L’Europe fait la promotion du gazoduc Nabucco

La Commission européenne plaide la cause du corridor gazier méridional qui doit acheminer le gaz d’Asie Centrale vers l’Europe : le Commissaire européen à l’Energie Andris Piebalgs s’est rendu la semaine dernière en Turquie et en Azerbaïdjan.

Le Commissaire européen à l’Energie Andri Piebalgs s’est notamment entretenu avec le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, ainsi qu’avec son ministre de l’énergie. L’enjeu : assurer la promotion du projet Nabucco qui devrait acheminer vers l’Europe le gaz d’Asie Centrale.

Les deux parties ont convenu d’oeuvrer conjointement à l’amélioration de la sécurité de l’approvisionnement en gaz, en Turquie comme dans l’Union européenne. «La Turquie comme l’Union européenne ont toutes deux largement intérêt à soutenir ce projet qui va améliorer nos sécurités d’approvisionnement respectives. Je considère le corridor gazier méridional comme le dossier phare de la coopération énergétique entre la Turquie et l’Europe», a déclaré Andris Piebalgs.

Un accord intergouvernemental devra être signé sur le projet Nabucco, avec pour objectif une signature à Ankara en janvier 2009. Il s’en suivra le développement de l’ensemble du corridor qui reliera les régions de la Caspienne et du Moyen-Orient d’une part, et l’Union européenne d’autre part. Un accord général est prévu, qui couvrira tous les aspects relatifs à l’acheminement et à la sécurité de l’approvisionnement en gaz.

Les propositions seront examinées à Bruxelles dans le cadre de la politique énergétique qui doit être prochainement adoptée.

Par ailleurs, la Turquie et l’UE doivent oeuvrer ensemble à développer la disponibilité du gaz et du pétrole en amont. En ce qui concerne plus particulièrement le gaz, une coentreprise privée sera mise sur pied pour accélérer ce développement. Ce point particulier sera également mentionné dans l’analyse stratégique de la politique énergétique.

Azerbaïdjan

Le Commissaire européen s’est également rendu en l’Azerbaïdjan, acteur clé dans la réalisation du projet de corridor énergétique. Il a réaffirmé la détermination de l’UE à entretenir avec l’Azerbaïdjan des relations étroites et renforcées et à renforcer son partenariat énergétique.

«Les événements récents dans le Caucase ont montré une fois de plus que nous vivons une période critique pour les questions énergétiques dans la région et que plus que jamais, la coopération dans ce domaine entre l’UE et l’Azerbaïdjan doit être renforcée», s’est exprimé le Commissaire européen. M. Piebalgs a mis en relief les succès concrets obtenus avec l’oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan (cf image) et la mise en valeur du gazoduc Bakou-Tbilissi-Erzurum comme sources d’inspiration pour relever les défis actuels.

La nécessité d’agir davantage pour soutenir la prospection et le développement des ressources de la mer Caspienne, ainsi que le fait que l’Union européenne et l’Azerbaïdjan partageaient un agenda commun pour l’énergie ont également été soulignés.

A cette occasion,  un protocole d’accord énergétique a été signé, qui renforce les liens entre Bakou et Bruxelles.

L’Azerbaïdjan fait en outre partie de la politique européenne de voisinage. L’adoption d’un plan d’action prévoit le renforcement de la coopération avec l’Azerbaïdjan et doit déboucher sur une relation politique et une intégration économique plus approfondie.

L’Union européenne dit vouloir poursuivre ses efforts pour accroître la sécurité et la diversification énergétiques tout en apportant son plein soutien à la stabilité et au progrès dans l’ensemble de la région.

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz