Pourquoi les écologistes (EELV) ne participent pas au gouvernement

Au lendemain du scrutin municipal, les écologistes ont annoncé dans un communiqué avoir pris acte de la volonté de François Hollande de la sortie de la dépendance de la France au pétrole et au tout nucléaire.

"Toutefois, à ce stade, nous ne pouvons qu’espérer un véritable changement de cap. La non remise en cause des orientations budgétaires ne nous semble pas de nature à permettre cette transition énergétique de grande ampleur que nous appelons de nos voeux" a indiqué Emmanuelle Cosse, Secrétaire nationale d’EELV.

Elle ajoute que les écologistes soutiendront "sans faille le gouvernement à chaque fois qu’il s’engagera sur le chemin du progrès et de l’écologie, mais s’opposeront aux renoncements et quand l’écologie ne sera pas au rendez-vous."

Et de conclure, "Malgré les propositions faites par Manuel Valls, les conditions en l’état ne sont pas réunies pour qu’Europe Ecologie Les Verts participe au gouvernement. Nous serons des partenaires vigilants et présents pour que cette transition s’incarne dans des mesures d’ampleur."

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

30 Commentaires sur "Pourquoi les écologistes (EELV) ne participent pas au gouvernement"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Temb
Invité

C’est parti! Faites vous plaisir, n’oubliez pas le principe de base : quelle que soit leur décision ou leur non décision : ils ont tort 🙂

Kambiem
Invité

Eelv fait lui-même son propre bashing,par son attitude immature et irresponsable.Il n’a pas besoin des autres pour ça .De plus,ce parti comporte 5 courants qui sont en discordances graves et finira un beau jour par éclater.

meminick
Invité

la position de Duflot ainsi que celle de Canfin déclarant à priori ne pas souhaiter travailler avec M Vals participait du délit de sale gueule ce qui est pour le moins criticable et d’ailleurs critiqué par E Cosse elle même. On est loin d’un fonctionnement démocratique et EELV continue sa lente descente aux enfers. C Duflot en portera l’entière responsabilité.

Christhe
Invité

les Europennes pointent à l’horizon, alors tout est calcul pour obtenir le plus d’élus à Strasbourg

Nicias
Invité

quand on a des Batho, Martin ou Royal anti GdS, anti-ogm et prets à tout pour développer les subventions aux EnR.

marcarmand
Invité

On comprend que les écologistes espèrent avoir plus de poids en restant à l’extérieur qu’en participant au gouvernement. Pourtant, Valls leur avait fait une belle concession. Ils auraient dû prendre exemple sur les écologitstes allemands, qui ont obtenu de beaux succès: l’arrêt du nucléaire, un développement des renouvelables bien supérieur à la France malgré un potentiel moindre.

oeildecain
Invité
Pour passer d’un système à un autre, en l’occurence du fossile à l’aérien, il faut de solides techniques et techniciens … En avez-vous déjà trouvé dans la mouvance dirigeante écologiste ? Même la Fondation HULOT est dans les choux et ne répond pas aux solicitations ! Les dirigeants écologistes ne connaissent rien à la technique, et ils ne peuvent donc que faire de la politique politicienne : et ceci alors que tous les éléments d’une transition ENR avec croissance sont là ! Ah ! Que la France est un grand pays ……des gueules oui… mais un peu moins de cerveaux… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité
Comment est-il possible de considérer la politique énergétique allemande comme un “succès” ? Leur kWh est 10 fois (!) plus polluant que le nôtre, tout en étant largement plus cher et en les laissant dangereusement dépendants du gaz russe. Car dites ce que vous voulez, mais on a jamais eu avec l’uranium le dixième des emmerdements qu’on les allemands avec le gaz. Et même sur le nucléaire, ils sont encore loin d’avoir fermé leurs réacteurs, et sont bien plus en retard que nous dans le processus de création d’un stockage géologique des déchets nucléaires ! (on se souvient tous du… Lire plus »
Dan1
Invité

Comment semer la zizanie chez les verts : Leur offrir ce qu’ils attendent en leur demandant de rendre leur décision sous 48h00. En principe les processus décisionnels “démocratiques” internes au mouvement feront le reste. Finalement ça demande pas beaucoup de moyens. Après Emmanuelle Cosse, qui sera la prochaine “victime” qui acceptera de représenter le parti ?

meminick
Invité

effectivement les créatifs qu’ils soient du domaine technique ou social ont fait place aux professionels de la politique qui manipulent les concepts comme des épouvantails et perdent toute crédibilité. les sachants ont disparu pour faire place aux communiquants qui ne font que annoner .

