Le marché du gaz peine à s’ouvrir en france

Le Collectif Libre Choix créé en 2008 à l’initiative d’acteurs alternatifs opérant dans différents secteurs d’activités font le constat que la concurrence en France, "en dépit des discours et des bonnes résolutions" ne fonctionne pas.

Les objectifs de ce Collectif sont de révéler "la dominance persistante de monopoles dans des secteurs réputés concurrentiels et ses effets négatifs sur la hausse des prix et la croissance économique", de "faire comprendre aux Français les dangers liés aux situations de monopoles et les bénéfices de la concurrence" et de "dégager des idées de mesures transversales afin de favoriser la libre concurrence dans les secteurs de l’énergie, des télécommunications et des services postaux".

Ainsi, Le Collectif Libre Choix dénonce la complexité excessive du cadre réglementaire du marché de la fourniture d’énergie. "La possibilité de retour d’une nouvelle offre à son ancienne offre historique, c’est-à-dire le tarif réglementé, est régit par des règles révélatrices de cette complexité".

Différence de traitement entre le gaz et l’électricité.

La loi du 21 janvier 2008 permet aux particuliers qui ont choisi une nouvelle offre pour leur électricité et leur gaz naturel de revenir au tarif réglementé, après 6 mois pour l’électricité et ce jusqu’au 31 décembre 2009 ou sauf à déménager pour le gaz.

Dans ce contexte, Le Collectif affirme que "le recrutement de nouveaux clients devient de plus en plus difficile, voire périlleux pour les fournisseurs alternatifs".

En effet, les chiffres montrent une certaine réticence de la part des usagers à opter pour des opérateurs alternatifs de gaz : 11% des consommateurs de gaz ont un contrat en "offre de marché" gaz : La moitié de ces consommateurs sont chez GDF SUEZ, près de 40% chez EDF. Les nouveaux entrants gaz (non historiques) ont moins de 2 % du marché, plus de 2 ans après l’ouverture du marché avec cependant des offres plus compétitives.

Le marché du gaz peine à s'ouvrir en france

Ces chiffres montrent que le duopole historique garde un capital image très marqué auprès des consommateurs français. En conséquence, le Collectif Libre Choix demande "des règles fluides de circulation entre les nouvelles offres et les tarifs réglementés, en électricité et en gaz, sans contrainte de délai".

 Voir également : la situation du marché de l’énergie en France au 3ème trimestre 2009

** Les membres du Collectif Libre Choix : Adrexo // Altergaz // Gaz de Paris // IMX // Reliance Globalcom // TELE2 Mobile

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Le marché du gaz peine à s’ouvrir en france"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Vinicaurel
Invité

…si les prix de vente pour le particulier étaient dans la moyene européenne. En effet, nos prix sont parmi les plus bas d’europe, aussi tout opérateur alternatif se retrouve confronté avec une situation de très faible marge que les opérateurs historiques compensent par le volume de clients.

wpDiscuz