Le plastique biodégradable, bientôt une réalité ?

Les chercheurs d’IBM conduisent actuellement des développements sur des catalyseurs organiques avec pour objectif de créer des nouveaux types de matériaux biodégradables, comme les plastiques polymères.

Les chercheurs d’IBM ont fait appel à des catalyseurs biologiques, dont la conception est semblable aux enzymes biologiques.

L’un des catalyseurs peut être utilisé pour recycler chimiquement le PET rapidement et à température basse (75 º C).

Cette découverte pourrait aussi amener les chercheurs à repenser des processus de recyclage qui ont le potentiel d’accroître considérablement la capacité à réutiliser et à recycler les matières plastiques dérivées du pétrole (PET) ou des plantes.

Plus de 13 milliards de bouteilles en plastique sont jetées chaque année aux Etats-Unis. Alors que les plastiques restent des matériaux recyclables, les sous-produits qui en résultent sont souvent limités à une réutilisation dite "secondaire". Une bouteille en plastique pourra être broyée et réutilisée pour concevoir un pull ou un tapis, mais elle ne pourra pas être transformée en une autre bouteille !

Les chercheurs ont conçu un nouveau procédé de recyclage qui inverse le processus de polymérisation afin de régénérer les monomères dans leur état d’origine. Selon eux, cela permettrait de réduire considérablement les déchets et donc la pollution d’une manière assez significative.

Les chercheurs d’IBM vont maintenant collaborer avec ceux du KACST "King Abdulaziz City for Science and Technology" en Arabie saoudite pour tester le recyclage chimique du PET sur une plus grande échelle.

Les résultats de ces recherches ont été publiés dans un article du Journal "American Chemical Society", Macromolécules, en date du 10 Mars.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Le plastique biodégradable, bientôt une réalité ?"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
michel123
Invité

Sur le papier l’idée est bonne mais que se passera t il si la bouteille reste exposée au soleil et commence à se décomposer dans le liquide destiné à la consommation. Le gout du monomère et sa dangerosité risque de freiner rapidement les ardeurs des consommateurs . A t on vraiment besoin de tous ces récipients en plastique qui pourrissent notre environnement?

Pastilleverte
Invité

malgré le titre de l’article, il s’agirait plus de recyclage que de biodégradabilité ?

michel123
Invité

il s’agit effectivement de recyclage mais en augmentant le potentiel de dépolymérisation des récipients ( vers 75° seulement )on va également augmenter un phénomène qui se produit déjà avec les récipients plastiques exposés au soleil et à la chaleur : la diffusion dans le liquide des produits toxiques issus du plastique qui commence (à bas bruit ) bien en dessous de la limite des 75° qui n’est que théorique . MC

Yeun
Invité

Je pense que le sujet traité est la mise en oeuvre d’un processus de glycolyse du PET à l’aide d’un catalyseur biologique. Il s’agit d’un traitement post consommation des bouteilles PET actuellement diponibles sur le marché. Il ne s’agit pas ici de modifier la formulation du polymère natif donc pas de risque d’augmenter la migration de certains composés du contenant vers le contenu.

bmfh01
Invité
A mon avis l’idée est bonne, mais entre théorie et pratique, il y a un grand pas de géant à faire, qui voudra le faire?  Une ombre au tableau, ces innovations puisent dans nos ressources pétrolières d’origine fossile, non renouvelables, en voie de disparition. Ainsi, cette innovation ne va pas dans le bon sens de notre environnement ni favorise une amélioration de notre empreinte écologique.Les recherches devraient plutôt se recentrer sur la valorisation de bio plastiques issu des matières renouvelables, d’une part et sur des bio plastiques issu de cultures non vivrières tel le Biomiscanthus, par exemple qui est à… Lire plus »
wpDiscuz