Enerzine

La France veut développer 1500 projets de méthanisation en 3 ans

Partagez l'article

Le gouvernement a annoncé le lancement d’un appel à projets pour le développement de 1.500 installations de méthanisation en 3 ans réparties dans les territoires ruraux.

La filière Biomasse Énergie représente aujourd’hui environ 60% de la production d’énergie finale renouvelable en France. Hors biocarburants, ce pourcentage reste très conséquent, de l’ordre de 50%.

Lors de son discours prononcé en ouverture du Colloque national biomasse organisé par le Syndicat des énergies renouvelables (SER) et par France Biomasse Énergie, la ministre de l’écologie, de l’énergie et du développement durable a réaffirmé son souhait de développer la production d’énergie à partir de biomasse et développé 12 actions en faveur de la filière biomasse énergie.

Ségolène Royal entend bien soutenir et accélérer le développement de la méthanisation en lançant 1.500 projets de méthanisation en trois ans répartis sur tout le territoire français, en métropole et en Outre-Mer.

Cet appel à projets vise à identifier les porteurs de projets de méthanisation pour mieux les accompagner dans leurs démarches sur la phase amont du projet. Cet appel à projets s’adresse aussi bien à des porteurs de projet du monde agricole, de l’industrie ou de l’agroalimentaire qu’à des collectivités territoriales.

En fonction des besoins identifiés, les porteurs de projets seront mis en relation avec les services compétents de l’Etat, de l’Ademe ou des gestionnaires de réseaux.

L’appel à projet sera clôturé le 4 septembre 2017.

Qu’est ce que la méthanisation ?

La méthanisation est un processus naturel de dégradation biologique de la matière organique dans un milieu sans oxygène due à l’action de multiples micro-organismes (bactéries). Elle peut avoir lieu naturellement dans certains milieux tels que les marais ou peut être mise en œuvre volontairement dans des unités dédiées grâce à un équipement industriel.

Elle produit un gaz, appelé « biogaz », composé principalement de méthane (de 50 à 70%) et de dioxyde de carbone. C’est le méthane contenu dans le biogaz qui lui octroie ses vertus énergétiques. Cette réaction produit également un résidu, appelé digestat, qu’il est ensuite possible de valoriser en tant que fertilisant pour l’agriculture.

Le biogaz produit par la méthanisation peut être valorisé de différentes manières :

– par la production d’électricité et de chaleur combinée dans une centrale en cogénération ;
– par la production de chaleur qui sera consommée à proximité du site de production ;
– par l’injection dans les réseaux de gaz naturel après une étape d’épuration (le biogaz devient alors du biométhane) ;
– par la transformation en carburant sous forme de gaz naturel véhicule (GNV).


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    31 Commentaires sur "La France veut développer 1500 projets de méthanisation en 3 ans"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Mdr
    Invité
    Juste une question : verra-t-on, comme pour le bio-carburant, des cultures dédiées à la méthanisation au détriment de cultures vivrières ? Ne risque-t-on pas de tomber dans le travers brésilien ? et le développement artificiel de « ressources » pour ces digesteurs… Prenons le cas de la Bretagne, terre agricole par excellence, où la productivité l’a emporté depuis longtemps sur la raison (et sur les sables blancs de St-Michel en Grève !!!) et où ce genre d’installation risque de conforter une certaine forme d’agriculture intensive et peu regardante sur les effets néfastes de long terme… Comment conciler cette source d’énergie « propre » avec… Lire plus »
    raymond9
    Invité

    La méthanisation est une très bonne idée si on se sert des déchets pour cela. Par exemple: les déchets agricole, l’agroalimentaire, les stations d’épuration… Si toutes ces ressources étaient utilisées il y a là un potentiel très important 1500 méthaniseur c’est pas grand chose au vu du potentiel. C’est une très mauvaise idée si on cultive des terres dédié a cette production de gaz. La méthanisation comme l’hydraulique est très intérressante pour pallier à l’intermitence des énergies renouvelable et permet d’éviter la construction de centrale thermique fossile. Tout cela bien sur avec pour objectif l’arrêt du nucléaire.

