Un candidat pour l’appel à projet “fermes pilotes éoliennes flottantes”

Un groupement de partenaires expérimentés dans les énergies marines se positionne en mer Méditerranée (Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées), pour accompagner l’essor de la filière industrielle française de l’éolien flottant.

Ce projet, porteur d’activités pérennes, est ancré au sein de son territoire et conçu en pleine concertation avec les acteurs locaux. Appuyé sur une technologie innovante développée en France, le projet constituera une étape décisive pour le développement de cette énergie renouvelable marine au fort potentiel national et vecteur d’exportations.

ENGIE, EDP Renewables,Caisse des Dépôts et Eiffage ont remis lundi leur dossier de candidature à l’appel à projet « fermes pilotes éoliennes flottantes » de l’ADEME. Parmi les zones proposées, leur choix s’est porté sur la zone de Leucate en Méditerranée, 1er gisement éolien maritime français caractérisé par une ressource en vent exceptionnelle. Leur projet « Les éoliennes flottantes du golfe du Lion » est ancré dans le territoire et bénéficie de la solide expérience des partenaires dans les domaines des énergies renouvelables en mer
et des grands projets d’infrastructure.

Le parc comprendra 3 à 6 éoliennes de 6 MW minimum chacune
. Elles seront associées à une solution intégrée de flotteur semi-submersible proposée par Eiffage Métal. Le concept, développé par Principle Power dans son centre d’ingénierie d’Aix-en-Provence, est testé depuis 2011 au large du Portugal. Elle représente aujourd’hui la technologie la plus prometteuse du marché. Eiffage Métal assurera la fabrication et l’installation de ces flotteurs.

Doté d’innovations significatives, le projet constitue une étape décisive qui préfigure le développement industriel de la filière éolienne flottante en France et à l’international. L’éolien flottant, technologie d’avenir, présente en effet l’avantage de pouvoir être installé dans des zones très ventées, loin des côtes et profondes. Le littoral français méditerranéen est particulièrement propice au développement de cette énergie renouvelable en mer. Par cet appel à projet, la France rejoint le Japon, la Norvège, le Portugal ou bien encore le Royaume-Uni qui se sont déjà lancés dans cette technologie.

Le projet sera dès son lancement porteur d’activités pérennes. Le groupement fera appel à un réseau d’entreprises françaises de la façade méditerranéenne et notamment de la Région
Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, pour fournir les principaux composants du parc pré-commercial. Les infrastructures portuaires de la région seront utilisées pour les opérations d’assemblage et de maintenance.

L’objectif est d’acquérir à travers ce parc pré-commercial une expérience indispensable pour garantir le succès des futurs développements commerciaux, pour la filière industrielle mais aussi pour les nombreuses parties prenantes associées. Le développement du projet s’est fait et se poursuivra en pleine concertation avec l’ensemble des acteurs des territoires, collectivités locales, usagers de la mer, parc marin, associations et riverains du littoral. Les partenaires partagent la volonté de concevoir et réaliser un projet innovant et exemplaire d’un point de vue industriel, socio-économique et environnemental.

( src – CP via Eiffage )

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz