L’Australie supprime sa taxe carbone

Le Premier ministre australien avec l’appui du parlement vient d’abolir la taxe carbone qui selon ses propos nuisait à l’économie du pays et en faisait supporter le coût aux consommateurs par des factures d’électricité plus élevées.

« Grâce à vos votes, nous en avons enfin fini aujourd’hui avec une taxe inutile et destructrice qui nuisait aux emplois, augmentait le coût de la vie des familles et n’était en définitive pas bénéfique à l’environnement », a indiqué à ce sujet le Premier ministre australien Tony Abbott.

Le gouvernement a estimé que grâce à la suppression de cette taxe les ménages économiseront 550 dollars australiens par an.

L’Australie a élu l’an dernier un nouveau gouvernement chargé d’abolir la taxe carbone dont l’impact économique au cours des deux premières années qui ont suivi sa mise en place est estimé à 15 milliards de dollars, selon les estimations du gouvernement.

« La suppression, par le gouvernement australien, de la taxe carbone constitue une leçon en matière d’exercice de l’autorité dans le monde moderne », a déclaré Gregory H. Boyce, PDG de Peabody Energy. « Nous encourageons les décideurs américains à prendre le même chemin en rejetant le projet du gouvernement d’imposer aux centrales électriques des règles qui auront un coût. La réduction à long terme des émissions de monoxyde de carbone ne passe pas tant par des limitations et des taxes que par la technologie. »

Peabody estime que les dirigeants américains peuvent tirer de précieuses leçons du rejet de facto de taxes carbone et de normes favorables aux énergies renouvelables coûteuses. La Chambre de Commerce américaine estime que les règlementations en matière d’émissions de carbone proposées aux États-Unis coûteraient 50 milliards de dollars par an à l’économie. Une étude de l’Heritage Foundation évalue à 1.200 dollars le coût de ce projet en termes de baisse de revenus et de pouvoir d’achat pour un foyer moyen de quatre personnes.

Pour la plus importante société de production de charbon du secteur privé au monde, le coût réduit de l’électricité est essentiel à un moment où un nombre record de 115 millions d’Américains ouvrent droit à une aide sur le plan énergétique et où la précarité énergétique touche 48 millions d’Américains.

Selon Peabody, le charbon permet de produire de l’électricité au plus bas coût aux États-Unis : "le coût de l’électricité dans les États qui n’utilisent pas le charbon est près de deux fois supérieur à celui des États dont la production d’électricité repose essentiellement sur le charbon."

Le charbon est un combustible majeur qui connaît la croissance la plus rapide au monde. Il devrait dépasser le pétrole comme principale source globale d’énergie au monde dans les années à venir.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

22 Commentaires sur "L’Australie supprime sa taxe carbone"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Temb
Invité
Comme d’habitude, les grands utilities à la pointe du progrès et de la protection de l’environnement… Utilities de tous les pays, unis pour nous faire une belle planète ! Pendant ce temps là EDF en France qui est déjà le premier importateur de charbon US en Europe, fait tourner nos centrales charbon à plein régime (+33% en 2013) vient de signer un contrat d’importation de gaz de schistes : En allemagne les même utilities font tout pour conserver leurs subventions au charbon, et préserver la rentabilité de ces centrales face à la progression des ENR dans leur mix (31% d’ENR… Lire plus »
Lionel-fr
Invité
C’est de taxe qu’il s’agit ici, pas de carbone.. Je ne vais pas défendre ce gouvernement puisque ni l’article ni la réaction de Temb ne donnent de synthèse du mix énegétique australien. Par contre j’ai un sérieux doute sur le bien-fondé d’une taxe dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres. Pour certains, le simple mot “taxe-carbone” est la solution à tous les maux , je ne partage pas cet avis C’est une manoeuvre simpliste qui satisfait une vision un peu populiste de la macro-économie, simplifiée à l’extrème et ne tenant aucun compte des réalités de terrain La baisse des émissions… Lire plus »
Lionel-fr
Invité
ok, c’est vrai que ça craint en australie.. c’est surtout la distribution qui est en cause. Mais dans les commentaires de l’article , on lit que le consommateur est libre de changer de fournisseur.. Quoi qu’il en soit , c’est la merde entre fournisseur et “solar rooftop owner” , je reste persuadé que la taxe carb est une erreur et qu’il faut donc trouver des alternatives dont l’autoconsommation en coopérative .. Bon, le secteur minier est surement le plus léonin de tous et l’australie n’est pas vraiment un pays d’enfants de coeur.. je connais trop mal le contexte pour émettre… Lire plus »
Bruno lalouette
Invité

Maintenant, pourquoi ne pas interdire tout simplement de vente et de fret tous les biens manufacturés produits à partir d’une électricité au charbon, au nucléaire et au gaz de schiste. Planter des arbres et des algues pour compenser le CO2 émis, et créer des fonds de pensions dans le domaine de l’énergie qui soient réservés aux seuls salariés. Processus démocratique et anti-dinosaures …

Verdarie
Invité
Encore une fois,je suis totalement d’accord avec ce que dit Lionel-fr. Comme lui, je pense que les taxes sont un pis-aller qui ruines les entreprises et les ménages en faussant les prix et que les solutions ne pourront être que technologiques. Mais la mise en oeuvre technologique reste du domaine des entreprises. Comment faire pour trouver la bonne porte et pouvoir discuter en confiance, lorsque vous êtes porteur de projet qui croit au dicton” chacun son métier et les vaches seront bien gardées”?..Le reproche (si je peux me permettre ?)de lui faire, c’est qu’il ne suffit pas de dénoncer ces… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
Bien sûr, il est facile depuis la France de porter des jugements définifs, n’est-ce pas Temb? Maintenant faut peut-être aller voir d’un peu plus près: Declining electricity demand and the rising uptake of renewable generation, including wind and solar PV,contributed to historically low spot electricity prices in 2011–12 (fi gure 5). But this trend reversed in 2012–13: average prices more than doubled in Queensland (to $70 per megawatt hour (MWh)), Victoria (to $61 per MWh) and South Australia (to $74 per MWh), and almost doubled in New South Wales (to $56 per MWh). Tasmanian pricesrose by around 50 per cent… Lire plus »
Blu
Invité
Franchement, on peut se poser la question quand on voit ce genre d’article partial, sans aucun recul ni nuance. C’est un copier-coller d’un communiqué de presse de Peabody Energy non? L’article n’insiste que sur les effets négatifs de la taxe carbone, et à aucun moment on ne parle du fait qu’il serait peut-être temps que l’Australie envisage de réduire ses émissions de CO2? Je rappelle que l’Australie est un des pays les plus émetteurs de CO2 par personne, malgré un climat plutôt clément et un potentiel renouvelable énorme… La façon dont se comporte le gouvernement Abbott est tellement scandaleuse, que… Lire plus »
Lionel-fr
Invité
Il y a quand même un critère qui fait réfléchir sur le bien fondé de cette taxe : Elle a foiré partout ! elle a aussi occasionné des rétorsions commerciales de la chine clairement récessives (on ne peut pas imposer une taxe aux autres pays qui ne l’ont pas désiré) Je sais que les grands débatteurs préfèrent motiver leur raisonnement par des faisceaux de présomptions. Je fais de l’IA toute la journée et parfois je me demande si c’est pas les bots qui me programment ! Reste que passe ma vie à tester des milliers de cas de figures sur….… Lire plus »
Nicias
Invité
L’Europe devait coupler son marché du carbone avec celui de l’australie en 2015. Pas grave on va continuer a faire mal fonctionner notre truc tout seul. Bon alors en Europe on appelle cela des “permis de polluer” ou marché du carbone, mais en Australie, cela devient une “taxe carbone”. Comme quoi on voit bien que c’était gagné d’avance pour les conservateurs, les mots employés ont tranché Notez que comme en Australie, les compagnies européennes ont chargé le prix des permis (qu’elles ont obtenu gratuitement) sur leurs clients. On s’est tout simplement fait taxer 5 milliards d’€. Heureusement c’est l’Europe, le… Lire plus »
Lionel-fr
Invité

Article étoffé sur le même sujet :

Blu
Invité
Attention, taxe carbone et marché du carbone (emission trading scheme) ce n’est pas la même chose. Dans un cas on paye à l’état une somme qui dépend uniquement de la quantité de carbone émise. Dans l’autre cas ce sont des permis d’émissions qui peuvent être échangés, avec un cours variable dépendant de l’offre et de la demande. Le premier système est clairement plus rigide pour les entreprises, mais il évite aussi des variations erratiques du type le cours qui s’effondre et plus personne n’a intérêt à limiter ses émissions. @Lionel-fr:l’article du point dit à peu près la même chose que… Lire plus »
Blu
Invité

(ok les données sont de 2009, je suis preneur de données plus récentes) (C’est pénible ce nouveau truc de pas pouvoir mettre plus de un lien par post…)

Blu
Invité

‘lectricit#Tarifs_entreprises (le lien n’était pas passé)

Lionel-fr
Invité
Inutile d’aller sur wiki pour trouver un défenseur de la taxe , il y en a partout, je citerais Jancovici qui en a fait son cheval de bataille, polytechnicien qui n’a jamais mis son auguste nez dans les comptes d’une entreprise Votre prose dit ” ..pour faire plaisir aux magnats du secteur minier.. ” est orientée, ce n’est pas parce que ça leur fait plaisir que c’est mauvais , ou que ça enlève le goût de vivre aux autres.. Vous emettez des opinions c’est très bien mais que faites vous dans la vie ? Moi je suis entrepreneur depuis 20… Lire plus »
Blu
Invité
Que le gouvernement australien consulte les industriels du secteur minier, premier producteur de richesses du pays, avant de prendre une décision, c’est parfaitement normal et judicieux. Qu’il n’écoute QUE les intérêts du secteur minier, en faisant passer loin derrière toute autre considération, j’appelle ça du clientélisme. Ici c’est vraiment ce qui s’est passé: il avait besoin du soutien du parti des miniers pour se faire élire, une fois élu il rembourse sa dette envers eux en abrogeant cette loi. A propos du système cap and trade (si j’ai bien compris vous êtes pour?) c’est justement vers ce système que l’Australie… Lire plus »
Lionel-fr
Invité
“sobriété plutot qu’évolution technologique” Sur ce point notre désaccord est total Le covoiturage (j’en ai fait pendant des mois) est une solution pour ceux qui n’ont pas de voiture , pour le co2 ça n’a pas de sens. Le désir de quiconque n’est pas un fervent militant qui veut imposer sa vérité aux autres, c’est le transport individuel qui l’emmene jusqu’à sa destination, le covoiturage , c’est juste de l’autostop version numérique. Ya un âge où ça plait et un autre où on veut de l’efficacité dans le transport en lui même. C’est vrai que faire 10 km/j dans une… Lire plus »
Nicias
Invité

L’étape transitoire consiste pour le gouvernement à fixer le prix de la tonne de carbone (et le marché fixe les quantités) et on appelle cela une taxe. Puis lorsque c’est le marché qui décide du prix et le gouvernement fixe les quantités on parle de marché du carbone. Bien sur c’est différent… Vous pouvez appeler cela comme vous voulez, de toutes façons, pour le consommateur c’est pareil, il paye.

Lionel-fr
Invité
“Il est certain que la “gazéïfication” du carbone sédimenté au carbonifère modifie profondément le climat” Qu’est-ce qui vous fait penser ça? La Nasa, Venus, Mars, la recherche de planètes habitables, les ères glaciaires sur terre, le recul des glaciers, le détroit de Bering, les études chinoises, indiennes, amérindiennes, russes, les mamouths de Sibérie, le fait qu’on parcoure 160 millions de km/j en bagnole rien qu’à L.A. (le soleil n’est qu’à 150 millions de km d’ici), la baisse des surfaces boisées, la baisse du phytoplancton, le rapport T°/co2 sur terre il y a 180 millions d’années, …etc… La première impression que… Lire plus »
Niciias
Invité

Considérer les scientifiques du GIEC comme des activistes est bien sur un point de vue défendable, dans l’absolu, même si je le trouve rétrograde et révisionniste ! Les scientifiques qui travaillent à rédiger les rapports du GIEC ne sont pas payés, ils font du volontariat. Ce sont techniquement des activistes. S’ils étaient salariés et rétribués pour leur travail, bref humains et non des saints, j’aurai plus confiance.

Lionel-fr
Invité
à moitié dedans.. C’est la température qui contrôle de CO2 ET le CO2 qui contrôle la température. Le deux se contôlent mutuellement , les études sérieuses de terraformation de Venus se sont heurtées au carbone qui ne peut pas sédimenter à 460°C Bien sûr que les deux phénomènes se conjuguent et s’amplifient. C’est pourtant bien un rachauffement d’origine chimique et non pas radiative. Et l’ampleur du réchauffement n’en est que plus alarmante. Imaginez un instant que les pôles de Venus aient été à température ambiante.. il suffisait de sédiementer ses GES et on se retrouvait avec UNE DEUXIEME TERRE Avez… Lire plus »
Blu
Invité
Bon c’est un peu tard, mais j’avais deux trois choses à ajouter. “sobriété plutot qu’évolution technologique” Vous déformez ce que je dis, puisque je défendais plutôt “sobriété ET évolution technologique”. Les deux sont nécessaires, sachant que pour certaines choses le premier est quand même accessible beaucoup plus vite et à moindre frais que l’autre. Le covoiturage n’était qu’un exemple, parmi tant d’autres. Evidemment ça ne va pas tout résoudre. J’aurais pu aussi parler du bus, qui est quand même très loin d’être négligeable dans les transports en Australie, et offre un vrai avantage énergétique par rapport à une voiture individuelle.… Lire plus »
Lionel-fr
Invité
..de la Terre dans l’univers ! La seule explication à sa température de surface supérieure à celle de Mercure est son atmosphère à 93% de CO2. Et c’est à cause de ce “métabolisme” de la radiance solaire que la croute n’offre pas un delta T° suffisant pour qu’un champ magnétique se maintienne. Et c’est à cause de cette absence de champ magnétique que le vent solaire a arraché les molécules d’eau. Finalement , il n’y a plus d’eau sur Venus ! Bon, il faut aussi admettre que sa vitesse de révolution n’est pas terrible et que c’est sans doute pour… Lire plus »
wpDiscuz