Total : fin de l’activité de raffinage à Dunkerque

Total a présenté lundi au Comité Central d’Entreprise, un projet visant à l’arrêt de l’activité de raffinage et à la mutation industrielle de l’établissement de Dunkerque.

En effet, la compagnie pétroliere prévoit de développer sur le site de Dunkerque de nouvelles activités d’assistance industrielle et de logistique pétrolière. 

Ainsi, le site sera transformé en un établissement industriel et technique doté de trois nouvelles activités :

  • Un centre d’assistance technique aux opérations de raffinage employant 180 personnes. Ce centre aura pour pincipales missions d’apporter l’assistance technique nécessaire au fonctionnement courant des installations et d’assister les équipes des autres raffineries du Groupe dans la préparation, la définition et l’organisation de leurs gros travaux d’entretien et de rénovation. Les équipes du centre réaliseront également l’ensemble des tâches relatives à l’inspection des équipements statiques.
  • Un centre de formation aux métiers techniques du raffinage employant 25 personnes. Il formera les collaborateurs du Groupe aux compétences techniques des métiers du raffinage. Les autres secteurs d’activité du Raffinage Marketing et de la Pétrochimie de Total bénéficieront également de ses services.
  • L’utilisation des capacités de stockage de la raffinerie qui seront transformées en dépôt logistique employant 15 personnes.

Total va également étudier avec ses partenaires le maintien sur le site de Dunkerque de l’unité de biocarburants existante (ETBE). De plus, Total proposera à ses partenaires du projet BioTfueL d’installer à Dunkerque un pilote pour biocarburants de seconde génération.

Enfin, Total et EDF ont signé un accord qui prévoit la réservation par Total d’une capacité de regazéification dans le projet de terminal méthanier de Dunkerque développé par Dunkerque LNG, filiale d’EDF dans le capital de laquelle Total prendrait une participation.

Avec une capacité annuelle de regazéification comprise entre 10 et 13 milliards de mètres cubes par an, le terminal de Dunkerque représenterait plus de 20 % de la demande gazière française, ou encore plus de 150% de la capacité de production d’énergie de la raffinerie des Flandres. La décision d’engagement de la construction du terminal sera prise par Dunkerque LNG avant l’été 2010 pour une mise en service en 2014. Elle reste conditionnée à l’obtention de toutes les autorisations administratives ainsi qu’à l’aboutissement des démarches commerciales et des appels d’offres de construction.

L’effondrement de la consommation de produits pétroliers en France, en Europe et aux Etats-Unis contraint le Groupe à adapter ses capacités de raffinage, en particulier dans le Nord de la France. En 2009, l’établissement des Flandres a enregistré plus de 130 millions d’euros de pertes et sa production a été stoppée en septembre 2009. Total a précisé que "faute de perspectives solides, un redémarrage des opérations de raffinage sur ce site n’est plus envisageable".

Le projet prévoit l’arrêt de l’activité de raffinage au sein de l’établissement des Flandres, conduisant à un démontage progressif des unités qui pourrait durer jusqu’à 2013.

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz