compliquée que devront avoir à effectuer les tenants du “chauffage electrique ultra-polluant” alors que certains voisins souvent montrés en exemple vont de plus en plus en prendre le chemin (disons plus généralement sur des usages thermiques de l’électricité).. Même en France, chez les “nains” des renouvelables gouvernés par le Corps des Mines, il y a des indices: entre Noel et le jour de l’an, s’il n’y avait pas eu nos braves cogen gaz subventionnées, l’électricité francaise ( et donc le chauffage… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

J’ai juste oublié de dire que sur la semaine en question, l’éolien a fourni très régulièrement environ 4000MW (pour un peu moins de 8000MW installés). Ce n’est bien sûr pas toujours le cas, c’était le cas cette semaine là. Il va bien falloir trouver les moyens de gérer l’intermittence dans les pays très équipés en renouvelables, et les usages thermiques sont les plus simples et les moins cher à mettre en oeuvre.

Dan1
Invité
Hé oui, j’ai la tristesse de constater que les adorateurs du CO2 du chauffage électrique sont aux abonnés absents en plein coeur de l’hiver. C’est quasiment une désertion après avoir inondé les forums avec force note ADEME-RTE et des 600g/kWh à longueur de commentaire. Pourtant c’était une vache sacrée qui semblait bigrement solide puiqu’on nous annonçait à grand renfort de trompette que plus on installait de chauffage électrique et plus le contenu en CO2 du kWh français allait augmenter. Les théoriciens avait d’abord inventé la méthode du contenu marginal, puis du contenu marginal en développement (notamment pour tenir compte du… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Quand vous dites “pauvre vache”, vous ne faites pas référence à Mme Rivasi, j’espère? Ce ne serait pas élégant….

Dan1
Invité

Ha, ça c’est vache ! Non, je m’inquiétais uniquement pour nos propagandistes qui perdent petit à petit leurs vaches sacrées… de quoi vont-ils vivrent ? Remarquez, la reconversion est toujours possible, il paraît que Greenpeace va au charbon maintenant !

Dan1
Invité
Un lien vers l’article de Sylvestre Huet à propos du bilan 2012 de RTE : Il écrit notamment : “Faibles, avec 26,4 millions de tonnes, les émissions de CO2 ont toutefois augmenté, pour l’essentiel en raison d’un recours plus fréquent aux centrales à charbon au détriment des centrales à gaz, un choix dicté par l’évolution des prix des deux matières.” On voit donc que certains choix dus à l’économie de marché vont à l’encontre des objectifs de réduction des émissions de CO2. Mais ça c’est en France. Il écrit aussi : “L’Allemagne est le seul pays à afficher un solde… Lire plus »
Dan1
Invité

Le chauffage électrique n’a pas reculé globalement. On en a moins installé c’est tout….

Sicetaitsimple
Invité

Le recul probable du chauffage electrique (hors PAC) dont vous parlez ne concerne que les nouvelles constructions, ce qui a à court terme ne risque pas d’avoir une influence significative quelconque compte-tenu du taux très faible de renouvellement du parc immobilier d’une part et que par ailleurs ( démographie, mélage uniparentaux,…) le nombre de foyers augmente. C’est effectivement différent en Allemagne où la baisse de la démographie doit, en comparaison, amener des pourcentages de réduction “automatiques”.

Momo1
Invité

Ces echanges d’infos + liens associes + commentaires tres corrects + analyses tres valables me plaisent beaucoup Enorme avantage des Pays riches et energetiquement gaves que de pouvoir se faire ce plaisir …. ailleurs c’est penuries et pauvretes pour ne pas dire miseres des moyens de productions …. et farouche volonte de devenir ” comme les Occidentaux ” ! … et vite ! Qui vivra verra Bonne annee 2013 a tous ” de bonnes volontes “

Jp l
Invité

Il est à parier que la loi sur la transition ver un système énergétique sobre va favoriser le chauffage individuel au fioul en le mettant hors de portée du système de bonus malus, sachant que pour l’automobile ce système a fonctionné en incitant les acheteurs. Cette mise à l’écart discrédite l’ensemble du dispositif envisagé.

Sicetaitsimple
Invité

Encore un WE d’hiver où grace (à cause?) notamment à une production éolienne importante, le chauffage electrique francais va être quasiment CO2 free…. C’est vraiment à desespérer……Que va pouvoir raconter Mme Rivasi?

wpDiscuz