Grand Prix de l’Innovation 2010 pour Heliotrop

Heliotrop, start-up dans le domaine de l’énergie photovoltaïque, a remporté mi-décembre 2010 le Grand Prix de l’Innovation, remis au cours d’une cérémonie à la Cité des Sciences et de l’Industrie de la Villette, animée par Nicolas Doze de BFM, en présence d’une foule nombreuse.

Heliotrop a déjà procédé à l’installation de sa première unité photovoltaïque à concentration (CPV), montée sur suiveur solaire (« tracker »), sur le site du CEA à Cadarache, dans les Bouches-du-Rhône.

Avec cette technologie qui reste le fruit d’une collaboration avec le CEA-Liten (équipes de l’INES), Heliotrop rejoint la dizaine d’industriels dans le monde qui maîtrisent cette technologie et ouvre ainsi la voie à de nouvelles générations de centrales solaires à haut rendement.

« Les modules CPV constituent une révolution dans le monde du photovoltaïque : la technologie très haute concentration Heliotrop permet des coûts compétitifs et un rendement élevé, ce qui rapproche l’électricité solaire de la parité réseau (1*) dans les zones à fort ensoleillement » déclare Paul Bellavoine, Directeur Général de la société Heliotrop. « D’ici 5 ans, le marché mondial du CPV devrait peser 3 milliards d’euros et représenter 1 GW, soit plus de 10% du marché du photovoltaïque ».

« Le principe est simple : nous concentrons l’énergie du soleil 900 fois sur des cellules III-V Triple Jonction à haut rendement, utilisées depuis quatre décennies sur les satellites, grâce à des lentilles de Fresnel » explique Jean-Edouard de Salins, Président d‘Heliotrop. « Chaque unité CPV Génération 1 génère une puissance de 7kW et l’installation de plusieurs centaines d’unités permet donc de créer des centrales solaires de puissance supérieure à 10 MW, l’équivalent de la consommation électrique d’une ville de plus de 15 000 habitants ».

Grand Prix de l'Innovation 2010 pour Heliotrop

Les unités CPV Heliotrop s’installent au sol. Elles sont constituées de modules CPV, montés sur un suiveur solaire deux axes, qui ajuste son orientation avec la trajectoire du soleil. Elles sont peu sensibles à la chaleur (sensibilité huit fois plus faible que les panneaux silicium) et présentent l’avantage de respecter l’environnement : les modules CPV étant montés sur tracker, donc surélevés, il est possible de partager le terrain avec une exploitation agricole (élevage ovin, culture maraichère, etc.). Les cellules utilisées sont à base de germanium et ne contiennent pas de métaux potentiellement toxiques comme le cadmium par exemple.

« Nos unités CPV contribuent à la baisse du prix des centrales solaires puisqu’une concentration de 900 soleils signifie 900 fois moins de matériel semi-conducteur nécessaire » assure Paul Bellavoine. « Et le rendement total du système dépassera les 27%, soit environ deux fois celui des panneaux silicium et trois fois celui des couches minces » ajoute Jean-Edouard de Salins.

Grand Prix de l'Innovation 2010 pour Heliotrop

Ce projet s’inscrit dans les conclusions du rapport de juillet 2009 du député Serge Poignant sur l’énergie solaire photovoltaïque, qui cite explicitement les concentrateurs comme une voie d’avenir.

L’installation d’une unité CPV de première génération sur le site du CEA-Cadarache permet de tester le prototype en conditions réelles et de fournir les données nécessaires à son perfectionnement. Heliotrop pourra ainsi produire et installer sa deuxième génération d’unités CPV, aux performances accrues (concentration de 1024 soleils), au quatrième trimestre 2010. Ces unités sont conçues pour une durée de vie largement supérieure à 25 ans, montrée par des tests de vieillissement accéléré.

La commercialisation de cette nouvelle unité CPV interviendra dès 2011, notamment grâce au programme de développement accéléré de Heliotrop, « rendu possible par l’utilisation de technologies existantes et l’implication d’excellents scientifiques et industriels français » explique Jean-Edouard de Salins.

L’entreprise commercialisera ses centrales solaires dans les régions du monde à fort ensoleillement, notamment dans le Sud de la France, les pays méditerranéens, dans le cadre du Plan Solaire Méditerranéen (2*), au Moyen-Orient, en Californie, etc. Heliotrop vise 20% du marché mondial du CPV en 2015.

1* Parité réseau : l’augmentation du prix d’électricité d’une part et de la baisse du coût de production de l’électricité photovoltaïque d’autre part vont permettre d’atteindre la parité avec le réseau, c’est à dire un coût de production du kWh photovoltaïque égale au coût d’achat de l’électricité au détail.

2* Plan Solaire Méditerranéen : projet dans le cadre de l’Union pour la Méditerranée qui vise à accroître l’utilisation des énergies renouvelables et à renforcer l’efficacité énergétique dans la région.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "Grand Prix de l’Innovation 2010 pour Heliotrop"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
michel123
Invité

A ces concentrations solaires il est probable que de hautes températures sont atteintes et qu’une fraction non négligeable de celle ci pourrait être récupèrée par un échangeur thermique. Mais certains travaillent sans doute la dessus…..

stan1504
Invité

kw par jour ? … Pour la cogénération il faudrait que ce soit rentable de le faire, hors là je ne vois pas trop l’interet de rajouter une “usine à gaz” sur un montage déjà assez compliqué. De plus les cellule triples jonction absorbent une grande partie du spectre alors à mon humble avis celà ne chauffe pas trop. Cordialement.

michel123
Invité
le rendement a beau être le double des pv silicium il n’est quand même que de 27 % ce qui laisse 70% de pertes thermiques à récupérer d’une façon ou d’une autre. Des circuits de refroidissement(il en faut sûrement pour éviter que les soudures , exposées à 1000 fois l’irradiation solaire , ne fondent ). Des circuits donc , à base d’huile par exemple et passant à l’arrière de ces jonctions (posées sur une simple plaque de métal) et supportant des températures de 300 ° pourraient servir de caloporteur sans risque de corrosion et ensuite transmettre l’énergie à des groupes… Lire plus »
Quercus83
Invité

Pendant qu’HELIOTROP présentait son unité sur le site du CEA de Cadarache, CONCENTRIX-SOLAR et SOITEC , dans la plus grande discrétion pour ne pas s’attirer les foudres des élus rétrogrades de la commune de RIANS,mettaient la dernière main à leur station expérimentale de 460 KW , à quelques kilomètres de là. Même technologie, mais des trakers moins massifs,plus esthétiques, et une longueur d’avance sur le rendement. Pourquoi n’avoir pas communiqué sur cette très belle réalisation, montée par les Espagnols de Social-Energie ??

Mistral
Invité

Dans le même temps,à quelques pas de là, mais sans aides de l’état ni subventions,un joli champ de trackers a vu le jour, discrètement, sur la commune de RIANS.L’auteur en serait SOITEC. Et la rumeur selon laquelle quelques fesses-terreuses-staliniennes en auraient fait un caca nerveux, a franchi les collines. Mais vous n’êtes pas obligés de le croire.

Guydegif(91)
Invité
Voilà une technologie, -de surcroit mise en oeuvre par une société française! Cocorico!-, qui mériterait d’être plus mise en lumière par nos médias et nos politiques-décideurs hexagonaux, car devrait avoir un bel avenir dans le monde du Solaire. – Choix et coûts technologiques optimisés car la partie ”concentration” en amont des cellules PV et moins chère que ces dernières est mise à profit en optimal pour la conversion Solaire -> électricité. – Gros potentiel lié à cette optimisation – Technologie française, donc effet d’aubaine pionnière à optimiser, ASAP ! Surtout dans le contexte actuel du constat d’impuissance relative face au… Lire plus »
wpDiscuz