Amazonie : un barrage hydroélectrique géant de 11 GW

Le Brésil vient d’accorder le permis pour la construction du très controversé barrage hydroélectrique qui sera situé au cœur de la forêt amazonienne, sur le fleuve Xingu (nord de l’Etat de Para).

Bien que ce projet d’un montant de 17 milliards de dollars devrait aider le pays à faire face à la demande croissance en électricité, il a soulevé bien des préoccupations concernant à la fois son impact environnemental et sa population indigène.

Selon le Ministre de l’Environnement, Carlos Minc, 250 km2 carrés de terre seront inondés par le futur barrage de Belo Monte, ce qui représente seulement une partie des 5 000 km2 prévue initialement et qui impliquait quatre barrages hydroélectriques. Près de la moitié de la zone, (soit 125 km2) est déjà inondée naturellement pendant la saison des pluies.

"L’impact sur l’environnement existe, mais il a été pesé, calculé et réduit", a ajouté M. Minc. "Des mesures seront prises pour prévenir l’extinction de certaines espèces animales et protéger la subsistance de ceux qui gagnent leur vie grâce à la pêche".

Les 11.000 MW du barrage de Belo Monte fait partie d’un énorme plan de développement concerté. A son terme, il deviendra le deuxième plus grand barrage hydroélectrique du Brésil et le troisième plus grand au monde – la palme revenant à celui des 3 gorges en chine avec 18 200 MW.

Des barrages, des routes, des gazoducs et des réseaux électriques d’une valeur de 30 milliards de dollars sont actuellement en cours de construction dans la région afin de pouvoir acheminer dans les années à venir, l’énergie, les matières premières et les produits agricoles.

[ Photo : barrage d’Itaipu – Brésil ]

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

10 Commentaires sur "Amazonie : un barrage hydroélectrique géant de 11 GW"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Antoine
Invité

ce barrage représente potentiellement la capacité de génération de la totalité des installations éoliennes mondiales installées en 2009 (35 GW). les pays dit ‘tiers monde’ (80’s)  devenus ‘émergent’ en 2000, sont sur une dynamique beaucoup plus passionante que les anciens du G7.

1000 mille
Invité

l’eau sans ricard peut produire des effets directs favorables à long terme vive l’eau et les ruisseaux que les enfants poursuivent …

Fedup
Invité

let’s create a worldwide association listing all the decisions against earth taken by diverse goverments or societies and let’s blast them all. Sorry to be so extreme but nothing’s gonna change against the power of money if we don’t fight for the right of humanity

Shame !
Invité
Eh ben .. vers ou allons nous ? C’est une honte ! Que de detruire la plus grande biodiversité sur cette biosphere .. une honte ..  Un barrage et puis apres ca sera deux et puis trois et puis allez on raze la foret .. et voila degradation du climat disparition des especes .. et jen passe .. des indiens perdu ..  Changement climatique grave , puisque l’amazonie c’est le poumon de la terre attention !  Alors preparez vous les enfants attachez vos ceintures ca va secouez dans 25 ans !! Les vieux pdg d’entreprise n’ont plus rien a perdre… Lire plus »
S.e.a
Invité

Consommer toujours plus, dégrader toujours plus ! On préfère nos jolies petits billets à notre planète et sa biodiversité. La Terre, il en existe qu’une seule, on ne peut pas laisser perdurer de tels crimes ! Seulement ici, les multinationales de l’énergie auront une nouvelle fois le dernier mot car l’argent est belle est bien roi dans notre système. La santé de notre planète devrait être la première de nos préoccupations.

Paranoiac
Invité

en soit un seul barrage n’est pas un problèmes si c’est vraiment pour aidé les population pauvre du brésil mais je pense que c’est des grandes multinationales avec de PDG deja riche qui vont se faire plein de tunes sur ce projet et au contraire sa va nuire au brésilien et au indigènes quant vous faites quelque chose vérifiez qui serat le bénéficiaire finale la chaîne est souvent bien plus long de se que l’on croit

Le poisson!!
Invité
Euh paranoïac, comment peux tu dire qu’un barrage en soit n’est pas un problème??? Je travaille dans l’étude des cours d’eau et je peux te dire que les barrages hydroélectriques sont loins de produire une énergie aussi propre que l’on veut nous faire croire. Il est certain que si on ne met pas son nez dedans cela s’apparente à une source d’énergie idéale mais ce n’est sans compter sur : – la destruction des habitats lors de la mise en eau du barrage. – la coupure totale du transport de sédiments = accumulation dans le barrage accompagnée d’une accumulation de… Lire plus »
Pseudo
Invité

Allo on parle de 250 Km² dont 125 sont inondables et régulièrement inondés .. Ca fait un carré de 12 Km de coté, ca va c’est pas la mer à boire au vu de la taille de la forêt amazonienne .. C’est peanuts même Ca veut de l’énergie mais faut construire ni centrale nucléaire, ni barrage. Allo on éteint son joint et on redescend sur terre !

Phil24
Invité
Peut-être mais à ce moment-là pourquoi ne pas en ouvrir un 2eme, c’est vrai ça ne fera que 500 km2 d’inondés, bah meme un 3eme ou un 4eme, l’amazonie est tellement grande, c’est quoi 1000 km 2… Le pb c’est comme tout, quand on commence, il n’y a aucune raison de s’arrêter. Seulement il y a un point de non-retour. Chaque hectare de forêt détruit ne repousse pas comme ça et une fois que l’écosystème est déréglé, c’est trop tard. Reste à savoir si ce point sera atteint avec 20, 30 ou 40 % de forêt détruite. Je crois que… Lire plus »
Larmes
Invité

J’hallucine que nous autorisons ce genre de carnage. Il est écrit que les espèces seront protégés mais combien, d’autant plus que c’est moche et qu’il existe d’autres moyens. On nous dit que cela n’a aucun rrisque, ils n’en savent rien ou tout juste hypothétiquement. Vu le coût du projet, on nous fait croire à un taux de chômage élevé, aulieu d’employé des personnes pour protéger et cultiver. Des populations meurent de faim alors que nous avons de quoi nourrir la moitié de la planète. Mais ils nous écrasent pour s’engraisser, s’engrosser, se regarder le nombril. C’est d’une tristesse

wpDiscuz