L’ère du “pétrole facile et peu cher” est révolue

Malgré la correction actuelle des prix du baril, l’ère du "pétrole facile et peu cher" est révolue. Non seulement pour des raisons géologiques souterraines, mais également de plus en plus pour des raisons sociales, politiques et environnementales. Le secteur se tourne vers les régions les plus risquées du globe et s’attaque à des ressources non conventionnelles, qui demandent le déploiement d’efforts technologiques plus importants.

Outre les défis en matière d’environnement, notamment le changement climatique, il existe un grand nombre de questions sociales et de gouvernance que les sociétés du secteur de l’énergie doivent appréhender correctement si elles souhaitent être à la fois durables et créatrices de valeur sur le long terme.

Des besoins énergétiques croissants couverts essentiellement par des carburants fossiles

Au cours du siècle dernier, la consommation d’énergie a été multipliée par sept. Chaque génération consomme 50 % d’énergie de plus que la génération précédente. La consommation d’énergie est fortement corrélée à la croissance économique. Les pays émergents comme la Chine ou l’Inde sont les principaux contributeurs à la croissance de la demande énergétique.

Analyse : l’ère du "pétrole facile et peu cher" est révolue

Malgré la tendance actuelle à la diversification du mix énergétique, les carburants fossiles resteront la principale source d’énergie de la planète dans un avenir proche. À l’exception de l’énergie hydraulique, le pourcentage d’énergies renouvelables dans la consommation d’énergie primaire demeurera faible (il représente moins de 1 % à l’heure actuelle) en dépit d’une croissance exponentielle, en particulier dans la production d’électricité.

Les prix du pétrole ont été multipliés par trois depuis les années 90. Au-delà des fluctuations du marché à court terme (haussières et baissières), les facteurs fondamentaux créent un environnement structurel de prix élevés qui prédominera dans les années à venir.


Un secteur de l’énergie en mutation faisant du développement durable son coeur de métier

Le secteur de l’énergie est impliqué dans des projets à long terme ayant une forte empreinte environnementale et sociale. Il est naturel que les sociétés de ce secteur fassent l’objet d’attention et de surveillance de la part du grand public. Les principaux défis en termes de développement durable pour le secteur de l’énergie sont liés à la nature épuisable et polluante des hydrocarbures.


Quatre tendances principales peuvent être mises en évidence :

1. Le changement climatique rend de plus en plus évidente la nécessité d’une transition vers le gaz naturel et les énergies renouvelables (même si l’horizon considéré est le long terme) ;

2. L’accès à de nouvelles ressources accroît l’exposition à des régions comportant plus de risques d’un point de vue social, politique et environnemental ;

3. Les hydrocarbures non conventionnels représentent une part de plus en plus importante de l’offre énergétique mondiale, d’où certaines problématiques complexes dans le domaine technologique et environnemental ;

4. Un secteur vieillissant devant répondre à des tâches de plus en plus complexes débouche sur une crise des talents.

En conclusion, le secteur de l’énergie est confronté à de nombreux défis et opportunités en matière de gestion durable. L’énergie deviendra un sujet encore plus important dans les années à venir et il s’avèrera fondamental de bien pouvoir traiter ces questions, non seulement du point de vue de la gestion durable, mais également des performances financières à long terme.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz