Création du “Comité de place France Carbone”

Le « Comité de place France Carbone » a été installé vendredi dernier, à la Caisse des Dépôts, par le ministre de l’écologie Jean-Louis Borloo et Christine Lagarde, ministre de l’Économie.

Cette initiative vise à constituer autour de l’État et des entreprises privées une instance de dialogue, d’expertise et d’orientation sur les marchés du carbone.

Elle fait suite au travail du groupe présidé par Jean-Michel Charpin, qui a rendu ses conclusions en septembre dernier sur l’organisation des enchères de quotas de CO2 en Europe. La création du « Comité de place France Carbone » permet d’élargir et d’institutionnaliser ce dialogue.

Lors de sa session inaugurale, le Comité a rappelé que les marchés du carbone font partie des instruments économiques efficaces pour assurer la préservation du bien public mondial qu’est le climat. Le Comité a salué les progrès accomplis dans la structuration des marchés du carbone autour de grandes places d’échanges et appelé à ce que la régulation du marché du carbone, garante de son bon fonctionnement, soit une priorité européenne pour les mois à venir.

La France entend jouer, en s’appuyant sur le Comité de place, un rôle moteur dans la construction d’un cadre de régulation et de surveillance robuste à l’échelle européenne, pour un marché du CO2 intègre et efficace.

A cette occasion, Christine Lagarde a insisté "sur la nécessité de soumettre les marchés carbone à une régulation efficace, dans la droite ligne des avancées récentes en matière de régulation des marchés financiers et dont la France a été un de principaux promoteurs".

La création du Comité de place France Carbone intervient à trois jours de la conférence de Copenhague, où des décisions structurantes sur les objectifs de protection du climat et sur le recours aux marchés du carbone doivent être prises. Grâce à l’adoption du Paquet Energie Climat en décembre 2008, l’Europe a d’ores et déjà pris le parti de renforcer et de pérenniser au-delà de 2012 son propre système de quotas.

Le marché européen de quotas permettra de diminuer de – 21 % les émissions des industriels et des producteurs d’énergie entre 2005 et 2020.
Pour Jean-Louis Borloo, "avec la création du Comité de place France Carbone, Paris se positionne pour devenir à terme l’une des premières places européennes en matière de bourse carbone". Jean-Louis Borloo rappelle que "nous avons un vrai devoir d’exemplarité en matière de régulation". De plus, il lance un appel aux investisseurs pour "orienter les fonds vers les pays les plus vulnérables".

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz