L’Australie subventionne la géothermie profonde

En 2004, le gouvernement fédéral a établi un fond de 500 millions de dollars australiens destiné à encourager les investissements privés dans les technologies à émissions réduites de gaz à effet de serre.

Il est prévu d’allouer un certain nombre de subventions d’une valeur comprise entre 50 000 et 5 millions de dollars à des projets en phase de développement, ou au stade de commercialisation, sur une période de 7 ans.

La géothermie dite des "roches chaudes sèches" (Hot Dry Rock – HDR) ou "roches chaudes fracturées", a été identifiée comme étant un secteur prometteur pour le futur énergétique du pays. Ce type de géothermie exploite la chaleur générée par la décomposition de radioélements présents dans des granites profonds. Le procédé permettant de récupérer cette chaleur consiste à fracturer les roches profondes et chaudes, et à injecter ensuite de l’eau froide entre un puits injecteur et un puits producteur, créant ainsi un échangeur thermique souterrain en profondeur.

Une subvention de 5 millions de dollars australiens a été allouée à la société Petratherm Ltd pour continuer à développer le projet de géothermie HDR de Paralana, dans les monts Flinders, en Australie Méridionale. En raison d’un gradient géothermique exceptionnel (200°C entre 3 et 4 km de profondeur), Petratherm envisage de créer l’échangeur thermique dans les couches sédimentaires chaudes et isolantes à une profondeur de 3 à 4 km plutôt que dans les granites qui sont beaucoup plus profonds et durs. Ce nouveau modèle a l’avantage de réduire considérablement le coût du forage et des risques associés.

La Petratherm prévoit, dans un premier temps, de développer une centrale géothermique de puissance électrique d’environ 7.5 MW pour alimenter en électricité la mine d’uranium de Beverley qui est située à 11 km du site.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz