La capacité éolienne installée a reculé en 2010

Selon les derniers chiffres publiés lundi par l’Association européenne de l’énergie éolienne (EWEA), la capacité éolienne installée dans l’Union Européenne pour la seule année 2010 s’est élevée à 9,3 gigawatt (GW), en baisse de 10% par rapport à 2009 (10,3 GW).

La capacité éolienne cumulée a atteint fin 2010, une puissance de 84 GW. Ce recul manifeste est apparu malgré une poussée des installations éoliennes offshore, passant de 582 MW en 2009 à 883 MW l’année dernière, soit une progression de +51%. La cause est donc à rechercher du côté de l’éolien terrestre qui a connu une baisse de 13,9% pour s’établir à 8,4 GW contre 9,7 GW en 2009.

"Ces chiffres constituent un avertissement que nous ne pouvons pas ignorer dans la poursuite du financement des énergies renouvelables", a déclaré Christian Kjaer, directeur général de l’EWEA. "Un meilleur accès au financement reste un besoin urgent, et l’Union Européenne doit agir sans tarder pour éviter que l’Europe ne perde sa position de leader dans les énergies éoliennes et autres technologies renouvelables."

Le total des investissements dans ces nouvelles installations est resté inchangé à 13 milliards d’euros, par rapport à 2009, dont 10,1 milliards alloués à l’éolien terrestre.

"La croissance remarquable de l’éolien terrestre sur les marchés roumains, polonais et bulgares n’a pas pu compenser la baisse des nouvelles installations situées en Espagne, en Allemagne et au Royaume-Uni. Le fort développement du marché de l’éolien offshore a été mené par le Royaume-Uni, le Danemark et la Belgique" a ajouté Christian Kjaer.

La capacité d’énergie renouvelable globale, notamment dans l’éolien, le solaire, l’hydraulique et la biomasse, a atteint un niveau record en 2010, en augmentation de 31%, passant de 17,5 GW en 2009 à 22,6 GW en 2010.

Toujours selon l’EWEA, les installations éoliennes ont représenté en 2010, 17% de la capacité électrique dite de nouvelle génération.

Le gaz reste tout de même le grand gagnant avec 28 GW de capacité installée l’an dernier, comparativement à 6,6 GW en 2009. Ce combustible a ainsi représenté 51% de toutes les nouvelles capacités d’énergie en 2010.

Enfin, la capacité éolienne installée d’ici la fin de l’année 2010 sera en mesure de produire 181 TWh d’électricité (contre 163 TWh en 2009), représentant 5,3% de la consommation globale d’électricité de l’UE (conte 4,8% en 2009).

Pour consulter le rapport complet de l’EWEA, veuillez cliquer sur ce lien >>>>> ICI

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

17 Commentaires sur "La capacité éolienne installée a reculé en 2010"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
paul
Invité

Le titre est faux il s’agit de l’augmentation qui est moindre en 2010 qu’en 2009

Samivel51
Invité

C’est la capacité INSTALLEE qui a reculé en 2010, pas la capacité tout court qui, elle, a augmenté de 9,3 GW. Merci.

renewable
Invité

Le posteur de l’article l’a-t-il lu? On est en droit de se le demander… Ou alors c’est juste pour piéger les malades du lobby anti-éolien qui vont balancer partout que “‘éolien recule”!

renewable
Invité

effectivement il manque le mot INSTALLEE

enerZ
Invité

La correction a été apportée. Nous sommes limités dans la longueur du titre… désolé. La rédaction

Pastilleverte
Invité

le rendement de l’éolien européeen, tous pays confondus est prévu à 25 % en 2011 ? Si seulement …

bmd
Invité
Ce serait bien que vous réagissiez aussi rapidement quand on vous signale les détournement de sens du genre l’indutrie éolienne a installé X MW, c’est-à-dire une puissance équivalente à celle de Y réacteurs nucléaires, ou la consommation électrique de Z foyers. dur dur! Ne nous plaignons pas trop: on peut se faire pour une fois ici une idée du facteur de charge de l’éolien installé en Europe: 181 TWh pour 84 GW, cela fait l’équivalent de 2154 heures pleine puissance, soit un facteur de charge de 24,6 % en gros 3,5 fois moins qu’une centrale à gaz. Les centrales à… Lire plus »
Oblix
Invité

… à moins d’installer 4 fois plus d’éoliennes qu’il n’en faut, les répartir aux quatre coins de l’Europe pour égaliser les variations de vent et les raccorder à un réseau de distribution de très haute capacité… Avec des éoliennes off-shore flottantes de 10MW et plus, c’est  scénario extrème mais possible dans un avenir pas trop éloigné.

Dan1
Invité

“à moins d’installer 4 fois plus d’éoliennes qu’il n’en faut, les répartir aux quatre coins de l’Europe pour égaliser les variations de vent et les raccorder à un réseau de distribution de très haute capacité…” Ben non ça ne marchera pas car les systèmes météo qui décident de la production des éoliennes sont très grands (plusieurs milliers de km). Donc même à l’échelle de l’Europe, les fluctuations sont importantes et aléatoires. Si on surdimensionne trop le système, on casse la rentabilité économique car on sera obligé d’arrêter très souvent les éoliennes (production perdue).

Devoirdereserve
Invité

Voilà, on a sans doute installé tous les sites les plus favorables. Alors les installations nouvelles vont baisser… inéluctablement ? Comme le pétrole, il va falloir attaquer le “non-conventionnel” : plus cher, plus loin… c’est-à-dire, pour l’éolien : l’off-shore.

Sicetaitsimple
Invité
Que le financement des projets a été difficile fin 2008 ou en 2009.. Ce n’est pas une surprise. Ca ne veut pas dire que ça ne va pas reprendre, simplement il est vrai que dans certains pays qui étaient des moteurs( Allemagne, Espagne, Danemark), on arrive à une certaine saturation (ou une saturation certaine) sur l’onshore. Il y a encore plein de place dans d’autres pays, dont la France, sous réserve que les projets soient acceptés. -10% sur une année de crise, ce n’est pas vraiment significatif. Et après, il y a l’offshore, mais là on va voir. Ce n’est… Lire plus »
Lol
Invité

Un business construit sur l’appauvrissement des ménages. Des niches fiscales franco françaises…pas de quoi être fiers. Bravo aux associations de protections de l’environnement qui parviennent à freiner l’invasion de ces machines en France. Dommage pour les pays plus vulnérables, qui se retrouvent “terrains de chasse” pour les promoteurs.

Sicetaitsimple
Invité

qui freinent les projets de l’énergie renouvelable qui est la plus près d’être compétitive avec les energies fossiles…Il n’y a pas de “niche fiscale ” dans l’éolien onshore, vous devez confondre avec autre chose… Je ne dis pas qu’il faut faire n’impote quoi, mais être contre tout, ce n’est pas forcément préparer pour nos enfants un avenir très reluisant.. N’oubliez pas de faire le plein demain,et de payer votre facture de gaz ou de fuel pour le chauffage.

arzi77
Invité

Si “181 TWh d’électricité  représentant 5,3% de la consommation globale d’électricité de l’UE”, c’est donc que cette conso globale est proche de 36 000 TWh, c a d que la conso française, (bien inferieure a 540 TWh…) , ne fait meme pas 1,5 % de celle de l’UE ? Etonnant , Non ?

Sicetaitsimple
Invité

si 181 representent 5,3%, c’est que la consommation totale est proche est de 3600, pas 36000…

arzi77
Invité

Exact Merci ! 13 ou 14 % … cela correspond mieux a ce que l’on connait !

jp
Invité

LES ÉOLIENNES DÉFINITIVEMENT BANNIES DU LITTORAL ? Toute construction, portant extension de l’urbanisation, ne peut intervenir qu’au sein ou en continuité d’un espace bâti particulièrement dense (30-40 constructions minimum). La Cour Administrative d’Appel de Nantes, dans un arrêt en date du 28 janvier 2011 met un coup d’arrêt à la construction d’éoliennes en zone littorale.

wpDiscuz