Quelques mythes de l’industrie solaire française

L’Assocation des producteurs d’Electricité Solaire Indépendants (APESI) répond à 4 questions communément posées sur la filière solaire française :

Le Photovoltaïque crée des emplois verts.

VRAI. Il y a quelques mois encore, la filière solaire était considérée comme un secteur d’avenir avec des milliers d’emplois verts à la clé. Le plan de mobilisation pour les métiers de la croissance verte a été initié par Valérie LETARD, secrétaire d’Etat en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat, dans le cadre du Grenelle de l’environnement. Il vise à mettre à profit l’engouement pour le développement durable en créant des emplois et donne une place de choix à la filière solaire, génératrice de 60 000 emplois à échéance 2020. Depuis, le solaire est décrié comme un facteur aggravant de la dette publique de l’Etat.

Le photovoltaïque participe inutilement à l’augmentation du déficit public.

FAUX. L’investissement public dans une industrie avec des résultats à si court terme doit être encouragé. Déjà, la filière emploie près de 10 000 personnes et ce chiffre ne cesse de croître. En mettant un coup d’arrêt au soutien à la filière solaire et en gelant les investissements, le gouvernement effectue ici un revirement de politique, qui risquerait une fois encore de toucher durement les emplois des PME/PMI et de réduire le développement de l’économie locale liée à ce secteur.

La baisse des coûts de matériel permet de baisser les tarifs de rachat.

FAUX.
La diminution des tarifs de rachat de l’électricité solaire ferait écho, aux dires de certains, à la baisse du coût des panneaux et des onduleurs sur le marché. Ces arguments ne reflètent pas la réalité du marché car cette baisse ne concerne aujourd’hui que les matériaux importés d’Asie. Or actuellement, les commanditaires publics ainsi que la majorité des clients privés demandent davantage de matériel européen.

Sa qualité est largement reconnue au sein de la profession mais ses prix, eux, ont augmenté (jusqu’à 10% sur les onduleurs, 8% sur les panneaux). A noter que, quand bien même la baisse des prix des panneaux correspondrait à une réalité, la baisse des tarifs est bien plus impactante sur l’économie des projets.

Les tarifs de rachats sont les plus élevés au monde.

FAUX
. Sur le secteur du solaire industriel, le tarif de 42 centimes n’est pas exceptionnel du tout. Les tarifs d’intégré bâti (0,58 €/kWh) concernent aujourd’hui uniquement le secteur des particuliers mais les tarifs du solaire industriel (0,42€/kWh en toiture et 0,31 à 0.37€/kWh au sol) sont tout à fait dans la moyenne européenne : 0,40€ en Bulgarie, 0,48 en République Tchèque et en Italie, 0,45 en Grèce… L’APESI, comme les autres acteurs du secteur, n’est pas opposée à une diminution progressive des tarifs. Les producteurs indépendants sont prêts à prendre part à l’effort de réduction des déficits publics, mais dans un cadre transparent et stable !

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Quelques mythes de l’industrie solaire française"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
michel123
Invité

Tous les arguments ont déjà été débattus il en ressort que 1-le photovoltaique produit au moment ou l’on en a pas besoin . 2-est l’énergie actuellement la plus chère 3-n’est pas souple car ne dispose pas de système pratique et bon marché d’accumulation 4- pèse sur les consommateur et capte des subventions et crédits d’impots qui seraient plus utiles sur le solaire thermodynamique l’éolien la biomasse la géothermie …

Lord predator
Invité
Tu te Plante sur au moins 2 de tes arguments ? Le photovoltaique produit au moment ou on en a le + besoin, la consommation d’électriciter en journée est la plus haute entre midi et 17h c’est a dire la ou les panneaux photovoltaique produise le plus ! voir courbe de RTE de la consommation journaliere pour t’en convaincre : Pour ton argumentation 5) c’est également faux, chaque énergie renouvelable a des avantages et des inconvénients, le photovoltaique a, lui, l’avantage de produire là ou on consomme ce qui rend les pertes dù au réseaux électrique insignifiante. Voila, je voulais… Lire plus »
Gorge
Invité
1-le photovoltaique produit au moment ou l’on en a pas besoin . Je te défie de ne pas utiliser de l’électricité quand il fait jour! 2-est l’énergie actuellement la plus chère. C’est vrai, mais aussi la plus prometteuse en termes de R&D et d’avancée technologique. L’éolien, le solaire thermo, géothermie et biomasse c’est de la mécanique qui tourne après avoir chauffé de l’eau (pas l’éolien évidemment, mais je ne t’apprend rien!?) 3-n’est pas souple car ne dispose pas de système pratique et bon marché d’accumulation. Faux : le réseau électrique. Mais c’est le même souci pour toutes les énergies renouvelables 4-… Lire plus »
1000 mille
Invité

alors je suis un poisson rouge ! vont finir par être aussi bon que les pros du nucléaire

Charpette
Invité

Il faut bien se défendre lorsque les populistes balancent des énormités. Sache que le photovoltaïque, malgré les petites croyances que vous avez, sous prétexte qu’il y a des aides publiques (il y en a aussi pour le pétrole d’ailleurs), ne se porte pas si bien que ça actuellement (voir les articles précédents). Effectivement nous sommes des pros, nous savons de quoi nous parlons. Et nous oeuvrons pour un monde meilleur!

wpDiscuz