Saint-Etienne: performance énergétique au Musée d’Art

Saint-Etienne Métropole et le groupe SPIE ont annoncé lundi la signature d’un premier Contrat de Performance Energétique (CPE) de Services pour la rénovation des systèmes énergétiques du Musée d’Art Moderne de Saint-Etienne.

L’objectif de ce Marché Public de Performance Energétique qui demeure une première en France est de garantir dès 2013 et sur une durée de 8 ans, 40% d’économies d’énergie sur la consommation du chauffage, de la ventilation et de la climatisation du Musée d’Art Moderne de Saint-Etienne Métropole1.

Trois engagements ont été contractualisés :

1er engagement
: la réalisation d’actions fortes d’amélioration de la performance énergétique et ce, sans avoir à intervenir sur le bâti. C’est par exemples, la conception d’un système de chauffage et de climatisation plus économe (remplacement des équipements de production énergivores par une pompe à chaleur air/eau couplée à deux chaudières à gaz et mise en place d’un récupérateur de chaleur sur les installations de traitement d’air) et une amélioration de la régulation grâce à un système de gestion centralisée…

Une attention particulière sera portée à l’optimisation de la gestion du conditionnement d’air, de la température et de l’hygrométrie pour la conservation de l’ensemble des œuvres.

« L’amélioration de la performance énergétique du site repose autant sur le remplacement de matériels devenus obsolètes que sur leur maintenance et leur bonne conduite au quotidien », souligne Marc Journaux, directeur général adjoint de SPIE Sud-Est. C’est le sens de la dénomination « services » qui vient en complément de « Contrat de Performance Energétique ».

2ème engagement : la réduction de la consommation finale de l’ensemble de l’installation. Une situation de référence a été définie par le Musée d’Art Moderne et SPIE à partir de laquelle seront comptabilisées les économies d’énergie. L’engagement de SPIE sur les réductions de consommation est contractuellement traduit par une clause d’implication financière.

3ème engagement
: la mise en place d’un plan de mesure et de vérification, basé sur le protocole international IPMVP2 reconnu par le ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement et par l’ADEME. Seul à même de garantir au maître d’ouvrage le respect des engagements de performance pris, ce plan de mesure inclut l’installation de sous-compteurs permettant de vérifier au plus juste les économies d’énergie réalisées.

Les travaux, d’un montant de 430 000 euros, permettront au Musée d’Art Moderne de baisser sa consommation énergétique de 40% dès 2013, année à partir de laquelle la garantie de performance prendra effet.

Parallèlement, SPIE prendra en charge l’exploitation et la maintenance des installations de production d’énergie et de confort à partir du 1er janvier 2011 pour une durée de 10 ans.

Depuis deux ans déjà, Saint-Etienne Métropole a mis en place un plan Climat Energie Territorial ambitieux capable d’atteindre les objectifs du Grenelle de l’Environnement en 2020. C’est dans ce cadre qu’elle met aujourd’hui en place, avec volontarisme, le premier Contrat de Performance Energétique, dans une démarche de « métropole exemplaire ». Ainsi, elle applique en premier lieu sur ses bâtiments et à ses politiques publiques les actions concrètes qu’elle veut pouvoir essaimer vers les autres acteurs du territoire par son Plan Climat Energie Territorial (PCET).

1- 80% de l’ensemble de la consommation énergétique du site.
2- International Performance Measurement & Verification Protocol : protocole international de mesure et de vérification de la performance énergétique.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz