L’homme responsable de 54 Gt de CO2 dans l’Atlantique

La quantité de carbone anthropogénique [1] présent dans l’océan Atlantique s’élève à 54 gigatonnes [2] et non pas 47 comme on le pensait jusque là, soit une sous-estimation de 13%. Telle est la conclusion d’une étude internationale (Espagne, France, USA et Norvège). Elle est en fait le résultat de l’analyse des données amassées lors de cinq campagnes en mer différentes qui ont eu lieu entre 1995 et 2003.

L’ensemble de ce travail fait partie d’une mission générale, appelée CARBOOCEAN, qui a pour but d’évaluer de façon précise les sources et taux de CO2 dans les océans. Concrètement, les scientifiques ont mesuré les taux de CO2 dissous, mais aussi le taux de nutriments, la salinité, la température, l’alcalinité [3] et les quantités de chlorofluorocarbures [4], ce qui leur permet de faire la part du carbone anthropogénique de celui produit par la nature. Le but de cette étude est de diminuer les incertitudes actuelles sur la quantification des flux annuels de CO2 entre l’atmosphère et l’océan depuis 1800, date qui marque le début de la révolution industrielle. Et les conclusions sont effrayantes : depuis 200 ans, ce ne sont pas moins de 147 gigatonnes de CO2 anthropogénique qui se sont retrouvées dans l’océan Atlantique…

Le CO2 d’origine humaine est essentiellement issu de l’utilisation des combustibles fossiles, de la déforestation, et de l’activité industrielle. Rien qu’à elles-trois, ces sources sont responsables de la production annuelle de 2 gigatonnes de CO2 depuis 30 ans. Cette pollution, particulièrement prononcée dans les couches supérieures de l’océan, nuit énormément à la vie marine : elle acidifie les eaux, menace les larves de mollusques, empêche la formation des coquilles et carapaces, et altère la photosynthèse des algues. Cette étude est très importante car, au-delà du simple constat désolant, elle permet également d’estimer les taux de carbone que l’océan peut encore emmagasiner, mais aussi "d’évaluer combien nous devrions diminuer les émissions de CO2 pour réduire l’impact anthropique afin qu’il ne se produise pas d’effet irréversible non désiré", comme conclut Marco Vázquez, l’un des chercheurs espagnols participant à l’expédition et premier auteur de l’article paru dans Biogeosciences.

[1] Anthropogénique : qui est causé ou généré par l’homme

[2] 1 gigatonne = 1 milliard de tonnes

[3] Alcalinité : capacité d’une substance de neutraliser l’acide d’une solution aqueuse. Elle correspond en fait à la mesure de la capacité tampon d’une solution aqueuse, c’est-à-dire sa capacité de maintenir son pH suite à l’ajout d’acide ou de base.

[4] Chlorofluorocarbures : ou CFC, il s’agit d’une sous-classe de gaz fluorés qui font eux-mêmes partie des halogénoalcans. Ils possèdent des propriétés physico-chimiques très intéressantes (ils sont ininflammables, extrêmement stables et inertes et non toxiques), ce qui leur a valu un grand intérêt de la part des industries et explique leur utilisation massive, jusqu’à la découverte de leur rôle dans la destruction de la couche d’ozone.

BE Espagne numéro 83 (29/06/2009) – Ambassade de France en Espagne / ADIT – http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/59747.htm

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "L’homme responsable de 54 Gt de CO2 dans l’Atlantique"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Pastilleverte
Invité

54GT de Co² dans Océan Atlantique = environ 0,13% du volume (soit 3,3 fois plus que CO² dans l’atmosphère, ça prouve seulement que les océans stockent plus de CO² que les sols ou la végétation terrestre.Sources wikipédia ; : acide = PH inférieur à 7/ “acidification” des océans depuis révolution industrielle = passage (en moyenne) de 8,25 à 8,14 (reste largement “basique”/ causes “acidification” d’origines anthropiques océans = CO² et/ou azote (agriculture) et/ou Soufre, sans savoir qui fait combien là-dedans… SO ??

De passage
Invité

naturel (et un poil anthropique) dans nos chers océans (dissous, acide et vie alguaire). Moi on ne me la fait pas, Messieurs les accusateurs culpabiisateurs (souvent les premiers à rouler en 4×4), cessez de vous fatiguez. Vos communications sont fortement malhonn^tes, regardez l’exemple de cet article: On nous sort un chiffre à faire peur à Grand’Mère mais pas un seul point de comparaison avec le stock naturel….: Désinformation. J’oubliais: Il y a encore 40 fois 180 000Gt de CO² contenus en plus dans les sédiments océaniques, d’environ 100m d’épaisseur typique.

wpDiscuz