Dan1
Invité

Le comportement des dirigeants d’EELV relève de la psychiatrie.

Dan1
Invité

Il faut saluer la cohérence des Verts : Une majorité de français ne veulent plus d’eux, alors ils décident de ne pas rester au gouvernement : Page 9 du sondage, le camenbert est clair : Question : Pensez-vous que le fait que le gouvernement ne compte plus de ministres Verts est plutôt … : – une bonne chose = 56 % … et c’est en vert ! – une mauvaise chose = 40%

zoziau
Invité

La décision d’EELV est sage et courageuse, assez de couleuvres avalées à ce stade. Quand on voit les premières annonces du nouveau ministère de l’écolologie sur la taxe carbone on peut s’imaginer la suite du programme sur les gaz et pétroles non conventionnels par exemple. Il y a un stade ou les compromis deviennent compromission.

Dan1
Invité

“Quand on voit les premières annonces du nouveau ministère de l’écolologie sur la taxe carbone” Ben justement, un ministre EELV n’aurait, peut être, pas fait cette annonce !

plouc73
Invité
20 mois de Ministères “Verts” . Une loi sur le logement dont les décrets d’application ne sont pas encore sortis; Une écotaxe qui est rejetée par ceux qui y ont vu 2 provocations : 1) le monde rural en prend plein la gueule; pour les bobos de la rue de Grenelle, les paysans sont des pollueurs qu’il faut punir 2) une taxe dont le coût de la collecte versée à une société privée dépasse 25 % de son montant estimé; les Fermiers Généraux sous Louis XIV étaient moins gourmands. A ce niveau de réussite, n’importe quel dirigeant d’entreprise serait déjà… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
Je n’ai pas de commentaire sur votre commentaire “politique”, c’est le vôtre (ceci dit à ma connaissance l’écotaxe poids lourds, que personnellement je soutiens dans le principe même si c’était un machin infernal alors qu’une simple vignette aurait eu des résultats certainement équivalents pour beaucoup moins cher) n’était à ma connaissance pas une invention du gouvernement actuel. La question, c’est sur la surface: 50000MW d’éolien pour remplacer 25% de nucléaire, on y est environ ( en volume, pas en gestion de la production!) A 2 ou 3MW unitaire aujourd’hui, ça fait environ 20000 machines. Commenr arrivez vous à 10000km2 d’emprise… Lire plus »
Dan1
Invité

A plouc73. “les paysans sont des pollueurs qu’il faut punir” Ah non, maintenant c’est fini l’écologie punitive…. dixit Ségolène. Plus de culpabilisation, enfin on va voir. Pour ce qui est du logement, j’attendais beaucoup de Cécile Duflot et de son plan de rénovation. car le gouvernement avait un plan à 200 milliards : Je crois que même si elle était restée 5 ans, on serait très très loin de l’objectif (ou plutôt de la promesse). Enfin, sur le nucléaire à 50%, ça dépend quand et comment on s’y prend :

Sicetaitsimple
Invité

c’est juste un problème d’échauffement, faut lancer la machine…. 1.000.000 de logements rénovés par an (la promesse présidentielle), ça ne fait pas comme ça… Même ramené à 500.000 quelques mois plus tard, c’est encore compliqué… On en est à combien? Mais Ségolène va aller poser la laine de verre elle-même si ça n’avance pas plus vite!

Sicetaitsimple
Invité
Ca n’a pas grand chose à voir avec EELV, encore que…. En France, et plus généralement en Europe continentale, il n’y a a priori pour les 10 ans qui viennent aucun risque de rupture d’approvisionnement en electricité, sauf si l’économie rebondissait de façon très vigoureuse, mais on a le temps de voir venir. Aujourd’hui, c’est plutôt surcapacité. Dans l’energie il y a trois secteurs: – electricité – chaleur et froid – transport L’electricité encore une fois pas de souci court terme, le transport fait de gros progrès d’un point de vue technique et le gros avantage est que la durée… Lire plus »
Dan1
Invité

“C’est le plan quinquenal à 100Mld€ de Dan1 ( enfin pas vraiment le sien).” Je confirme, c’est pas le mien, c’est celui de François. Mais c’était initialement un plan à 200 milliards qui a fondu : En fait, il est possible que le million de logement comporte 50% de rénovation et 50% de logement neuf. Mais de toute façon aucun des deux objectifs n’est atteint.

Dan1
Invité

Et c’est sur ces objectifs là que j’attendais Cécile Duflot.

Sicetaitsimple
Invité

Décidement je m’y perds dans tous ce milliards, vous faites bien de me remettre sur la voie. Pour le fun, j’avais écrit dans le débat que vous citez (à Jolastico qui proposait une obligation de rénovation lors d’un achat): Je ne sais pas ce que Cécile Duflot va nous sortir, mais je reconnais que la tâche est complexe. Ca m’étonnerait quand même qu’elle propose votre solution, où alors c’est qu’elle a envie de prendre des vacances prolongées juste après. Ben voilà, c’est les vacances!

Sicetaitsimple
Invité

Ca pourrait ne pas durer aussi longtemps que les contributions. On verra le compromis qui sortira avec Bruxelles. Maintenant, vous pouvez toujours aller expliquer au consommateur allemand de base que l’EEG c’est du courant “gratuit”, je suis sûr que vous allez avoir un succès fou.

Sicetaitsimple
Invité

“quand au consommateur allemand il n’y a que le politique français qui s’occupe de sa facture d’électricité”. J’ai quand même l’impression que ça commence aussi à interesser le politique allemand.. Cf. le même lien.

Dan1
Invité

Et ça négocie pour maintenir l’avantage compétitif des industriels : “Le prochain chantier du gouvernement en matière d’énergie sera l’élaboration d’un mécanisme qui assure la rentabilité des centrales fossiles, notamment à gaz.” Ben oui, il faut aussi penser à la rentabilité du FOSSILE.

Verdarie
Invité

Prendre une décision, c’est prendre le risque de mécontenter une partie de la population et même toute la population si cette décision n’est pas bonne . Avec les écolos nous en sommes là !Ne pas participer leurs permet de critiquer tout ce qui pourra se faire et d’espérer de cette façon, faire monter leurs chances aux élections Européenne. Je sais qu’ils vont être déçus.

Verdarie
Invité

Prendre une décision, c’est prendre le risque de mécontenter une partie de la population et même toute la population si cette décision n’est pas bonne . Avec les écolos nous en sommes là !Ne pas participer leurs permet de critiquer tout ce qui pourra se faire et d’espérer de cette façon, faire monter leurs chances aux élections Européenne. Je sais qu’ils vont être déçus.

Herve
Invité

C’est vrai, d’autant plus qu’ils n’en ont pas beaucoup. Un score qui m’a amusé: Bruno comby (qui doit être aux verts ce que Copé représente au PS) a fait 8% contre 3% pour le candidat vert !

Sandine
Invité
En politique lorsque l’on appartient à une majorité on essaie autant que possible de jouer la solidarité managériale et des idées. Pour les ministres EELV…Ils sont solidaires avec eux mêmes…ah non…certains sont solidaires entre eux…ah non… Simplement ils préfèrent refuser un ministère qui leur est offert où ils auraient enfin pu montrer ce qu’ils savent faire en matière énergétique, et ben non, ils refusent. Ce n’est pas correct, c’est un manque de courage car celui qui décide doit au contraire savoir s’imposer dans un clan, sans avoir peur de l’échec et en croyant à ses propres idées…et si leur envie… Lire plus »
Dan1
Invité

De la nature de la vertitude : Ce n’est pas la vérité qui compte mais l’art de persuader. Et ne mélangeons pas l’écologie et les écologistes : Nos écologistes sont des “environnementalists” qui font de l’écologisme et nous pouvons faire de l’écologie sans eux contrairement à ce que dis Emannuelle Cosse.

wpDiscuz