Déchet plastique : un gisement de ressources renouvelables inexploitées

Un accord préliminaire portant sur une collaboration à venir dans le domaine de la valorisation et du recyclage des déchets plastiques a été annoncé récemment par Carbios, une société de chimie verte et SUEZ Environnement.

Cet accord s’inscrit dans la stratégie des deux sociétés de placer l’économie circulaire au cœur de leur modèle économique et de proposer de nouvelles voies de valorisation des déchets plastiques.

Au cours de cette phase préliminaire, SUEZ Environnement mettra à disposition de Carbios les gisements de déchets plastiques provenant des sites de traitement de sa filiale SITA France.

De son côté, Carbios va étudier la composition de ces déchets plastiques pour enrichir sa palette d’outils biologiques et ainsi élargir leur potentiel de valorisation. Carbios testera ensuite, sur les gisements à disposition, ces bioprocédés pour valider leur efficacité de traitement dans l’optique de rendre plus efficace le recyclage et la valorisation des déchets plastiques collectés. L’objectif est de mettre en œuvre les procédés les plus efficaces pour décomposer les déchets plastiques et récupérer leur composant de base (polymère), d’une qualité identique à celui produit à base de pétrole. Ce procédé de recyclage à l’infini permettra ainsi de s’acquitter des contraintes chimiques et mécaniques rencontrées dans les procédés de recyclage classiques.

Le recyclage des plastiques : un enjeu environnemental

25 millions de tonnes de déchets plastiques sont produites chaque année en Europe** dont seulement 20% sont recyclées. Ils représentent un défi environnemental majeur mais aussi un gisement considérable de ressources renouvelables inexploitées dont la valorisation est au centre des préoccupations de Carbios et de SUEZ Environnement.

« Nous sommes ravis de la confiance accordée par SUEZ Environnement, qui conforte le positionnement stratégique de nos procédés biologiques innovants, développés dans le cadre du projet Thanaplast™ pour la valorisation des déchets plastiques. La conjonction de nos expertises va permettre d’accélérer la mise en place de solutions industrielles efficaces pour répondre à l’enjeu environnemental majeur que représente les plastiques en fin de vie et répondre à la question : comment valoriser et recycler mieux et plus de déchets plastiques avec le moins d’impact possible sur l’environnement », a souligné Jean-Claude Lumaret, Directeur général de Carbios.

« L’innovation est au cœur de la stratégie de SUEZ Environnement qui accompagne le développement de jeunes entreprises prometteuses comme Carbios. La gestion des déchets est une composante importante de l’économie circulaire. Elle passe par une utilisation efficace des ressources et la valorisation des produits pour en faire des matières premières secondaires. SUEZ Environnement a toujours cherché, à travers ses filiales, à s’associer à des expertises complémentaires pour mener à bien ses projets et rester précurseur dans ses domaines de référence que sont la collecte et le recyclage », a indiqué pour sa part Paul-Joël Derian, Directeur Adjoint Innovation & Performance Industrielle de SUEZ Environnement.

« Les procédés enzymatiques de Carbios nous semblent particulièrement intéressants et prometteurs pour recycler et valoriser au mieux les déchets plastiques en fin de vie dans le respect de l’environnement. »

** Source Avril 2011 Commission Européenne DG – Plastic waste in the environment

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Déchet plastique : un gisement de ressources renouvelables inexploitées"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Tagerman
Invité

Une première contrainte, le tri sélectif, pas toujours dicipliné et couteux, le deuxième point, la nature des plastiques, comme par exemple une bouteille de soda, la bouteille doit être séparée de son bouchon, les polymères n’étatnt pas identiques?; Le système de collecte, à partir de quelle quantité cela devient rentable, les bons sentiments ne suffisent pas, le problème de réduction du volume de ces déchets, le transport, le site de l’unité de traitement, les biopolymères des déchets agricoles sont-ils exploitable après méthanisation? Je salue l’idée, et attends la faisabilité qui passe naturellement par les municipalités… Dans l’attente, Cordialement

gaga42
Invité
Il y a recyclage et recyclage, par exemple le recyclage des métaux est un vrai recyclage puisqu’on récupère la matière première et qu’on la réinjecte dans le cycle à usage identique. Une grande partie des recyclages de matière plastique se font à usage dégradé (usage différent à plus faible valeur ajoutée, et très souvent lui-même non recyclable). Quelqu’un a-t-il des liens vers des infos de rendements écologique et énergétique des recyclages et notament des plastiques? (transports compris…) Il serait alors interessant de comparer avec le recyclage énergétique (soit, pour dire un gros mot, l’incinération valorisée), tout aussi légitime dans la… Lire plus »
Daniel jagline
Invité
Des techniques soient disant prometteuses, ce n’est pas d’aujourd’hui, j’en avais fait deux billets sur un blog que je fais vivre, en fin d’année 2012, dont celui ci : En l’occurence Suez environnement dont il est question ici persévère ça c’est indéniable, mais plus le même partenaire semble-t-il, s’agit-il toujours de la même technique rien n’est moins sûr, ce qui signifierais sans doute que la précédente n’est pas valorisable pour x raison, vous comprendrez que j’emette quelques réserves. N’hésitez pas à me faire mentir si vous avez des infos qui me prouveraient que des avancées techniques majeures ont vraiment fait… Lire plus »
wpDiscuz