Total s’intéresse au gaz de schiste polonais

Dans l’objectif d’évaluer le potentiel des « shale gas » (ou gaz de schiste en français), le groupe Total a annoncé vendredi la signature d’un accord avec ExxonMobil lui permettant d’entrer à hauteur de 49% dans les deux concessions d’exploration Chelm et Werbkowice.

Alors que les autorités françaises se veulent prudentes en la matière (cf. vote récent des députés à l’assemblée nationale), le pétrolier français confirme lui "sa volonté de développement dans le domaine des gaz non conventionnels, notamment en Europe."

D’après total, ces licences d’exploration, s’étendent sur des surfaces de 1162 et 995 kilomètres carrés au sud est du pays, dans le bassin de Lublin. Elles seront attribuées pour une durée de 5 ans à compter respectivement de mars 2009 et décembre 2008. Le programme de travaux sur chacune des concessions comporte de "l’acquisition sismique, le forage d’un puits d’exploration, et un test de production si les résultats de ce forage sont encourageants."

A ce jour ExxonMobil a déjà effectué des travaux d’acquisition sismique ainsi que le forage d’un puits d’exploration sur la concession de Chelm, actuellement en cours d’évaluation.

Total s'intéresse au gaz de schiste polonais

Pour finir, Total tient à rassurer les polonais en indiquant qu’il "assumera ses responsabilités en matière de sécurité et de protection de l’environnement et s’attachera à réduire l’impact de ses opérations sur l’environnement dans le cadre de son engagement en faveur du développement durable."


** sous réserve de l’approbation des autorités polonaises. Selon les termes de cet accord, ExxonMobil et Total constitueront un partenariat dont ExxonMobil sera l’opérateur avec 51% des intérêts.

Partagez l'article

 



         

Articles connexes

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Total s’intéresse au gaz de schiste polonais"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
benkebab
Invité

A tous ceux qui se lamentaient suite au vote de l’interdicition d’utiliser la fracturation hydraulique en France, même à titre de recherche: Réjouissez-vous, Total a trouvé un laboratoire grandeur nature, la Pologne!

jl06
Invité
Voilà qui montre l’importance pour l’UE de développer une stratégie énergétique cohérente au plus vite. Même si les effets locaux et régionaux restent du domaine national principalement, les émissions supplémentaires de GES ne le sont pas. De la même façon, la plupart des européens ne se réjouissent pas du programme nucléaire français. Quels sont les choix de l’UE? En ce qui concerne l’annonce elle-même, ce qui me semble significatif ici, c’est qu’ExxonMobil est opérateur. C’est donc l’entreprise américaine qui vient tester ses techniques en Europe, tandis que Total en devient le partenaire. Dans la mesure où les travaux d’exploration sont… Lire plus »
Oumbi
Invité

Les multinationales cherchent vraiment un endroit pour experimenter leurs technologies polluantes. Après AREVA aus USA, TOTAL , qui a du mal à exploiter les sous sol de FRANCE, lorgne sur la POLOGNE. Un seul caractère mène la danse : l’avarice (un des 7 péchés capitaux). Tout comme le nucléaire (fukushima), les gaz de shistes représentent un vrai danger, en témoigne un ancien du CNRS /   Humanum, lupus lupum est…

wpDiscuz