Les eaux de baignade de plus en plus propres en Europe

La grande majorité des plages européennes sont conformes aux normes d’hyigène, selon l’Agence européenne pour l’Environnement.

Au cours de la saison balnéaire de 2008, près de 96 % des zones de baignade en eaux côtières et 92 % des sites aménagés dans les rivières et les lacs répondaient aux normes minimales.

Afin d’aider les Européens à choisir leur plage en connaissance de cause, la Commission publie chaque année un rapport sur la qualité des eaux côtières et intérieures, basé sur les données réunies par les États membres concernant les plages situées sur leur territoire.

Cette année, c’est l’Agence européenne pour l’environnement (AEE) qui s’est chargée de la rédaction de ce rapport. Elle a également mis en ligne sur son site internet des cartes et des tableaux contenant des informations détaillées sur des zones de baignade déterminées.

En 2008, 75 nouveaux sites sont venus s’ajouter à la liste des zones de baignade faisant déjà l’objet d’une surveillance. Sur les 21 400 zones de baignade contrôlées en 2008 dans l’Union européenne, deux tiers étaient situées sur le littoral et le reste le long de lacs et de rivières. C’est en Italie, en Grèce, en France, en Espagne et au Danemark que l’on trouve le plus grand nombre de sites de baignade en zones côtières, l’Allemagne et la France disposant quant à elles du plus grand nombre de sites situés en eaux intérieures.

La qualité globale des eaux de baignade dans l’UE s’est nettement améliorée depuis 1990, relève l’AEE. Pour la période allant de 1990 à 2008, le taux de conformité avec les valeurs obligatoires (exigences minimales de qualité) est passé de 80 % à 96 % pour les eaux de baignade situées en zones côtières, et de 52 % à 92 % pour les eaux intérieures. Entre 2007 et 2008, le taux de conformité a augmenté, tant pour les eaux côtières que pour les eaux intérieures (de respectivement 3,3 % et 1,1 %).

L’évaluation de la qualité des eaux de baignade consiste en l’analyse de celles-ci au regard d’un certain nombre de paramètres physiques, chimiques et microbiologiques pour lesquels la directive sur les eaux de baignade 1 a défini des valeurs impératives. Les États membres sont tenus de respecter ces dernières mais sont libres d’adopter des normes plus strictes en se conformant aux valeurs guides non contraignantes.

2006 a marqué la prise d’effet d’une nouvelle directive sur les eaux de baignade 2 qui a mis à jour les paramètres et les dispositions concernant les modalités de surveillance sur la base des connaissances scientifiques les plus récentes. Cette directive met davantage l’accent sur l’information du public quant à la qualité de l’eau dans les zones baignade.

D’ici 2015, les États membres devront avoir mis en œuvre la nouvelle directive dans son intégralité, sachant toutefois que douze d’entre eux (Chypre, le Danemark, l’Estonie, la Finlande, l’Allemagne, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie, le Luxembourg, la Slovaquie, l’Espagne et la Suède) ont d’ores et déjà tenu compte des paramètres de la nouvelle directive pour les contrôles effectués au cours de la saison balnéaire 2008.

Voir en ligne :

Résumé du rapport (en Anglais)
Carte des zones de baignade

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz