Enerzine

Bornes de recharge : la note pourrait s’avérer salée

Partagez l'article

Le sénateur Louis Nègre vient de remettre au gouvernement un livre vert sur le coût des infrastructures de recharge ouvertes au public pour les véhicules « décarbonés ».

Ce dernier estime dans son rapport que le coût des infrastructures partagées pourrait s’avérer important pour les usagers. Il préconise donc de privilégier "prioritairement" les bornes de recharge collectives.

Le plan national des véhicules décarbonés annoncé en octobre 2009 prévoit de l’ordre de 2 millions de véhicules rechargeables à horizon 2020 en France, ce qui signifie un taux de pénétration d’environ 5% du parc de véhicules en France (véhicules personnels, utilitaires légers etc.).

Pour une agglomération de 500 000 habitants et un parc de véhicules de l’ordre de 275 000 véhicules, tous usages confondus (particuliers et professionnels) – les objectifs du plan national se traduisent par un parc de 3 300 véhicules rechargeables à horizon 2015, et d’environ 15 000 véhicules en 2020.

Une bonne compréhension de la répartition de la recharge en fonction du lieu (stationnement principal ou secondaire) tout au long d’une journée est nécessaire afin d’estimer le nombre de « kWh » qui seront consommés en dehors du lieu de recharge principal, et par conséquent le nombre de points de recharge partagés ou encore « secondaires » à installer, et sur quels lieux.

Divers travaux et expérimentations montrent que 90% – a minima – de la recharge s’effectue sur le lieu de recharge principal en recharge normale (3 kVA), les 10% restants étant effectués sur des lieux partagés publics (voirie, parking public) ou privés (hôtels, hypermarchés etc.), grâce à des solutions de recharge qui peuvent varier en puissance (normale, accélérée ou rapide). Ces besoins de charge secondaires correspondent à des besoins d’appoint pour accroître la flexibilité d’usage du véhicule (cas du VE – véhicule électrique – ) durant la journée ou la part de km roulés en électrique de façon à améliorer le bilan économique du véhicule (cas des VHR – hybrides rechargeables –).

A titre d’exemple, pour un client final ayant un véhicule 100% électrique et une maison avec garage individuel, il est estimé que :

  • 90% de la recharge est réalisée à domicile (lieu privé) ;
  • ~ 1% de la recharge est effectuée en parking public, et 4% sur voirie19 ;
  • 2 à 3% de la recharge est réalisée sur des lieux privés (hypermarchés etc.), et 2 à 3% de la recharge est rapide. L’allocation des tirages en charge rapide correspond aux meilleures estimations des industriels à ce jour.

Pour les 25 plus grandes agglomérations de France, il est préconisé un déploiement de 7 000 points de charge ouverts au public en 2011 et de 44 000 points de charge ouverts au public en 2014, dont 50% sont destinés à la charge principale en espace public (en charge normale à 3 kVA). Au total, ceci impliquerait des coûts (investissements + opérations) de l’ordre de 45 ME en 2011 et de 300 ME en 2014 pour l’établissement du projet.

Attention cependant, les coûts pourront s’échelonner de 4.000 à 9.000 euros par Point De Charge (PDC) (tous frais pris en compte) en 2011 pour des prises de 3kVa, selon que l’on desserve 2 PDCs à partir d’une borne, ou 12 PDCs. Par ailleurs, les prix sont croissants avec le niveau de puissance.

Concernant le prix d’équilibre pour les coûts d’infrastructures seuls : si les frais d’infrastructure de recharge devaient être supportés intégralement par le client final, il faudrait alors leur faire payer – pour chaque « plein » de 25 kWh – des prix compris entre 13 euros pour une borne à 3 kVA en charge normale et 36 euros pour une borne de charge rapide à 43 kVA – auxquels pourrait s’ajouter le coût de l’électricité estimé à environ 2 euros pour ce même plein.

Selon le rapport, le bonus écologique de 5 000 euros permettrait de couvrir en partie la différence de coût entre le véhicule thermique et le véhicule électrique (y compris pour l’accès à l’infrastructure de recharge à domicile). Par contre, l’accès aux infrastructures partagées représente un coût supplémentaire en défaveur de la compétitivité des véhicules électriques, que ne couvre que très partiellement les aides existantes.

Ce coût peut être très significatif (environ 9.000 euros sur 8 ans) pour les usagers qui stationnent de façon principale sur espace public. "Cet élément doit être considéré par les collectivités territoriales dans le calibrage de l’infrastructure de recharge et la hiérarchisation des segments de clientèle à desservir en premier" précise le sénateur dans son rapport.

"La recharge secondaire sur espace public, partagée entre plusieurs usagers, pourrait apparaître plus prioritaire et économiquement plus efficace pour le décollage du marché que la recharge principale dans le domaine public" recommande t’il dans le livre vert.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    17 Commentaires sur "Bornes de recharge : la note pourrait s’avérer salée"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Electron
    Invité

    personnellement sa il fallait s en douté que la facture etait salé et sais rien comparer au reste la voiture electrique j y croie pas trop .. Tout sinplement rien a etait amenager pour sa sais comme le gpl !!! moi mon garage na pas de prise mon parking non plus et de plus la voiture electrique coute plus cher qu une voiture normale et a une autonomie de quoi 200 km trop faible!!!!

    Fred73
    Invité
    Ce qui peut faire peur c’est plus le niveau en orthographe de certains que le prix de l’électricité ou du pétrole… Si 90% des charges seront faites à domicile alors une partie de l’infrastructure existe, contrairement au GPL. Pour l’avenir de l’électrique il faudrait comparer ce qui est comparable: le moteur thermique est plus mature que l’élec, avec un effet de masse, quel sera le prix des carburants et de l’elec ds 15 ans? Difficile de comparer aujourd’hui Ce qui est sur c’est qu’il faut initier le changement et faire en sorte que le bilan soit positif, viable sur l’empreinte… Lire plus »
    Pecor
    Invité
    Personne ne parle de la pile a combustible Zinc-air. Le Zinc est très bon marché, possède une grosse capacité de production électrique non poluante et est totalement recyclable après usage. Le changement de la pile dans le véhicule serait simple et très rapide car 1 Kg de Zinc permettrai de rouler plusieurs centaines de kilomètres. Les bornes électriques sont une absurdité du fait des temps de recharge exhorbitants et du cout des installation. Ils feraient mieux d’investir dans des usines de recyclage du zinc et des stations de changement de pile. Mais je crois que la France ne possède pas… Lire plus »
    Deji76
    Invité

    BJ. la voiture electrique sera la + polluante 1,on se lance avec des batteries que l’on ne sait pas recycler actuellement on les entasse 2 l’electricité est a 99% nucleaire donc a la production extrèmement POLLUANTE déja il a des décheteries nucléaires dans chaque département ou va t’on, sacré héritage pour nos enfants sincères condoléances

    Meuuhh
    Invité

    je comprends pas … du point de vu des moteur thermiques il n’a jamais été question de faire supporter le prix du déploiement des stations services par les usagers ??? pourquoi est ce le cas pour les voitures électriques … encore une fois les automobilistes sont considérés comme des vaches à lait …

    gp
    Invité
    Pendant les 30 glorieuses, taux de croissance de folie aidant, l’argent public coulait à flot, les investissements en faveur de la route augmentaient chaque année. Au lendemain du 1er choc pétrolier qui marque aussi la fin des 30 glorieuses, c’est l’endettement massif qui permet de poursuivre l’aventure… 30 ans plus tard, la fête est définitivement finie, retour à la réalité! Mais qui va payer alors? Le contribuable? Mais il n’a plus de sous!!! Mince alors… Et bien on va bricoler comme on peut en inviter le privé à mettre la main à la poche autant que possible… et tanpis pour… Lire plus »
    moise44
    Invité

    As tu des liens a nous comuniquer sur la technologie dont tu parles ? Est-ce que tu as es données chiffrés sur la densité et la repidité de cette technologie ? Tu nous parles de brevets, mais quel est sont prix ? quel est la quantitée de zinc disponible ou les reserves prouvées ? Bref des données qui peuvent être dévelloppées…

    moise44
    Invité
    Je suis d’accord avec vous sur le fait que la voiture électrique sera LA PLUS POLLUANTE, mais il semble que nous ne soyons pas d’accord avec le mot pollution bien trop générique… Vous semblez considerer que le nucléaire est plus polluant que le pétrole, le charbon et le gaz, ce qui est a  mon avis une erreur… J’ai bien regardé hier le rapport 2010 du ministère de lécologie et de l’énergie, relatant les données de 2009, et il semble qu’il n’y ai pas tant que çà de lieu de stockage de déchets nucléaire puisque seule le site de la hague… Lire plus »
    Pecor
    Invité

    @moise44 : Je ne suis pas journaliste. Mais voici des liens qui etayent mes propos :

    Pecor
    Invité

    Aux administrateurs de ce site qui avez modifié mon commentaire de 13:10:03 : Merci d’indiquer dans le message que vous modérez que vous avez modifié le commentaire pour qu’il corresponde aux règles d’enerzine. Car mon commentaire est maintenant moins pertinant du fait de vos modifications. Merci

    amourabi
    Invité

    Si 90 pour cent des véhicules sont rechargés à domicile, il serait plus simple d’équiper ledit domicile avec des panneaux solaires ou des éoliennes de toit qui ^pourraient participer à ladite recharge diminuant d’autant le besoin en énergie d’un fournisseur externe type EDF. Mais quoiqu’on en dise l’avenir est aux piles à combustible et à l’hydrogène ou même à une combinaison des 2. Au Japon il existe déjà des bornes solaires publiques destinées à la recharge des vélos électriques beaucoup mieux adaptés à la ville que les voitures.

    Energies-sol
    Invité

    Bonjour Nous avons une solution AUTONOME via des panneaux solaires et l’énergie stocké dans des batteries. Le type de charge LENTE, 6-8 heures (la nuit par ex) pour des voitures avec 250 km d’autonomie c’est totalement eficaz pour déplacemments domicile – travail. Voir :   Cordialement

    Samivel51
    Invité

    Ceux qui ont 50 ans aujourd’hui peuvent certainement se rejouir d’avoir vecu une epoque le les deplacements individuels etaient plus faciles, plus rapides et plus surs que par le passe, et extremement bon marche. Au petrole, au gaz ou a l’electricite, la voiture individuelle va forcement couter plus cher! Preparez-vous.

    Argizabal
    Invité

    Pour info l’ANDRA est chargée de référencer tous les sites de stockage de déchets radioactifs. Fin 2007 il y avait 1 121 sites en France… à voir sur : Donc je sais pas ce que c’est ton rapport mais il est pas très complet!

    Devdurable
    Invité

    IL EXISTE UNE SOLUTION DEVELOPPEE PAR PRIZZZ.COM QUI PROPOSE DES BORNES AVEC SUPPORT DE PUB POUVANT FINANCER TOUT OU PARTIE DE LA BORNE ET EVITER AINSI DE FAIRE PAYER LE CONSOMMATEUR

    meminick
    Invité
    Non la soution miracle n’existe pas. comment croire que la voiture électrique soit La Solution au renchérissement de l’énergie. c’est devenu un argument marketing. La seule question qui devrait intérsser le contribuable est la question de savoir qui va payer , l’utilsateur? le contribuable non utilisateur? Quels seront les bénéficiaires de l’exploitation de cette technologie? sseront ils mis à contribution. Il me semble que les stations service sont payées par les pétroliers. dans le même esprit on aurait alors des stations EDF, EON, Enercoop? La solution Renault n’est elle pas de procéder à l’échange des batteries donc plus de station… Lire plus »
    Richard
    Invité

    Bonjour, Puisque 90% des recharges se font à domicile, quelle borne faut-il choisir ? Laquelle à le meilleur rapport coût/efficacité tout en étant bien sécurisée (pas envie de m’électrocuter, sachant que mon garage n’est pas hyper bien isolé contre l’humidité). J’ai vu que la borne de Schneider Electrique à l’air pas mal : D’autres suggestions ?

    wpDiscuz