Signature d’un accord énergétique franco-roumain

A l’occasion de la venue en France du Premier ministre roumain Calin Popescu-Tariceanu, reçu hier par le Premier Ministre François Fillon, deux accords de coopération dans le domaine de l’énergie ont été signés en présence de Jean-Louis Borloo, Ministre d’État, ministre de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire et Monsieur Varujan Vosganian, Ministre de l’Économie et des Finances de Roumanie.

Le premier accord a été conclu entre le Commissariat à l’Énergie Atomique (CEA) et l’Agence Nationale roumaine de recherche (ANCS) concernant la rénovation de l’institut de recherche nucléaire de Pitesti, l’autre l’a été entre l’ADEME et son homologue roumaine (ARCE) pour l’assistance à la mise en œuvre de la stratégie roumaine d’efficacité énergétique et de promotion des énergies renouvelables.

La signature de ces deux textes renforce le partenariat entre Paris et Bucarest en matière de maîtrise de l’énergie et de promotion des énergies bas carbone, nucléaires et renouvelables. Il témoigne de la priorité accordée par la France et la Roumanie à la lutte contre le changement climatique, sujet qui sera également au cœur de la prochaine présidence française du conseil de l’Union européenne à compter du 1er juillet prochain.

[article paru sur le site Fenêtre sur l’Europe, sous licence Creative Commons]

Partagez l'article

 



Articles connexes

4
Poster un Commentaire

avatar
  Souscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Momo
Invité
Momo

Voila un complement precis au document signe M.Mandil concernant  » la production d’electricite non ou peu carbonnee  » …Idem pour E.On en Angleterre …. Voila comment l’Europe va petit a petit presenter sa definition d’un  » mix electrique  » av. moins de CO2 a la clef qu’actuellement ( et  » un desserement de la contrainte Gazprom  » pour ne pas trop clairement la nommer ! ) . Sacree Angela , sacres Allemands ….que d’ambiguites pour en arriver la !

Dan
Invité
Dan

Depuis que « la maison brûle » et qu’il faut décider des investissements à faire, on ne peut plus se cantoner à une posture de contestation, il faut décider ce que l’on choisit, vert, gris ou noir, voire tout à la fois. Pour Gazprom, les allemands devraient être rassurés avec Schröder !

Momo
Invité
Momo

Je ne crois pas que ce  » brave  » Schroder pese tres lourd face a Poutine ou autre qd. il sagit de fixer le prix du M3 ou de la Btu du gaz russe ! Et une electricite intra-europeenne ( en ne regardant pas trop l’origine de ce qui  » agite les electrons ds. les fils  » ,du moment que les  » sources  » ne sont pas  » nationales  » ….. ) sera tjrs. bien bonne a prendre , quitte a la verdir a n’importe quel prix par un bon % d’EnR produits localement sous un bon eclairage mediatico-politique ….… Lire plus »

Dan
Invité
Dan

Pour l’éclairage sur le gaz et la russie, je vous recommande la lecture du rapport Mandil disponible en lien dans un autre article.