Anaconda : l’énergie des vagues toute en souplesse

Après le Pelamis, un nouveau type de serpent de mer générateur de courant est en cours d’élaboration dans les laboratoires de l’Université de Southampton (UK). Baptisé "Anaconda", il pourrait permettre d’exploiter l’énergie des vagues à un coût bien moindre que les systèmes existants.

Composé de caoutchouc, l’Anaconda est plus léger que le métallique Pelamis. Il ne nécessite ni vérins hydrauliques, ni charnière, ni joints articulés et ouvrirait ainsi la voie à une énergie tirée des vagues à un prix abordable. Sa conception très simple permet d’en envisager une fabrication et un entretien très peu coûteux.

L’Anaconda est un tuyau flexible, en caoutchouc rempli d’eau, fermé aux deux extrémités. Il est conçu pour être maintenu juste au-dessous de la surface de l’eau, face aux vagues pour en épouser le mouvement.

Lorsqu’il suit le mouvement d’une vague, l’intérieur du tube est traversé par une "onde de renflement"("Bulge Wave"(1), voir photo). La vague extérieure parcourt le tube à la même vitesse, et exerce une pression sur lui, de plus en plus forte à mesure que le renflement intérieur prend de l’ampleur. Cette onde intérieure alimente une turbine située à l’extremité de l’appareil et transmet l’énergie vers le rivage par l’intermédiaire d’un cable.

L’Anaconda est encore dans sa première phase de développement. Il n’a pour l’instant été testé qu’à très petite échelle et d’importantes questions quant à ses performances doivent encore être éclaircies. Des essais à plus grande échelle et de nouvelles études devraient permettre de mieux définir le comportement de l’Anaconda en fonction du type de vagues, des plus normales aux plus extrêmes. A partir des mesures de pression interne, de changement de forme du tube et des forces subies par le cable d’amarrage, les chercheurs devraient être prochainement capables de prévoir exactement les capacités qu’il sera possible d’en attendre.

Pour le moment, ils tablent sur une puissance de sortie de l’ordre d’1 MW (1 kW), pour un coût estimé à 0,75€ par kWh, voire moins. Un coût qui reste deux fois plus cher que celui de centrales électriques au charbon, mais largement inférieur aux autres systèmes d’énergie des vagues actuellement testés.

Une fois construit à taille réélle, un Anaconda mesurerait 200 mètres de long et 7 mètres de diamètre. Il serait déployé dans des profondeurs d’eau de 40 à 100 mètres.

"L’Anaconda pourrait apporter une contribution à la protection environnementale en encourageant l’utilisation de la puissance des vagues." explique le professeur John Chapin, de l’Université de Southampton. "Une version réduite à 1/3 pourrait être construite l’an prochain, pour des essais en mer, et l’on pourrait voir le premier dispositif grandeur nature déployé au large des côtes britanniques dans environ 5 ans."

(1) Une "onde de renflement" se produit quand un fluide oscille en avant et en arrière à l’intérieur d’un tube

Partagez l'article

 



         

Articles connexes

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Anaconda : l’énergie des vagues toute en souplesse"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
bolton
Invité

Ne me dites pas qu’un tuyau de 200 mètres de long sur 7 mètres de diamètres n’aura qu’une puissance de 1 KW ??!

enerZ
Invité

Non, erreur dans la traduction, il s’agit d’1MWMerci pour votre vigilance

Irisyak
Invité

0.75 Euro le KW.H! Je le paye à env. 0.10 Euro le KW.H!Si le charbon coûte deux fois moins cher, c’est encore trop.Je veux bien un prix de 0.035 Euro le KW.H pour le charbon.Le KW.H éolien se situe entre 0.03 et 0.06 Euro le KW.H.C’est sans doute une question de virgule!

Bemol
Invité

Article original:”might be able to generate power at a cost of 6p per kWh or less. Although around twice as much as the cost of electricity generated from traditional coal-fired power stations”C’est donc 6 pence le KWh, soit 6/100 de Livre sterling soit  (au cours de change Livre/Euro du 4 juillet 2008) 1,26 x 0,06 = 0,0756 € par KWh.

wpDiscuz