De l’énergie additionnelle au Botswana et au Sénégal

La société APR Energy a annoncé lundi avoir achevé avec succès l’installation et la mise en service de son nouveau projet de 35 MW pour le compte de la Botswana Power Corp. ainsi que l’expansion de 48 MW de son projet existant pour Senelec, le service public d’électricité national du Sénégal.

"Je souhaite féliciter nos équipes d’installation et de mise en service pour avoir tenu notre engagement envers l’excellence opérationnelle et la satisfaction du client en mettant cette nouvelle capacité en exploitation avec rapidité", a déclaré le président-directeur général, Laurence Anderson. "Ces projets vitaux contribueront à améliorer de plusieurs façons la qualité de vie des populations du Botswana et du Sénégal, en soutenant notamment les écoles et installations médicales locales."

Le projet du Botswana, annoncé le 27 mai, se base sur un accord qui remonte à 2010, quand BPC avait chargé APR Energy de développer une solution de 70 MW pour compléter l’électricité importée des pays frontaliers. Bien que la centrale ait été ensuite vendue au service public en 2014, BPC a sélectionné une nouvelle fois APR Energy quand une capacité de production supplémentaire s’est avérée nécessaire.

"Le Botswana affronte actuellement des défis en termes d’approvisionnement en électricité et le délestage est donc à l’ordre du jour. Ces 35MW supplémentaires contribueront grandement à redresser la situation", a expliqué Franklin Modisenyane, président des projets d’expansion de BPC. "La qualité est clé et les normes de sécurité sont strictement respectées. En travaillant avec un gestionnaire de projet dédié, le projet a pu être livré dans les délais prévus."

De l'énergie additionnelle au Botswana et au Sénégal

Au Sénégal, l’ajout de 48 MW de nouvelle capacité de production inclut des modules générateurs diesel redéployés depuis la Libye. L’expansion, annoncée le 9 juillet, porte la capacité installée de la société à 68 MW pour Senelec.

La société est actuellement sous contrat pour fournir environ 300 MW de capacité de production en Afrique, y compris des projets pour des services publics d’électricité en Angola et au Mali, et pour soutenir le développement d’une installation industrielle majeure en Egypte.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "De l’énergie additionnelle au Botswana et au Sénégal"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Rudolf d
Invité

… du diesel, chic alors ! “l’ajout de 48 MW de nouvelle capacité de production inclut des modules générateurs diesel redéployés depuis la Libye” Et les émissions de NOX sont controlées avec du logiciel allemand (utilisé par VW) ? Mais bon, les riverains ont sûrement été consultés : plutôt que des panneaux solaires de moins en moins chers, ils ont dû préférer du diesel “propre”…

Tech
Invité

en fait, le sénégal pourrait produire de l’huile de jatropha, arbuste non concurrentiel avec les sols agraires et ainsi être indépendant de la filière diesel pétrole, car cette huile pourrait être utilisée comme le diesel et est renouvelable car la production se renouvelle tous les ans! cela pourrait aussi aider à stopper la déserification. et fournir du bois de chauffage et de cuisson et aussi via compostage de l’amendement pour les sols. donc une génératrice diesel n’est pas une horreur, surtout si elle apporte lumière pour pouvoir étudier et frigos pour conserver les médicamenrs dans les dispensaires. que préférez-vous?

Sicetaitsimple
Invité

Ca va , vous avez eu de l’électricité chez vous ce soir? Et depuis un an, 10 ans, 20 ans, 50 ans,vous avez souvent été dans le noir?

wpDiscuz