Ne pas confondre métiers “verts” et “verdissants”

"Les activités de la croissance verte, qui couvrent un périmètre étendu au-delà des seules activités environ- nementales et prennent en compte les champs du Grenelle de l’environnement, représentent environ 950.000 emplois (en équivalent temps plein) en 2008" a indiqué l’Observatoire national des emplois et métiers liés à la croissance verte, dans son rapport de juin 2011.

Des métiers verts ont été identifiés dans le répertoire opérationnel des métiers et des emplois utilisé notamment par Pôle emploi et dans la nomenclature des professions et catégories socioprofessionnelles utilisée par l’Insee.

À partir de cette sélection, 9 professions vertes ont pu être extraites correspondant à 132.000 actifs en emploi observés en 2007 avec le recensement de la population. Ces premiers résultats ne comptabilisent pas les actifs, beaucoup plus nombreux, exerçant une profession « verdissante ».

Neuf professions sont considérées comme « vertes ».

Ces professions regroupent des métiers aux niveaux de qualification très variés, allant du niveau de cadre à celui d’ouvrier non qualifié.

Ne pas confondre métiers "verts" et "verdissants"

Parmi les personnes exerçant une profession verte, les ouvriers sont surreprésentés. Alors qu’ils occupent 25 % des emplois dans l’ensemble des professions, ils sont 45 % parmi les personnes exerçant une profession verte. Leur activité est principalement liée à l’assainissement et au traitement des déchets. Les cadres et ingénieurs occupent 15 % des emplois exercés dans les professions vertes. Cette proportion est proche de celle observée dans l’ensemble des emplois salariés.

La présence plus marquée d’ouvriers parmi les professions vertes, notamment dans la gestion des déchets, peut expliquer la surreprésentation masculine : 88 % des emplois sont occupés par des hommes, dans un contexte où leur part dans l’ensemble des professions est de 53 %. Une nette différence existe en fonction de l’âge : la part des femmes parmi les moins de 30 ans (20 %) exerçant une profession verte est deux fois plus élevée que pour les plus de 30 ans. Une forte disparité est également observée selon la catégorie socioprofessionnelle.

Ainsi, 95 % des emplois d’ouvriers « verts » sont occupés par des hommes, soit 14 points de plus que dans l’ensemble des professions d’ouvriers. Dans les métiers verts, les femmes occupent un poste sur cinq parmi les cadres et ingénieurs.

Les personnes exerçant une profession verte ne se distinguent que très légèrement de l’ensemble de la population par leur âge. Près d’un emploi sur cinq est occupé par des moins de 30 ans, quelle que soit la catégorie socioprofessionnelle.

La surreprésentation d’ouvriers parmi les professions vertes explique également celle des personnes faiblement diplômées : 46 % des personnes exerçant une profession verte sont au plus diplômées du CAP, BEP ou brevet du collège, contre 37 % pour l’ensemble de la population
en emploi. À l’opposé, 25 % des emplois des professions vertes sont occupés par des personnes diplômées du supérieur.

La part des personnes travaillant à temps partiel (6 %) est trois fois plus faible dans les métiers verts que dans l’ensemble de la population. Ce faible recours au temps partiel se retrouve dans toutes les catégories socioprofessionnelles.

Les professions verdissantes :  des travaux exploratoires

Les métiers verdissants sont les métiers dont la finalité n’est pas environnementale, mais qui intègrent de nouvelles « briques de compétences » pour prendre en compte de façon significative et quantifiable la dimension environnementale dans le geste métier.

Selon les premiers travaux exploratoires, les professions concernées à des degrés divers par le verdissement représentent un volume de l’ordre de 3,1 millions (estimation basse) à environ 3,7 millions d’emplois (estimation haute), selon le niveau d’exigence du caractère verdissant.

Sur les 3,1 millions d’emplois dans les professions verdissantes, environ 630 000 concernent les professions rattachées aux transports de personnes et de marchandises. Les professions rattachées au secteur du bâtiment et de la construction, concentrent, quant à elles, 1,4 million d’emplois.

Cette estimation devrait être affinée en 2011, à partir d’informations supplémentaires.

Consulter le rapport en ligne sur enerzine.com >>>>> ICI

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Ne pas confondre métiers “verts” et “verdissants”"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
fredo
Invité
je reconnais bien la la perfidie des fonctionnaires des finances, derrière ce pseudo observatoire sorti on ne sait d’où. Ces mandarins tout puissants ont donc décidé de réécrire l’histoire, en l’occurence les conclusions du Grenelle de l’Environnement. ls agissent probablement en service commandé, ce qui au passage leur permet d’imposer définitivement leur emprise sur pole emploi. Objectif: greenwashing d’emplois, comme ça on se fabrique un bilan du style: “on a bien créé des emplois verts et répondu aux attentes du Grenelle, donc les promesses ont été tenu” Et hop, abracadabra, magique, non? L’Etat jacobin, centralisateur et controlant tout, en pleine… Lire plus »
Pastilleverte
Invité

et pourquoi pas les “verdâtres” et les “verts de gris” aussi, tant qu’on y est ? Ach so, clazifions, ranchons dans des katégories, planifions.. euh bon, sans être outrancier, les génies (allemands) de la planifiaction et de l’efficacité, ça a parfois plutôt un côté “brun” (voir les chemise de même couleur)

Ed
Invité

N’attendons pas de l’état le verdissement de la société et de l’économie. L’économie verte n’attendra pas les états pour boulverser la donne.

wpDiscuz