    seb
    Invité
    En France les cultures énergétiques dédiées sont très défavorisées en terme de tarif d’achat de l’énergie produite, alors qu’en Allemagne celles ci ont été poussées par des tarif d’achat payant plus cher l’énergie issue de cultures énergétiques. Seules sont tolérées en France la valorisation par méthanisation des cultures intermédiaires CIVE / CIPAN (Cultures Intermédiaires à Vocation Energétique / Cultures intermédiaires Pieges à Nitrates). Sur le modèle de développement agricole, il ne me semble pas que la méthanisation soit porteuse d’un modèle en particulier… Dans certains cas elle permet une réflexion plus large sur le modèle de l’exploitation, dans d’autres elle… Lire plus »
    Guydegif(91)
    Invité
    OUI: à la Méthanisation pour Valoriser des déchets agricoles, déchets agro-alimentaires, FFOM (Fraction Fermentescible des OM, déchets de cuisine, restes de repas, etc…), les boues de STEPs (sans métaux loursd cependant, donc controlées en amont!), les coupes d’inter-cultures,… NON: aux cultures dédiées à seule fin de Méthanisation, comme les hectares de maïs en Allemagne,….où on injecte en amont le fuel pour cultiver ce qu’on convertit ensuite en…fuel-biogaz ! Un peu dingue ! Get your priorities right ! Ce qui semble réjuissant dans ci-dessus c’est:  »…appel à projets pour le développement de 1.500 installations de méthanisation en 3 ans réparties dans… Lire plus »
    Luis
    Invité

    ¤ Combien de milliers d’hectares sont dédiés à la production d’agrocarburants … Pourtant, une centrale photovoltaïque sur un hectare produit en moyenne 850 MWh (de 700 MWh à 1.050 MWh selon les régions), alors que l’énergie obtenue sur un hectare de colza tourne autour de 9 à 10 MWh dans le meilleur des cas (un MJ = 0,278 kWh). Combien de subventions et détaxes pour les agrocarburants ? Avec cela, on pourrait construire quelques giga-usines de panneaux photovoltaïques en Europe, produisant à des coûts chinois (automatisation, rendement cellules …) et des panneaux PV pendant des années.

    Papijo
    Invité
    @Guydegif(91) Comment contrôlez vous la teneur en métaux lourds à l’entrée d’une station d’épuration (un gendarme avec son sifflet devant l’égout ?), la FFOM: je ne connais pas une seule usine en France qui produise autant d’énergie qu’elle en consomme (les très rares jours où elles ne sont pas à l’arrêt !). Que la méthanisation soit un procédé (parmi d’autres, pas forcément le meilleur, mais certainement le plus puant) pour éliminer des déchets très humides, je ne le nie pas. Mais il ne faut pas en attendre une quelconque production nette significative d’énergie. Si on veut tirer de l’énergie en… Lire plus »
    Toutoune
    Invité

    On dirait vraiement que l’on va chercher les solutions les plus complexes et les moins performantes. Pourquoi ? L’eolien terestre est simple et rentable, on construit des eoliennes en mer… le photovoltaique devient rentable, on bloque la filière,etc… Je suis d’accord avec Papijo. il y a également un risque « d’infiltration de poluants » dans le processus.

    Bruno lalouette
    Invité
    Les déchets issus de l’agriculture industrielle qui se gave d’engrais et de pesticides pétrochimiques, représentent 378 millions de tonnes annuelle ! 60% sont méthanisables et représenteraient 30% de notre consommation de carburants actuelle, et je suis certains que l’on peut augmenter le rendement avec du thermique solaire ! Quant au délire des fuites polluantes, savoir que ces déchet dégazent naturellement leur méthane dans la nature, qui participe 25 fois plus que le CO2 au réchauffement ! Ensuite, même si il devait y avoir des cultures dédiées, j’en ai strictement rien à foutre que l’émir du Qatar et le que le… Lire plus »
    Tech
    Invité
    quand je vois qu’au Tibet la bouse de quelques yacks via un méthaniseur hypersimple sert à faire boullir la marmite d’un famille ou deux!!! je me demande ce qui empêche d’avoir une gamme de méthaniseurs qui permettrait d’utiliser les déjections des multiples élevages en France en y ajoutant ou en regroupant d’autres déchets si nécessaire. quand je vois le nombre de ballots de foins enrubannés qui pourissent dans les champs ou les branches qui sont brulées ou sèchent au bord des hayes , sans parler de toutes les tontes de bord de routes et d’autoroutes ainsi que les élagages et… Lire plus »
    Papijo
    Invité
    Vous ne devez pas bien connaitre la méthanisation. La bouse de quelques yacks … cela représente combien de yacks ? (pour faire toute la cuisson, pas seulement pour la photo !), et ensuite, il n’y aura plus qu’à acheter des engrais azotés pour fertiliser les sols ! Le bois ne méthanise pas (on retrouve dans le lit des rivières, donc à l’abri de l’air comme dans un méthaniseur, des pirogues construites par nos ancêtres il y a plusieurs millénaires) ! Les « ballots de foin enrubannés » ne pourrissent pas, ils sont protégés pour quelques mois et attendent d’être mangés Les « tontes… Lire plus »
    Tech
    Invité
    à Papijo vous semblez ne pas la connaitre non plus! je parle de l’élagage des branches vertes par exemple, bien sur pas du bois en buche, celui là je le brule! lisez donc ceci: si je vous parle de ballots pourris c’est que j’en connais, je sais très bien comment fonctionne le principe, je peux même vous apprendre qu’il y a une différence entre les ballots blancs et noirs, à vous de chercher laquelle ! je n’ai pas eu à aller bien loin pour vous trouver ceci (pour une fois que je cite wikipédia!): Méthanisation des déchets solides La méthanisation… Lire plus »
    Samzine
    Invité

    @Bruno Lalouette Les déchets issus de l’agriculture industrielle qui se gave d’engrais et de pesticides pétrochimiques, représentent 378 millions de tonnes annuelle ! Info intéressante. Je suis preneur d’une source si vous avez un lien. 60% sont méthanisables et représenteraient 30% de notre consommation de carburants actuelle, et je suis certains que l’on peut augmenter le rendement avec du thermique solaire ! Idem, une source ?

    Sicetaitsimple
    Invité

    Vous allez bientôt nous sortir l »an 01 de Reiser comme référence? Si vous mettez de la matière ligneuse style élagage dans un méthaniseur « Ségo style », c’est comme si vous pissiez dans un violon énergétiquement et en plus vous risquez des problèmes. Arrétons de parler des trucs certes sympa mais qui ne sont en aucun cas à la hauteur des ordres de grandeur, ni de l’état de développement en Europe. Si quelqu’un veut construire des meules de broussailles hachée, tant mieux pour lui, c’est juste son plaisir.

    plouc73
    Invité
    La méthanisation des déchets agricoles n’est pas forcement stupide. Mais il faut que ce soit des déchets de production vivrières et non de la méthanisation de produits dédiés à aol production de méthane. autre écueil à éviter : les ordures ménagères. Les 2 usines qui s’y sont risqué en Ile de France (Jarcy et Montreuil) sont arrêtées , les digesteurs ayant été mis HS par les plastiques et les bouts de verre. Quant à l’usine de séquedin (CU de Lille, c’est la bagarre permanente avec les entreprises de ramassage pour avoir des déchets fermentescibles de qualité correcte. A l’inverse, il… Lire plus »
    Nicias
    Invité

    Maintenant que Mme la ministre est allée annoncer au lobby de la méthanisation qu’elle allait arroser la filière de subventions, on attend qu’elle vienne nous annoncer combien on va devoir payer.

    Papijo
    Invité
    Même le bois des « branches vertes » n’est pas méthanisable. Je lis dans votre lien: « Dix kilos de broussaille, … fournissent en gaz l’équivalent d’un litre de super »: On voit bien que ni vous, ni ce monsieur n’ont jamais pratiqué la méthanisation, ni les bilans matières/thermiques ! Les rendements réels sont très inférieurs: de vos 10 kg de broussailles, vous retirez l’humidité (70% ?), le bois (70 % des 30% restant ?), le CO2 produit avec le méthane, la masse et l’énergie restant dans le digestat … courez vite chercher des tas d’autres broussailles si vous voulez votre litre de super… Lire plus »
    seb
    Invité

    Pourquoi parlez vous d’une boue puante ? Le digestat ne sent quasiment rien ! C’est d’ailleur une des raison d’adopter la méthanisation pour les élevages située près de zones résidentielles… Et moi qui viens de passer trois jours dans les odeurs d’épandage de mon voisin, je peux vous dire que ce que l’on pourrait mettre dans un methaniseur est très loin de sentir la rose en l’état…

    Tech
    Invité
    je ne prone rien et encore une fois ne dit pas que la méthanisation est la solution à tout. je dis seulement que la matière première existe, et qu’elle n’est pas toujours exploitée comme elle le pourrait. que des bricolages ont montré des solutions simples et économiques permettant d’utiliser des resssources locales. et je ne nie pas que le passage à une production industriel est un difficile, mais vous aurez noté que je souhaiterai que le citoyen reprenne la main sur la fourniture d’énergie et il ya suffisamment d’exemples pour montrer que c’est possible. c’est la somme de toutes les… Lire plus »
    Bruno lalouette
    Invité
    378 millions de tonnes de déchets verts par an en France est le chiffre fournit par l’Ademe ! Pour l’Allemagne, faire du biogaz avec du maïs est effectivement une très mauvaise idée. Je suis partisan du lin, du chanvre et de la luzerne sans pesticides, engrais et arrosages, ce qui signifie effectivement de baisser la production alimentaire. D’un coté 70 milliards de facture énergétique, de l’autre 15 milliards d’exportations du secteur agroalimentaire, oui mais à 80% composées d’eaux, de vins et de spiritueux, plus 11 milliards d’importations de fruits et légumes, plus les importations de fleurs et de plantes d’intérieur.… Lire plus »
    Papijo
    Invité
    Pourquoi parlez vous d’une boue puante ? Le digestat ne sent quasiment rien ! Pourquoi je parle d’une boue puante … tout simplement parce que j’ai eu l’occasion d’en respirer à de nombreuses reprises ! Evidemment tant que le digestat est à l’intérieur du digesteur, on ne sent rien, mais il faut bien qu’il ressorte un jour avec les composés formés durant la fermentation (NH3, H2S, mercaptans …) pour être en principe « compostés » au milieu d’autres déchets verts, et là, ça sent tout autant sinon plus que les lisiers qui ont séjourné quelque temps dans leur cuve à l’abri de… Lire plus »
    seb
    Invité
    Votre document me conforte dans ce que je pense du Tri Mécano Biologique (TMB). Je regrette cependant qu’il ne soit pas signé et qu’il n’instruise qu’a charge… Ce dont parle l’article concernant les 1500 méthaniseurs, c’est bien de méthanisation agricole, et là ce que vous dites ne tient plus : – les odeurs sont beaucoup plus faibles avec la méthanisation que si on épand les lisiers et fumiers directement. – ca permet des économies d’azote. – ca restitue la fraction ligneuse au sol pour reconstituer l’humus. Vous êtes contre le TMB, je vous rejoint sur ce point, mais, s’il vous… Lire plus »
    Papijo
    Invité
    Excusez moi, j’avais confondu vos positions concernant la FFOM avec celles de Tech … Pour ce qui concerne la « méthanisation agricole », si on parle de « lisiers et fumiers » (pas de cultures dédiées), la méthanisation ne fait qu’éliminer une partie des matières organiques. Les composés odorants (H2S, NH3 …) ne sont pas détruits tant qu’ils n’ont pas été mis en contact avec l’air (et les bactéries adéquates), ce qui en principe a lieu lorsqu’on composte le digestat sorti du méthaniseur en mélange avec d’autres déchets verts. Le problème des « méthaniseurs à la ferme », c’est que toutes ces opérations ont lieu en… Lire plus »
    Banni_du_forum
    Invité

    « Ne risque-t-on pas de tomber dans le travers brésilien ?  » ou plutot du travers allemand

    Papijo
    Invité
    Ne vous inquiétez pas pour moi, je sais très bien ce que sont une station d’épuration, un digesteur de boues de station d’épuration, du biogaz de décharge, etc… Non, la plupart des usines de méthanisation ne possèdent pas de traitement du gaz produit (pourquoi faire si le gaz est brûlé sur place ?), et un moteur brûle très bien H2S et NH3, du moins dans les teneurs rencontrées dans le gaz de méthanisation (et relarguera SO2 et peut-être quelques NOx). Par contre, comme je l’ai écrit, les odeurs dont je vous parlais émanent non du gaz mais du digestat lui… Lire plus »
    seb
    Invité
    Le H2S est supprimé du biogaz par injection d’air en haut du digesteur (si vous visitez une méthanisation agricole vous verrez les stalactites de souffre se formant sur le filet au dessus du digestat). Si on le laissait dans le gaz, le moteur de la cogénération ne ferait pas long feu… L’ammoniac se trouvant dans le digestat demande à ce que celui ci soit épandu correctement, à savoir, au minimum grâce à un épandeur à pedillards, de façon à réduire la volatilisation de celui ci. Ceci est une condition indispensable à l’agrément d’une installation. Plus que pour des questions d’odeurs,… Lire plus »
    Papijo
    Invité
    Je ne connais pas la méthanisation agricole comme vous, mais relativement bien les usines traitant la FFOM. Je suis surpris qu’on traite H2S sur ces installations, alors qu’on ne le fait pas sur des usines bien plus grandes, même dans les usines que j’ai pu visiter en Allemagne (ce qui remonte tout de même à une 10zaine d’années). Je vous confirme qu’un moteur à gaz brûle très bien le H2S contenu dans le biogaz sans prétraitement (ni introduction d’air). Les quantités de soufre dans le gaz sont en effet beaucoup moins fortes que celles contenues dans les anciens gas-oils que… Lire plus »
    Papijo
    Invité

    Bof, vous trouvez le contenu des poubelles très liquide ? (d’accord, pour accélérer les réactions, on ajoute d’assez grandes quantités d’eau avant le digesteur). Sinon, on en revient à ce que j’ai écrit plus haut, si on veut produire de l’énergie (et encore, pas beaucoup), il faut méthaniser du maïs ou d’autres céréales équivalentes, mais certainement pas du gazon, des déchets verts ou des lisiers. Quelques données: Cliquer ici (Wikipedia) Le site en clair pour le cas où le « HTML » ne passerait pas:

    Sicetaitsimple
    Invité

    « De toute façon c’est totalement débile, il n’y a aucune terre en Allemagne qui est utilisé pour faire du maïs énergétique… La quasi totalité du maïs est utilisé pour l’élevage du bétail ». C’est bizarre, moi je lis que: « Of the 2.5 million ha in Germany used for maize production in 2012, 900,000 ha were used in biogas production » Pour la source, je n’ai pas mieux que celle-ci, désolé! … rgy-crops/

    Dan1
    Invité

    Et on a avait déjà parlé : Mais si ça se trouve chelya ne regarde pas ARTE… il sait déjà !

    Siceraitsimple
    Invité

    Remarquez, il y a des progrès: Chelya n’ose plus affirmer comme il le faisait il y a quelques temps que le mais est une « culture dérobée »…

    Papijo
    Invité

    Le maïs fait sa croissance maximale en juillet / août quand les températures et l’ensoleillement sont maximum. Vous semez quoi à cette période de l’année ?

    wpDiscuz