Enerzine

Les « dangers » de l’énergie verte : la méthanisation agricole

Partagez l'article

Mais, qu’en est-il des énergies vertes et de la méthanisation agricole en particulier ? Imaginez, sous vos fenêtres, 3 cuves de 21 mètres de diamètre et 6 mètres de haut, sous vos yeux, chaque matin ! C’est le “spectacle” qui attend les habitants du quartier de la “rue des huiliers” à Boulay-Moselle (à 25 km de Metz) où j’habite.

En effet, la construction d’une usine de biométhanisation est prévue à proximité des habitations. Ce projet (privé) serait séduisant par ses facettes écologiques (à voir) mais il est totalement inacceptable quant au lieu d’implantation envisagé : à quelques dizaines de mètres du quartier (une centaine d’habitants), à proximité d’une cité scolaire (1 600 élèves) et au coeur de la vallée de la Nied.

Cette usine sera synonyme de pollutions et nuisances visuelles (les paysages de la vallée de la Nied, en bordure d’une zone Natura 2000, “détruits” à jamais), sonores (le ballet des tracteurs “livrant” fumier, lisiers, maïs et digestat), olfactives (odeurs d’”oeufs pourris” en plus du fumier et du lisier) sans oublier les risques biologiques, sanitaires et accidentels (de nombreuses études d’INERIS en attestent). La méthanisation apporterait, aux dires de ses défenseurs, une réponse énergétique et écologique à la question du traitement et de la valorisation des déchets agricoles.

Six agriculteurs du secteur de Boulay vont “fournir” fumier, lisier et maïs en plus des “restes” des grandes surfaces, soit 15 000t/an (seuil de rentabilité : 20 000t/an).

Du biogaz sera obtenu à partir de la fermentation de ces matières d’origine végétale et animale. Ensuite, ce biogaz, composé essentiellement de méthane, alimentera une turbine qui produira de l’énergie sous forme d’électricité et de vapeur.

Les tarifs de rachat de l’électricité par EDF viennent d’être revalorisés : 0,20€ le kw (maximum) au lieu de 0,11€…soit un soutien de l’Etat de 300M€/an et + 1% sur la facture d’électricité.

Quant à l’eau chaude, la communauté de communes du Pays boulageois s’en porterait acquéreur pour chauffer piscine, écoles et halte-garderie. Ce modèle de développement industriel de l’agriculture (=”usine à gaz”) se fera en partie aux frais des contribuables avec de très nombreuses subventions : il s’agit en fait de subventionner des agriculteurs productivistes pour qu’ils éliminent des déchets dont personne ne veut et pour les intéresser avec d’énormes avantages. La démarche des porteurs du projet est essentiellement économique et source de revenus, certainement pas écolo et durable.

La rentabilité doit-elle passer avant la qualité de vie des riverains et la préservation de l’environnement?

Les risques biologiques, sanitaires et accidentels ne doivent surtout pas être occultés : une usine de ce type a “implosé” en 2007 en Allemagne. Aussi, les “futurs” riverains de la “rue des huiliers”, les habitants de Boulay et de la vallée de la Nied se mobilisent-ils …

La cogénération (électricité + eau chaude) est une hérésie écolo-technico-économique !

** ADPN (association de défense du Pays de Nied), un site (www.adpn-asso.org), un blog (http://nonalusine-boulay.over-blog.com); une pétition (papier et internet); des manifestations en tous genres (réunions d’information, banderoles, etc…);

 

[ Archive ] – Cet article a été écrit par Jmmathe


Partagez l'article

 



    Poster un Commentaire

    Soyez le premier à commenter !

    Me notifier des
    avatar
    wpDiscuz