Recyclage des panneaux solaires : un projet de loi en 2012

"Les industriels du photovoltaïque anticipent un durcissement règlementaire et mettent spontanément en place des programmes de recyclage des panneaux solaires" : Alcimed, la société de conseil et d’aide à la décision fait le point sur la problématique du recyclage des panneaux photovoltaïques.

L’installation des panneaux photovoltaïques a débuté dans les années 90. D’une durée de vie de 20 à 30 ans, les premiers panneaux solaires installés soulèvent aujourd’hui la question du recyclage. L’association PV Cycle[1] estime que le nombre de panneaux solaires usagés augmentera en Europe dans les années à venir : En 2010, le recyclage représentait 500 tonnes, il est estimé à 2 000 tonnes par an en 2020.

L’exception réglementaire de la filière solaire est remise en question par la Communauté Européenne : Les industriels anticipent d’ores et déjà ce changement

Théoriquement, les panneaux solaires devraient être soumis à la directive européenne relative aux déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) qui contraint les industriels à recycler ce type de produit en fin de vie. De plus, la fabrication de panneaux solaires de couche mince devrait normalement être limitée. En effet, ces panneaux sont conçus à partir de Cadmium et de Tellure, deux métaux fortement toxiques dont l’utilisation est réglementée par la directive européenne RoHS (Restriction of Hazardous Substances). Soucieuse toutefois d’encourager le développement de la filière photovoltaïque, l’Union Européenne a décidé d’épargner ces contraintes à la filière solaire.

Or ces privilèges ne dureront probablement pas. La Commission Européenne étudie précisément le sujet et a reçu jusqu’au mois de juin dernier les entreprises du secteur en vue de proposer une loi qui devra ensuite être votée par le Parlement européen. Ce projet de loi que veut initier la Commission Européenne devrait vraisemblablement mettre fin à l’exception règlementaire (DEEE) dont bénéficie aujourd’hui la filière solaire. Le parlement et le Conseil européen devraient donc bientôt se prononcer sur cette loi et composer avec les puissants lobbies du secteur pour fixer le sort de la filière.

L’incertitude est donc de mise. Certains acteurs l’ont bien compris et ont commencé d’ores et déjà à mettre en place leurs propres programmes de recyclage. Ces initiatives permettront également de limiter l’impact écologique des panneaux photovoltaïques, fabriqués à partir de métaux polluants. Le recyclage pourrait aussi permettre aux industriels de réaliser des économies sur le long-terme en réutilisant certains matériaux onéreux présents dans les panneaux, comme le silicium.

Des industriels proactifs dans le recyclage des panneaux solaires

Premier concerné en tant que leader mondial des panneaux solaires à couche mince, fabriqués notamment en Allemagne, l’américain First Solar a intégré dès 2005 une chaîne de recyclage sur chacun de ses sites de production de panneaux. La société déclare ainsi récupérer près de 90 % du poids (surtout du verre) d’un module photovoltaïque et 95 % du Cadmium et du Tellure. First Solar a même provisionné un fond spécial pour financer le recyclage des panneaux en cas de faillite de l’entreprise.

De même, sur le segment des panneaux solaires de première génération (à base de silicium), Sunicon, parmi d’autres, a développé une méthode de recyclage des panneaux.

Au niveau européen, l’association PV cycle qui regroupe plus de 200 entreprises internationales productrices et importatrices de panneaux solaires en Europe et représente plus de 90% des panneaux photovoltaïques vendus en Europe, a été fondée en 2007. L’objectif de PV cycle est d’établir une filière de recyclage qui devrait être opérationnelle en 2015. Ses membres se sont ainsi engagés en 2008 à récupérer au moins 65% des panneaux installés en Europe depuis 1990, et à recycler 85% des déchets récoltés. L’objectif de 2011 est de 700 tonnes. Concrètement, le démonteur du panneau solaire est chargé de rapporter le panneau usagé à l’un des 173 points de collecte existant aujourd’hui en Europe. De là, ils sont transférés vers une usine de recyclage afin de récupérer entre autre le Silicium. Celui-ci sera ensuite réutilisé dans la fabrication de nouveaux panneaux.

Ce phénomène ne se limite pas à l’Europe. Même s’il n’existe pas encore de directive imposant le recyclage des panneaux solaires aux Etats-Unis, certaines entreprises américaines, comme PV Recycling, ont déjà fait le choix de se spécialiser sur ce créneau. En Asie, la société japonaise Showa Shell Sekiyu K.K., qui est la société mère de Solar Frontier, a créé une joint-venture avec d’autres partenaires afin de construire la première usine de recyclage de panneaux solaires au Japon.

Le recyclage : une opération complexe

Malgré ces avancées, le recyclage est encore trop cher comparé à l’achat de nouvelles matières premières. Le National Photovoltaics Environmental Research Center estime qu’une usine de recyclage de panneaux solaires devient compétitive à partir de 470 tonnes de panneaux recyclés par an, à la condition que les composants des panneaux photovoltaïques soient facilement dissociables. Ce n’est malheureusement pas le cas aujourd’hui et ceci impliquerait de repenser entièrement le design des panneaux en vue de leur recyclage.

Les acteurs de la filière PV, qui ont pu bénéficier d’une exception réglementaire, sont en train de structurer pro-activement une filière de recyclage. C’est un enjeu environnemental et économique crucial. Il ne faut toutefois pas sous-estimer les challenges technologiques qui restent à adresser dans la conception des panneaux et dans les procédés de traitement pour que cette filière devienne une réalité au niveau économique. Une autre solution consisterait à partager les coûts en recyclant dans ces mêmes centres les écrans plats, dont la composition est assez proche de celle des panneaux solaires.

 

[1] PV Cycle, est la première association européenne de recyclage de panneaux photovoltaïques

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "Recyclage des panneaux solaires : un projet de loi en 2012"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
trimtab
Invité
Il est toute a fait louable que des fabricants ‘intègrent’ dans leurs démarches le recyclage en fin de vie de leurs panneaux (et toute autre produit manufacturé par ailleurs), et il est certain que des technologies PV ‘couches minces’ semble avoir une ‘resistance au temps’ limitée. Mais quant est il des panneaux ‘cristallins’ réelement ? Car comme j’ai fait remarquer ici: certain panneaux, bien plus ‘rustiques’, datant de plus de 30 ans, font encore le bonheur de leur proprétaires ! Et depuis, les procédées ‘encapsulation’ des cellules sont tellement améliorées qu’on peut se demander si 50 ans (voir plus !)… Lire plus »
Planeur
Invité
il est interessant de comparer les facons de faire entre la france et l allemagne les panneaux solaires installes chez nos voisins le sont par dessus les tuiles 1 aventages installation plus faciles moins de risques de defaults d etancheitees couts moindres en plus possibilitees de les installer vous meme avec le bonus de l etat et cerise sur le gateau le rendement est ameliore car ces panneaux ventiles par dessous chauffent moins par fort ensoleillement quand la temperature du silicium depasse largement au dessus de 100 quand arretera t on en france de toujours vouloir faire mieux que les… Lire plus »
Catalan
Invité

J’espère que la France va nous pondre un texte de loi pour la remise en état de la toiture après le démontage des panneaux PV ! tout cela grace à l’intégration dans le plan de la toiture voulue par l’ADEME.

cathelin
Invité

Bonne remarque, Planeur! Mais en France, on a les fonctionnaires de l’Equipement et des énarques dont le micro-pouvoir statutaire passe souvent avant l’intérêt général…

Raoul-78
Invité

N’y aura t-il donc jamais un fonctionnaire de l’ADEME pour reconnaitre que l’intégration au bâti est une aberration économique et technique ? Notre administration est-elle à ce point incompétente ? Y a-t-il un rapport entre l’obligation d’intégrer au bâti et la prépondérance du nucléaire en France ? En clair, n’a t-il pas été créé toutes ces contraintes pour décourager le français moyen de verser dans les ENR ?

Max76
Invité

La on vous parle de cadmium et de Tellure des produits connue comme CMR depuis 1950. Pour faire gros c’est amiante bis. Vivre le progrès écologique après les ampoules aux mercures c’est les PV au cadmium. Que nos poubelles vont être belle !

Sfourne
Invité

On a donc cre un premier secteur de merde avec le photovoltaique et on en créer un second avec le recyclage de ces saloperies de panneaux !

Sfourne2
Invité

On a donc cre un premier secteur de merde avec le photovoltaique et on en créer un second aOn a donc cre un premier secteur de merde avec le photovoltaique et on en créer un second avec le recyclage de ces saloperies de panneaux !vec le recyclage de ces saloperies de panneaux !

Quelleenergie
Invité

Les panneaux solaires photovoltaïques permettent de faire d’importantes économies sur la facture d’électricité grâce aux revenus qu’il est possible de tirer de la production d’électricité. Les constructeurs annoncent pour les panneaux photovoltaïques une durée de vie moyenne de 20 à 35 ans, et ce à 80% du rendement initial. Les premiers panneaux photovoltaïques devraient arriver en fin de vie en France d’ici quelques années. ll est donc tout à fait légitime de se poser la question du recyclage de ces panneaux.

wpDiscuz