L’Allemagne soutient le stockage du carbone

Le gouvernement allemand a adopté un projet de loi pour soutenir la solution de capture et de stockage du dioxde de carbone (CCS) pour les centrales au charbon.

Selon le Ministre de l’Environnement Sigmar Gabriel, "les centrales au charbon n’auront un avenir que si elles deviennent moins nocives pour le climat. Le CCS pourrait permettre de répondre à cette perspective." 

A condition de "vérifier si cette technologie fonctionne à une échelle industrielle", a-t-il prévenu : "Nous n’allons pas signer un chèque en blanc à la CCS, qui prendrait la place de notre action". "Au contraire, le projet prévoit des normes environnementales strictes pour qu’il ne constitue pas une exception [aux limitation des émissions de dioxyde de carbone]. Le critère le plus important est que les sites stockage doivent garantir en permanence des conditions de sécurité."

La loi prévoit notamment d’accorder aux opérateurs une sécurité de planification et d’investissement pour les projets pilotes et de démonstration.

Ceux-ci auront toutefois pour obligation de prouver, entre autres choses, que la rétention du gaz dans le sous-sol est assurée pour une durée illimitée. Elle implique également des mesures de protection pour l’homme et pour l’environnement.

30 ans après la désaffection d’une usine, donc 80 ans après sa mise en service, les opérateurs transféreront leur responsabilité au gouvernement fédéral, mais à la condition qu’il puissent fournir la preuve de la sécurité à long terme des installations, en fonction des avancées de la science et des technologies.

En 2015, le gouvernement fédéral analysera l’expérience recueillie par les projets de démonstration nationaux et à l’étranger. Elle décidera alors dans quelle mesure le respect des normes environnementales et de sécurité peuvent être prouvées, et si le CCS est une option techniquement et économiquement viable.

Ce projet de loi transpose dans le droit allemand la directive du parlement européen et du conseil relative au stockage géologique du dioxyde de carbone.

Le gouvernement fédéral précise que le stockage du carbone est compatibl avec un objectif de renforcement de l’efficacité énergétique et d’utilisation des énergies renouvelables. L’Etat allemand entend établir des dispositions juridiques claires, pour une utilisation écologiquement rationnelle de la technologie CCS, afin que les entreprises puissent opter pour cette option pour atteindre les objectifs de réduction des émissions de CO2.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "L’Allemagne soutient le stockage du carbone"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
pasnaif
Invité
de la part des Verts allemands participant au pouvoir. Mais je m’attends à une avalanche de freins dans les réalisations à cause du contenu “devront démontrer l’absolue sécurité de ces stockages souterrains” qui laisse libre interprétation à des censeurs de mauvaise foi. Il est clair que pour ces Verts, point de salut hors renouvelable et réduction drastique de consommation, le charbon étant honnis par définition. Pour le commun des mortels de bon sens et sincère, le fait qu’on puisse exploiter d’immenses réservoirs de gaz naturel prouve qu’ils sont étanches à l’échelle de centaines de millions d’années nécessaires à leur développement… Lire plus »
Bill
Invité

Le législateur commence à prendre les choses en main, ceci étant, il ne faut pas s’enthousiasmer trop vite :la faisabilité du stockage du CO2 reste encore à démontrer. Les interactions du CO2 avec les roches de stockage et de couverture, avec les scellements et le tout mélangé à de l’eau et des gaz résiduels restent encore mal connues et modélisées. Il faut aussi déployer des systèmes de mesure de remontée de CO2 vers la surface qu’il faut encore concevoir. Bref, la démonstration du stockage industriel va demander encore quelques efforts.

Menegaux
Invité

Les allemannds avec le CCS sont encore plus pénible que les Suisses avec la biomasse:La aussi il y a de quoi dégouter les investisseurs .