Total décide d’investir en Angola

Total a fait part lundi de sa décision finale d’investissement dans le projet Angola LNG.

Le projet traitera environ un milliard de pieds cubes de gaz associé par jour issu des blocs de production offshore, en particulier des blocs 17 et 32 (opérés par Total E&P Angola, filiale à 100 % de Total), des blocs 0, 14, et 31 dans lesquels Total E&P Angola a des intérêts, ainsi que des blocs 15 et 18 et de gisements gaziers dédiés au projet Angola LNG.

Le gaz offshore sera collecté et transporté vers une usine de liquéfaction qui sera construite à terre, près de Soyo, dans la province de Zaïre. Cette usine doit produire 5,2 millions de tonnes de GNL par an, ainsi que des liquides associés. Elle doit également traiter jusqu’à 125 millions de pieds cubes par jour de gaz destiné au marché national.

La production de GNL démarrera début 2012. Des navires affrétés dédiés au projet achemineront le GNL jusqu’au terminal de regazéification Gulf LNG Energy qui sera construit près de Pascagoula dans le Mississippi. Le GNL regazéifié sera vendu aux filiales commerciales américaines des partenaires. Total Gas & Power North America achètera et commercialisera la part revenant à Total (13,6 %), soit près de 100 millions de pieds cubes par jour.

Ce projet permettra de diminuer le torchage et les émissions de gaz à effet de serre des zones de production de pétrole offshore, de faciliter la poursuite du développement pétrolier offshore et devrait entraîner la création d’un marché national du gaz en Angola.

La construction et l’exploitation du projet contribueront significativement à l’emploi local, notamment à Soyo et dans la province de Zaïre et devrait aussi permettre le développement d’une activité durable pour l’Angola.

Le Groupe détient une participation de 13,6 % dans Angola LNG Limited aux côtés de Sonagas (36,4 %), Chevron (36,4 %), et BP (13,6 %).

Les actionnaires du projet ont autorisé la société Angola LNG Limited à procéder à la construction et à la mise en œuvre du projet à la suite de l’obtention le 10 décembre des approbations des autorités angolaises.

Total en angolaTotal et le Gaz Naturel Liquéfié (GNL)

Total détient des intérêts dans six usines de liqué- faction. Environ 30 % de sa production de gaz étaient destinés à la filière GNL en 2006.

Le projet Angola LNG s’inscrit dans la stratégie de Total de renforcer et développer ses activités dans le GNL comme l’illustrent ses prises de participation récentes, au Nigeria dans le projet Brass LNG, en Australie dans le projet GNL Ichthys, au Qatar dans le projet Qatargas 2 ainsi que la signature de l’accord de coopération avec Gazprom pour l’étude du développement de la première phase du champ de Shtokman.

Total détient en outre des participations dans quatre projets de terminaux de regazéification : Altamira au Mexique, Fos Cavaou en France, Hazira en Inde et South Hook au Royaume-Uni, ainsi que des droits à capacité à Sabine Pass aux Etats-Unis.

Total en Angola

Présent en Angola depuis 1953, Total détient des intérêts dans des permis de production opérés dont le bloc 17, des permis non opérés dont les blocs 0 et 14 et des permis d’exploration, dont deux opérés : les blocs 32 et 17/06.

Le bloc 17, situé en eaux profondes, principal actif de Total en Angola, est composé de quatre pôles majeurs : Girassol et Dalia, qui sont en production, Pazflor, en phase d’appel d’offres, et CLOV, un quatrième pôle articulé autour des découvertes de Cravo, Lirio, Orquidea et Violeta, dont le développement est actuellement à l’étude. Ces futures productions s’ajouteront aux 500 000 barils par jour qui sont produits sur le bloc 17 avec les pôles de Girassol et Dalia. Le raccordement de Rosa au FPSO de Girassol mi-juin 2007devrait permettre de prolonger le plateau de production du FPSO jusqu’à la prochaine décennie.

Les travaux d’exploration dans l’offshore très profond réalisés de 2003 à 2007 ont confirmé le potentiel du bloc 32. Après les découvertes de Gindungo en 2003, Canela et Cola en 2004, Gengibre et Mostarda forés en 2005, Salsa, Caril et Manjericão forés en 2006, les résultats positifs enregistrés par les puits Louro, Cominhos, Colorau et Alho récemment forés en 2007 ont confirmé le potentiel majeur du bloc.

Des études de développement conceptuelles sont en cours afin d’établir la faisabilité d’un premier pôle de développement à l’est du bloc. Par ailleurs de nouvelles études seront bientôt lancées pour évaluer le potentiel des autres découvertes.

Partagez l'article

 



      

Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz