Nos batteries nourries par des bactéries

Bien dressées, les bactéries pourraient nous rendre des(petits) services bien utiles, comme recharger des appareils par exemple.

Une équipe d’étudiants de l’Institut de Technologie du Massachussetts (MIT) planche actuellement sur le développement de "piles à bactéries" spécifiquement destinée aux régions du globe exclues des circuits d’alimentation électrique.

Le principe est simple, est très peu coûteux à produire.

Dans une cylindre en plexiglas fermé, des bactéries sont nourries par des déchets organiques en décomposition, immergés dans une solution liquide. En dévorant le sucre, l’amidon, et tout ce dont elles peuvent se nourrir, elles rendent possibles la production d’électricité par électrolyse.

Pour le moment, les quantités d’énergie produites sont très faibles, admettent les jeunes chercheurs : il faudrait 6 mois pour recharger une batterie de téléphone. Mais à terme, en améliorant la composition du liquide, ils assurent qu’ils pourront multiplier par 100 la puissance du dispositif. Et permettre ainsi d’alimenter de petits appareils en continu.

Et au moindre coût, puisque l’appareil ne coûterait que 2$. Et pour alimenter les bactéries, il suffit d’un peu d’herbe, de fleurs ou de feuilles mortes.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Nos batteries nourries par des bactéries"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Ray
Invité

Le monde de la batterie ou pile rechargeable est rempli de galéjades. Alors il faut faire attention quand on remonte une info. Dans leur pot de chambre on ne distingue pas très bien le pôle plus (rouge) et le pôle moins(bleu), qui vous en conviendrez, est l’apanage de tout générateur électrochimique.

Pascal
Invité
Ne pas oublier d’ajouter tous les 4 heures l’épluchure d’une pomme de terre. On peut lire sur la page ………. Le bio film bactérien résultant du développement bactérien se comporte en phase aqueuse comme une boue visqueuse qui va se fixer sur la paroi interne des tubes du plancher chauffant. Au fur et à mesure les bactéries qui ne sont plus en contact avec l’oxygène contenue dans l’eau vont mourir et durcir la partie morte du bio film fixé au tube. Si le problème n’est pas traité, un développement de bactérie filamenteuse peut aller jusqu’à obstruer complètement le passage d’eau… Lire plus »
wpDiscuz