Enerzine

L’énergie photovoltaïque et la facture d’électricité (I)

Partagez l'article

Une grande partie de l’argumentation sur laquelle se fonde le rapport de l’IGF (mission dirigée par M. Jean-Michel Chapin) repose sur une affirmation simple : l’explosion du photovoltaïque en France fait peser sur le portefeuille des Français un risque majeur.

Le rapport n’explique pas pour quelle raison ce risque n’a pas été identifié ni par l’Allemagne (avec son marché photovoltaïque 40 fois plus développé), ni par l’Espagne (12 fois plus développé), ni par le Japon, (10 fois plus développé), ni par les Etats-Unis (6 fois plus développé), ni par l’Italie (4 fois plus développé), ni par la République Tchèque (2 fois plus développé), ni par la Belgique (1,5 fois plus développé).

Il convient donc de remettre un peu en perspective cette assertion et d’en étudier plus précisément les tenants et les aboutissants.

Il existe en fait 3 approches différentes d’évaluer l’éventuel surcoût de l’énergie photovoltaïque en France, surcoût affecté à la CSPE(1) payée par tous les consommateurs d’électricité en France :

Un calcul basique de hausse de cette CSPE en fonction des scénarios retenus, à comparer avec les hausses de tarifs imposées par les autres énergies (en particulier le nucléaire),

Un calcul réaliste qui repose sur les mêmes hypothèses, mais dans un environnement de hausse annuelle du prix de l’énergie, fixée par la loi,

Un calcul analytique du surcoût du photovoltaïque en évaluant de manière plus précise le coût de référence à retenir.

Et ces 3 méthodes de calcul aboutissent à la même conclusion : non seulement l’enjeu de la filière photovoltaïque dans l’augmentation de la facture d’électricité des français est minime (de 0,4 à 1,2% par an selon les scénarios), mais elle est surtout dérisoire par rapport aux augmentations du tarif qui sont demandées chaque année par EDF de façon à financer les surcoûts exorbitants de la filière nucléaire sans diminuer sa rentabilité boursière.


1. Calcul basique : dans les 10 années qui viennent, la facture d’électricité devrait augmenter du montant de la CSPE générée par l’émergence du photovoltaïque

Avant tout, voici un petit rappel : la CSPE, mise en place dans la loi du 10 février 2000, permet à EDF d’être compensé pour les surcoûts liés à la mission de service public qui lui est attribuée sur cinq grands postes :

– la fourniture d’électricité au tarif social pour les personnes en situation de précarité.
– l’obligation d’achat liée aux contrats tels que le diesel dispatchable, les appel d’offres etc.,
– l’obligation d’achat de l’électricité produite par les énergies renouvelables (dont l’hydraulique, l’éolien, le solaire….),
– l’obligation d’achat de l’électricité produite par la cogénération,
– la péréquation tarifaire, c’est-à-dire le surcoût de la production électrique dans certaines zones non interconnectées au réseau (Corse et départements d’outre-mer),

Sa décomposition sur les 7 dernières années était la suivante (2) :

L'énergie photovoltaïque et facture d'électricité (I)

Le financement des énergies renouvelables (éolien et photovoltaïque) ne constitue donc qu’une partie mineure de cette CSPE, contrairement à la péréquation tarifaire et à la cogénération qui en sont les deux principales. Le photovoltaïque lui-même, ne représente en 2010 que 5,7% de cette CSPE(3), soit environ 1 € pour une facture moyenne d’un foyer français (hors chauffage).

Si l’on s’attache maintenant à calculer l’augmentation de cette CSPE, toutes choses égales par ailleurs, on obtient les 3 scénarios suivants (4), qui présentent la part de la CSPE liée au photovoltaïque (en vert foncé) dans la facture annuelle d’un ménage :

[ Cliquer sur les graphiques pour zoomer ]

L'énergie photovoltaïque et facture d'électricité (I)
Scénario du Grenelle de l’Environnement – puissance produite par l’énergie photovoltaïque : 5,4 GWc en 2020
 
 
Proposition de l’Association Hespul – puissance produite par l’énergie photovoltaïque : 11 GWc en 2020
 
Proposition de l’Association Hespul – puissance produite par l’énergie photovoltaïque : 11 GWc en 2020

 

Scénario « catastrophe » du rapport Charpin – puissance produite par l’énergie photovoltaïque : 5,4 GWc en 2011 et 17 GWc Wc en 2020
 
Scénario « catastrophe » du rapport Charpin – puissance produite par l’énergie photovoltaïque : 5,4 GWc en 2011 et 17 GWc Wc en 2020

Soit des hausses moyennes sur 10 ans de la facture d’électricité d’un ménage de :

– 0,4% dans le premier scénario,
– 0,8% dans le scénario préconisé par l’association Hespul (doublement de l’objectif du Grenelle de l’Environnement),
– 1,2% dans le scénario présenté comme catastrophique par M. Charpin dans son rapport.

Des chiffres qui sont significativement inférieurs à l’inflation moyenne anticipée pour les 10 prochaines années et qu’il convient de comparer avec les demandes répétées de la part des dirigeants d’EDF pour augmenter le bloc principal de la facture d’électricité, le tarif d’électricité (en bleu sur les graphiques précédents) :

– Hausse de 3% pour les particuliers et de 4,5% pour les entreprises cet été,
– Voire même une hausse de 20% d’ici à 2012 comme cela avait été officiellement demandé en juillet 2009 par l’ancien PDG du groupe, Pierre Gadonneix.

En conclusion, même avec une approche « simpliste » du calcul du surcoût de l’électricité photovoltaïque, on découvre que l’enjeu est minime, que ce soit au regard de l’inflation et surtout en comparaison des hausses qu’EDF fait approuver régulièrement par l’Etat pour couvrir ses besoins sans cesse réévalués d’entretien, de démantèlement et de réinvestissement de ses centrales nucléaires.

Auteur :

David Guinard, Directeur Général de Photosol


Notes :

1 Contribution au Service Public d’Electricité
2 Source : Commission de Régulation de l’Energie, rapport d’activité 2009
3 Source : Tecsol
4 Hypothèses : facture moyenne d’électricité hors chauffage de 500 € (Rapport Charpin), montant de la CSPE pour 2010, 2,4 milliards d’Euros


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    63 Commentaires sur "L’énergie photovoltaïque et la facture d’électricité (I)"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Tedtlse
    Invité

    Il faudrait que votre article soit relayée par d’autres sites/médias pour informer les francais car ils ont completement étaient désinformés et tous les médias ont prétexté l’augmentation de la CSPE pour baisser les tarifs..

    Jp du carladez
    Invité

    Le surcoût du renouvellable dans la CSPE est la difference entre le tarif de rachat (élevé pour le PV et l’éolien) et le prix du marché de l’électricité. Ce dernier en baissant depuis 2008 (malgré toutes les annonces d’envolées des prix des échanges!) augmente la part du renouvellable dans la CSPE.

    michel123
    Invité
    Il est clair que tant que la part du photovoltaique reste négligeable le surcoût reste lui aussi négligeable. Comment une énergie achetée entre 10 et 18 fois plus cher que l’électricité de base(nucléaire ) pourrait elle être neutre sur la facture ? On peut rajouter la remise à neuf des vieilles centrales (500 millions d’euro par centrale) ou le démantellement en fin de vie (500 millions d’euro également) cela reste de l’ordre de 15% du prix d’une centrale neuve (3 milliards d’euro pour une tranche de 1000 MW ) . Il reste une sacrée marge de rentabilité. Il est beaucoup… Lire plus »
    beuhji
    Invité

    Merci Enerzine, c’est du bon boulot !

    michel123
    Invité

    quelle marge de manoeuvre reste t il à cette énergie si le prix de l’installation reste incompressible ? L’intérêt de l’éolien c’est de produire la nuit et de compenser les baisses de vent d’une région à l’autre voire d’un pays à l’autre(europe ) ce que ne peut faire le photovoltaique à moins de tirer des lignes transcontinentales

    Bilo
    Invité

    La marge de manœuvre réside principalement dans les performances a venir des modules(déjà 40% de rendement en labo sur certaine techno) donc plus de puissance pour une taille d’ installation comparable

    Al
    Invité
    Michel, ce n’est sûrement pas grâce à des gens comme vous que l’éolien a pu atteindre les coûts au kWh que vous défendez tant. Car ce moyen de production a subi à peu près les mêmes contraintes à ses débuts que celles rencontrées par le PV aujourd’hui. Le PV suit en effet la même trajectoire avec environ 7 années de décalage, alors si vous pensez que l’éolien est aujourd’hui une bonne solution dans le mix énergétique français, accordez une chance au PV avant de vouloir le tuer dans l’oeuf! Vous nous parlez du prix de l’électricité en Allemagne, mais que… Lire plus »
    beuhji
    Invité

    Produire la nuit, le nucléaire sais très (trop) bien le faire si bien qu’on est obligé de brader le kWh (faux prix). Comme le désigne le mot MIX, il est bien imprudent de compter sur une seule énergie, la philosophie des énérgies renouvelables repose justement sur la multiplicité des sources, l’égalité n’est pas encore pour aujourd’hui …

    pinzut
    Invité

    Dans tous les cas le gouvernement Français a prévu d’aligner le prix de l’électricité sur la moyenne Européenne (environ 20cts/kwh)… ils cherchent à se justifier c’est tout. cela mis à part, je pense qu’il est nécessaire d’augmenter significativement le prix de l’électricité (qu’il y ai une raison ou pas) pour inciter la population à maîtriser ses consommations, et donc de limiter l’utilisation de ressources naturelles!

    trimtab
    Invité

    « ce que ne peut faire le photovoltaique à moins de tirer des lignes transcontinentales…… » Mais c’est déjà fait ? Je même lu récement ici sur Enerzine que la Turquie ‘s’atteler’ aux reseau UCTE, que traverse donc toute ‘l’europe’ de l’ouest en est (sens de ‘l’exportation’ solaire – voir ma réponse à sicetaitsipmle aujourd’hui) Aujourd’hui c’est (presque) déjà demain ? trimtab

    Solars-a
    Invité

    A quand,alors,des lignes trans-continentales Amérique-Europe(notamment Nord-amérique jusqu’en Europe)?? Sauf que: Ce serait très trés cher en investissements et présenterait des lourdes pertes sur les trés longues distances en questions.

    trimtab
    Invité

    Mais par le detroit de Bering USA – Russie (90kms !) pour ‘boucler la boucle’ dans l’autres sens ! trimtab

    Dm
    Invité
    J’ai toujours trouvé étonnant qu’on refuse à des professionnels passionnés par leur métier, le droit de « défendre leur bout de gras » ! EDF et le lobby nucélaire le font bien depuis des années avec des résultats visiblement très efficaces si j’en crois vos commentraires Michel123 ! Sur la compétitivité entre le solaire et le nucléaire, je vous invite à lire les nombreuses études qui sortent en ce moment et qui remettent un peu en cause vos affirmations comme celle-ci : Certes, cette étude porte sur un état américain où l’équilibre énergétique est différent du nôtre, mais la tendance est mondiale… Lire plus »
    Anne l.
    Invité

    Bien que travaillant moi-même dans le nucléaire, je ne peux qu’être d’accord avec l’article. La collectivité (ou les clients d’EDF) subventionne le nucléaire (depuis 40 ans) au delà de toute logique ! Au passage, le tarif d’intégré au bâti a été supprimé par la loi en janvier dernier, donc je sais que vous travaillez dans le PV, mais je vous dis ça juste au cas où vous auriez laissé passer l’info !

    Anne l.
    Invité

    Tarif intégré au bâti supprimé pour les installations industrielles uniquement, bien entendu (les particuliers bénéficient encore du tarif à 58 cents).

    michel123
    Invité
    J’en vois trois trés prometteuses 1- Le bois énergie déja rentable et qui ne demande qu’une petite aide pour accélérer le développement d’une énergie qui ne demande que peu de transformations (granulés , plaquettes , séchage ) et ne demande ni engrais ni pesticides . Il permet également stockage et délivrance à la demande 2 – le solaire thermodynamique encore cher mais qui présente un potentiel d’amélioration évident . Lui aussi : possiblités d’accumulation ce qui élimine les lignes transcontinentales (+de 12 00 KM pour produire la nuit )ou l’installations d’accumulations(trés chères) 3- le géothermique haute température qui présente un… Lire plus »
    Louismars
    Invité
    Michel, Votre argumentaire tient la route, mais je tiens à apporter quelques contradictions à celui-ci : comme toutes les énergies alternatives, le but du photovoltaïque est bien d’arriver à la « parité réseau ». Elle est évaluée entre 2013 et 2015 pour la France, qui paie son électricité domestique très peu chère (donc parité plus difficile à atteindre). A terme donc, produire 1MW d’électricité avec du fuel ou avec du photovoltaïque coûtera le même prix. Deuxièmement, la France a une culture du nucléaire qui biaise totalement la vision du marché de l’énergie : l’Etat (donc nous, mais caché dans un budget) a… Lire plus »
    Pastilleverte
    Invité

    les tarifs de vente d’électricité sont bien plus élevés en Allemagne qu’en France, une des raisons étant le « mix » nucléaire/ENR dans la production outre Rhin. Ce qui n’empêche pas que l’opération « vérité sur les prix » de la filière nucléaire ne soit pas, c’est une litote, de la plus grande transparence en France (dans une optique cycle de vie ou « cradle to cradle » comme disent les anglo saxons)

    trimtab
    Invité
    Vous dites: « Ce que ne peut faire le photovoltaique (la nuit en europe il fait noir partout ) A moins bien sûr de tirer des lignes transcontinentales de  10 à 12000 km pour nous alimenter la nuit »…….. Quelle et la ‘distance’ entre jour et nuit ? 12,000 kms ?  A 19hr ce soir il fera encore jour à Paris mais Rome sera déjà dans le noir: Paris-Rome ça fait combien d’ouest en est ? 1000 kms ? La ‘distance’ entre jour et nuit est certes un ‘moving band’ mais il ne fait certainement pas 12,000 kms de large! Bien sur… Lire plus »
    Idee-couteuse
    Invité
    Des lignes trans-continentales HVDC Nord-amérique-Europe qui passeraient par le Quebec puis le Labrador traverseraient(1000Km) jusqu’au Groenland,puis groenland-islande(300 Km) puis iles Féroées,puis l’écosse(encore 1200 km).Moins de 3000Km du Labrador au haut de l’écosse.Faisable,mais très cher.Avec de l’autre coté les 90 Km du détroit de Béring.Les idées de boucles complètes de l’hémisphère Nord ne sont pas irréalisables mais extrèmement onéreuses.Alors bien sur la distribution du Solaire(et d’ailleurs aussi de l’éolien off-shore au passage)de ces manières là sont séduisantes mais bonjour les couts des investissements.Et il faudra au moins 60 à 70 ans pour faire cela à peu près raisonnablement.Donc d’ici 2070 à… Lire plus »
    michel123
    Invité
    A Rome cela fait longtemps que les panneaux photovoltaiques ne produisent plus rien. pour m’alimenter il faudrait aller chercher l’électricité en turquie car La zone de production efficace (production conséquente ) se situe entre une heure aprés le lever et une heure avant le coucher du soleil. Vers minuit il me faudrait tirer mon cable en asie centrale . De plus aujourd’hui il a fait gris les 3/4 de la journée . Il aurait fallu se fournir je ne sait où . Ce qui est possible sur de courtes distances (1000 à 2000 Km ) devient (pour l’instant ) calamiteux… Lire plus »
    Solars-a
    Invité

    Tu te trompe de sens. Quand il fait crépucule à Rome,il fait nuit en turquie et encore plus nuit en asie centrale.Plus tu va à l’Est de Rome(quand il fait crépucule à Rome),plus tu va dans la nuit.Et le jour est à l’Ouest de Rome(au Canada et USA);(quand il fait crépucule à Rome).

    Dan1
    Invité
    Je reprends une assertion de Louismars : « l’Etat (donc nous, mais caché dans un budget) a versé des milliards et des milliards (combien l’état a versé dans le photovoltaïque ?) pour développer la filière nucléaire en France. La facture est donc collosale, mais personne ne le sait ou ne veut savoir. Nous aurions sans doute tous la tête qui tournerait si nous savions réellement ce coût depuis des dizaines d’années. » C’est une vieille antienne familière des lecteurs d’Enerzine : les coûts cachés du nucléaire électrogène. Seulement, dès que l’on gratte, on s’aperçoit que cela repose sur du vent : Ceux… Lire plus »
    Dan1
    Invité

    non seulement l’enjeu de la filière photovoltaïque dans Comment peut-on écrire ce mensonge sans sourciller : « l’augmentation de la facture d’électricité des français est minime (de 0,4 à 1,2% par an selon les scénarios), mais elle est surtout dérisoire par rapport aux augmentations du tarif qui sont demandées chaque année par EDF de façon à financer les surcoûts exorbitants de la filière nucléaire sans diminuer sa rentabilité boursière. » Quand on voit cela : Le rédacteur de l’article serait-il aveugle ?

    trimtab
    Invité
    Pour nous tous. Soyons clair ! Nous nous laissons pas Ra nous éblouir pour ne plus voir clair ! Si, dans le meilleur des modes le solaire PV et Thermique était installé de partout dans le monde et le Global Energy Network existait: soit: on ‘exportera’ toujours du jus solaire de ‘rab’ vers l’est (day to night) soit on ‘importera’ toujours du ‘rab’ solaire de l’est (day to night) Le ‘sens’ de electrons s’inversent mais les ‘mouvements’ étant toujours From Day to Night ! En fin journée je vend aux Russes. En fin de nuit je les rachete autant que… Lire plus »
    michel123
    Invité

    C’est exact : à partir de 18h il nous faudrait une liaison transatlantique pour alimenter la france . Cela semble facile et pratique….

    michel123
    Invité

    C’est exact He bien il semble qu’il faille tirer une ligne transatlantique pour nous alimenter au photovoltaique Pratique et façile …..

    Robin
    Invité
    Article extrêmement bien argumenté et à la hauteur du document de Chapin qui n’est autre qu’un pamphlet commandé pour justifier la baisse de tarif 14 mois plus tôt que prévu et faire de la France une plateforme économique vacillante, très certainement du fait de plusieurs raisons que je vous propose ci-dessous. Plus grave est la fausseté du rapport Chapin, que souligne avec une certaine ironie Photosol, concernant les subventions dans les autres pays européens qui représente un budget largement supérieur et curieusement n’on pas une production à 95% nucléaire. Tiens, tiens, il y aurait il un lien?… Daaa! Quand au… Lire plus »
    trimtab
    Invité
    A 19h30 ce soir, quand Paris plonge dans le noir, l’est de l’Afrique aura encore une heur ou deux de soleil à nous ‘vendre’pour nous aider à passer ‘la pointe de 20hr, sans allumer nos méchants moyens de ‘pointe’! Desertec ?..tiens tiens !: Après, en effet faudrait espèrer qu’il aie beaucoup vent en Bretagne ou en mer du Nord pour faire tourner nos ‘moulins’, du geothermie ‘profonde’ dans le Massif Central, ou du biomass, etc…. pour passer une nuit ‘tranquille’, sans aller quémander quelques kwh de rab aux ricains ! Des ENRs à toutes les étages, et partout, et DISTRIBUTION… Lire plus »
    trimtab
    Invité
    « Quand au débat sur le jour et la nuit et la construction de ligne pour transporter l’énergie solaire d’un bout à l’autre du globe, on croit rêver….. » Si le solaire est un exemple facile pour ‘illustrer’ le principe du Global Energy Network, c’est dans un contexte de TOUTES les ENR’s que ce ‘principe’ de ‘doux reveurs’ prend son réelé importance et ‘validité’. Et des doux reveurs, hippies californiens, aux cheveux longues, nostalgique de la génération peace and love, qui ont peut être fumer trop de moquette dans leurs jeunes années sont si peu nombreux ? Autre que le camarade trimtab… Lire plus »
    Libersol
    Invité

    « A 19h30 ce soir, quand Paris plonge dans le noir, l’est de l’Afrique aura encore une heur ou deux de soleil à nous ‘vendre’… » Non:A 19h30 ce soir, quand Paris plonge dans le noir, l’OUEST de l’Afrique(pas l’est)aurait encore une heure à nous vendre si un tel réseau existait.

    Dan2
    Invité
    Merci beaucoup pour ce graphique très intéressant, simplement vous commettez une petite erreur de raisonnement : renseignez-vous sur la signification de « Euro constant » ; vous découvrirez que ce graph intègre l’impact de l’inflation ; autrement dit, quand l’auteur de l’article dit que l’électricité risque d’augmenter de 0,4 à 1,2%, avec une inflation moyenne sur les 10 prochaines années estimée à 2,5%, ça nous donne une baisse du prix de l’électricité pour les ménages en euro constant de l’ordre de 1,3 à 2,1 %. D’où la conclusion : le photovoltaïque ne remet pas en cause de manière significative l’évolution du prix… Lire plus »
    Louismars
    Invité

    J’ai l’impression que, si moi je travaille effectivement dans le photovoltaïque, toi tu sembles travailler dans le nucléaire !! Je me trompe ? Débat de bonne guerre, et pas sur le moins important des sujets !

    trimtab
    Invité

    Merci! OU(est) avais-je la tête ! Q:Une faute de frappe sur internet fait il plus vite le tour du monde qu’un kw de ‘jus’ d’ENR ? R:Je persite et signe ! trimtab

    Dan1
    Invité
    Pour Dan2 : Le détail des euros constant ne m’avait pas échappé et d’ailleurs on m’a déjà fait la remarque en 2008 et j’avais déjà répondu : Ben oui, les euros constants intégrent l’inflation. Ce que je remarque quand même, c’est que l’électricité française n’a pas augmenté depuis 1985 : Car si elle passe de 24 centimes d’Euros à 14 centimes en Euros constants (baisse de 41,6 % en 23 ans), elle reste remarquablement stable en Euros courants : Selon la base de données Pégase, le prix du kWh pour un particulier (1 700 kWh par an en 6 kVA)… Lire plus »
    Dan1
    Invité

    Pour Louismars : Il ne me semble pas vous connaître donc j’en resterai au vouvoiement. Je ne sais pas pour qui vous travaillez. Quant à moi, je ne travaille pas pour le nucléaire ni pour l’énergie. Il ne s’agit donc pas d’un débat de bonne guerre entre professionnels qui défendent leurs intérêts (je n’ai même pas d’actions EDF). je me borne à exposer des faits argumentés et à examiner la qualité des contre-arguments… lorsqu’il y en a !

    Sicetaitsimple
    Invité
    Quelques réactions en vrac: – Sur l’article lui-même, il est quand même gonflé de prétendre qu’une electricié entre 300€/MWh (fermes au sol)et 600€/MWh ( intégré au bati) peut se développer sans impact significatif sur la facture des consommateurs alors que les prix de marché sont en ce moment de l’ordre de 50 à 60€/MWh….un peu moins l’été, certainement un peu plus cet hiver. – la comparaison avec Espagne, Allemagne et république Tchèque est savoureuse, quand on sait que ces 3 pays essaye désespérement de serrer les freins…A mon avis, l’Italie ne devrait pas tarder à faire de même. – le… Lire plus »
    Dan2
    Invité
    Votre naïveté m’enchante ! Croire que le financement du nucléaire est passé est quelque chose que même EDF et Areva ont cessé d’affirmer tellement c’était irrationnel (cf les déclarations de Pierre Gadonneix en juillet 2009 qui demandait 20% de hausse des tarifs d’ici à 2012 pour financer la filière nucléaire justement). Par ailleurs, allez lire cette étude qui est assez passionnante (même si adaptée essentiellement au marché américain, la France est un peu différente, mais pas tellement) : Enfin, et pour conclure, nous sommes d’accord sur le fait qu’il ne faut pas tuer le nucléaire pour faire émerger le photovoltaïque… Lire plus »
    Dan2
    Invité
    Par ailleurs, juste au passage, le mécanisme de calcul la CSPE est tel que dans certains cas, lorsqu’une énergie passe en dessous du prix de marché, la contribution est positive (donc une baisse de la facture d’électricité) : ça a été le cas pour l’éolien l’année dernière. Ce que dit l’article n’est pas mensonger : il dit simplement qu’à mesure que le coût du PV baissera, et qu’on acceptera l’idée de modifier le calcul du coût REEL de l’électricité en France (en réintégrant quelques petits coûts cachés), il se pourrait que le PV ait très rapidement une contribution positive à… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    Votre document américain commence fort par la première page : On montre que le prix des kWh solaires et nucléaires se croiseraient en 2010, c’est à dire maintenant ! Ben alors, ils attendent quoi les américains pour fermer les centrales nucléaires et fonctionner au photovoltaïque ? Pendant ce temps, ils produisent plus 4 400 TWh dont 50 % au charbon et 20 % nucléaire. Ils sont fous. Votre naïveté m’enchante ! Ou plutôt, votre mauvaise foi m’apparaît que plus évidente. De toute façon le PV ne rend pas le même service que le nucléaire ou le charbon qui produisent des… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    Je veux bien tout regarder, mais SVP avec des chiffres à la clé. La CSPE a été longuement débattue sur Enerzine et je jamais vu la démonstration que la contribution du PV pouvait devenir rapidement positive. Il ne faut pas rêver, en partant de 300 à 600 Euros le MWh, je ne vois comment le PV va devenir globalment positif en quelques années. C’est d’ailleurs le calcul de la CSPE qui pose problème, car quand le prix du marché baisse (et ça arrive), la CSPE augmente et la CRE ne sait plus comment faire pour compenser ce qui est dû… Lire plus »
    Sicetaitsimple
    Invité

    « il se pourrait que le PV ait très rapidement une contribution positive à la CSPE. » !!!! Là on peut dire que vous faites fort! Il faut vous faire auditionner par la CRE, ces braves gens n’ont pas tous les jours l’occasion de rigoler un bon coup.

    Rte
    Invité

    Pour nos amis du « solaire mondial », n’oubliez pas les pertes en ligne dans la transmission de l’électricité. En France, elle représente 5% de la consommation soit 3/4 tranches nucléaires. Imaginez le problème si l’électricité arrivais de l’autre coté de la planète… (en plus de la compensation de l’énergie réactive a faire chez nous)

    Promeneur
    Invité

    qu’en France les pertes étaient de 7% compte-tenu de notre système monolithique et hyper-centralisé. Si vous avez d’autres informations, merci de votre participation.

    Dan1
    Invité

    Vous l’avez peut être lu ici : Globalement les pertes en 2008 étaient de 6,1 %, mais ce n’est pas essentiellement à cause d’un système de production hyper centralisé car l’essentiel des pertes est sur le réseau de distribution. le réseau de transport à 400 kV qui dessert notamment les centrales nucléaires est très efficace puisqu’il n’est responsable que de 2 % des pertes. Hyper centralisé ou pas, la France aurait de toute façon 1,5 millions de kms de lignes électriques. Et plus le tension est basse, plus les pertes sont importantes.

    Promeneur
    Invité

    ceci n’étant bien sûr qu’une pure hypothèse. Il me semble que « malgré nous » pour desservir des dizaines de millions de consommateurs(en France)les pertes seraient moindres si les installations de production étaient moins grosses et beaucoup plus nombreuses et mieux réparties.

    Dan1
    Invité
    Avoir un sentiment dans le domaine des pertes en ligne, ça ne veut rien dire. D’autant que si nous avions massivement des EnR intermittentes et aléatoires, les électrons se baladeraient beaucoup d’un bout à l’autre de la France pour assurer les compensations de l’intermittence (régimes de vent pour l’éolien et ensoleillement pour le PV). Les éolistes n’ont cessé de nous vendre la complémentarité des trois régime de vent en France. Si on admet la faisabilité, coment croyais que l’on y arrive : en faisant transiter les électrons sur le réseau de transport. La subtilité rhétorique consiste alors à se servir,… Lire plus »
    Promeneur
    Invité

    conséquence des modifications présumées du déreglement climatique ? Mais c’est bien vrai, il faut détacher d’urgence la Bretagne de la France

    Sicetaitsimple
    Invité
    Dan1, Plogoff, c’était il y a 30 ans, pas 20… Le temps passe vite… Détacher d’urgence la Bretagne de la France, bien sûr non, mais il faut bien reconnaitre que le problème existe depuis plus de 20 ans et ne fait qu’empirer.. Il semble que les pouvoirs publics et les collectivités locales soient en train de concocter un plan mélant renouvelables, MDE, réseau et nouvelle centrale à Brest pour faire face au problème.. Nous verrons bien ce qu’il en adviendra. Que les electrons se fatiguent est une réalité, les Bretons ( notamment) bénéficient de ce point de vue d’un tarif… Lire plus »
    Dan1
    Invité

    Erratum : Plogoff (le combat) c’était évidemment il y a 30 ans et plus (on va dire de 1978 à 1981). Ceci dit, si la centrale avait été construite, elle aurait au mieux produit à partir 1985-87. Ceci dit, le problème reste entier, la Bretagne n’est pas sécurisé alors que la consommation électrique n’a cessé d’augmenter. Pour promeneur : « Le niveau baisse, serait-ce une conséquence des modifications présumées du déreglement climatique ? » Vous n’avez plus d’arguments ?

    wpDiscuz