Exclusif : 71 % des Français se font enfumer par le diesel !

Alors que l’Inspection Générale des Finances (IGF) va remettre ce vendredi au gouvernement son rapport sur les prix et les marges dans la distribution de carburants, l’UFC-Que Choisir a rendu public un sondage exclusif (1) sur les critères de choix des véhicules diesel qui souligne le profond décalage entre la perception des consommateurs et la réalité économique.

L’association appelle le gouvernement à harmoniser sans délai la fiscalité sur les carburants et, au-delà, à agir sur l’ensemble du secteur de l’après-vente automobile pour enfin faire baisser le deuxième poste budgétaire des ménages.

En raison de la flambée de son prix ces dernières années, le carburant est une préoccupation majeure des Français, ce qui explique que 65 % des sondés en font le premier critère de choix lors de l’achat d’un véhicule. Dans ce cadre, le diesel est considéré comme offrant un avantage tarifaire indéniable par rapport à l’essence, puisque 84 % des sondés le citent dans les 3 principaux critères qui fondent leur choix (voir graphique ci-dessous). Or, cette perception, largement répandue notamment en raison de l’avantage fiscal dont bénéficie le diesel, se heurte à la réalité économique.

Sondage : 71 % des Français se font enfumer par le diesel !

Plus cher à l’achat mais aussi à entretenir et à assurer, le diesel, pour être rentabilisé, implique un usage intensif du véhicule, soit en général au moins 20 000 km par an. Pourtant, le kilométrage moyen parcouru par les sondés utilisant ce type de motorisation est dans 71 % des cas inférieur à 20 000 km par an (voir graphique ci-dessous). Le diesel n’est donc pas un choix rationnel, par rapport à l’essence, pour une majorité de ménages. Par exemple, pour la Peugeot 208 diesel, le temps nécessaire pour rentabiliser est de presque 11 ans (2). Or si on supprime l’avantage fiscal diesel, la rentabilité du diesel dépasse les 20 ans.

Sondage : 71 % des Français se font enfumer par le diesel !

Lorsque l’on ajoute à cette problématique économique l’impact environnemental et sanitaire relativement plus négatif de ce type de carburant (NDLR : alerte sur la dangerosité du diesel), comment justifier le maintien de l’avantage fiscal historique de cette motorisation ?

De plus, au-delà d’une nécessaire réforme de la fiscalité des carburants, le sondage de l’UFC-Que Choisir démontre la nécessité d’une intervention du gouvernement pour renforcer l’information des Français quant aux coûts d’entretien et d’assurance des véhicules diesel qui jouent un rôle déterminant dans la rentabilité des véhicules, en particulier pour les petites citadines et les berlines moyennes. En effet, le sondage montre que ces deux critères restent secondaires pour les détenteurs de diesel, cités par respectivement 27 % et 7 % des consommateurs interrogés, et n’apparaissent en premier critère que pour 7 % et 1 % des personnes consultées, alors même que ces postes sont particulièrement inflationnistes (3). Cet autre décalage s’explique en partie par le manque d’information des consommateurs au moment de l’achat.

Enfin, il existe également un fort potentiel d’économies pour le consommateur dans l’après-vente automobile. En effet, comme l’a démontré à plusieurs reprises l’UFC-Que Choisir (4), les consommateurs sont captifs des constructeurs, tout d’abord pour l’entretien facturé à prix d’or par les constructeurs, puis sur le marché des pièces de carrosserie où ils jouissent d’un monopole de production et de distribution.

Sondage : 71 % des Français se font enfumer par le diesel !

Décidée à faire baisser le budget automobile des ménages français et à ne plus biaiser le choix des consommateurs, l’UFC-Que Choisir demande donc au gouvernement :

– Qu’une information normalisée sur le coût kilométrique moyen pour chaque véhicule soit diffusée (publicité, achat) afin que les consommateurs puissent correctement et facilement estimer le coût global de la voiture lors de l’achat ;
– La suppression progressive du différentiel de taxation entre le diesel et l’essence afin de ne plus donner un avantage artificiel au véhicule diesel ;
– De suivre l’avis de l’Autorité de Concurrence qui se prononce pour la libéralisation du marché des pièces de carrosserie et pour un renforcement de la concurrence sur le marché de l’entretien.

(1) Sondage réalisé en ligne par CSA pour l’UFC-Que Choisir entre le 23 et 24 octobre 2012. Echantillon national représentatif de 1 048 personnes âgées de 18 ans et plus, résidant en France, constitué d’après la méthode des quotas (sexe, âge, profession du répondant), après stratification par région et taille d’agglomération.

(2) Calcul fait sur la base d’un kilométrage moyen de 14 500 km par an.

(3) Voir études de l’UFC-Que Choisir : ici  et ici

(4) Voir études de l’UFC-Que Choisir cf. 3.

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

16 Commentaires sur "Exclusif : 71 % des Français se font enfumer par le diesel !"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
gp
Invité
espérons que l’UFC-QC aura plus d’influence que les petits experts indépendants dont je fais partie qui réclament peu ou proue la même chose depuis plus de 7 ans déjà. La base, c’est la fiscalité (cf. l’article publié mardi 23/10 sur Enerzine à ce sujet). Tant que 1L de gazole, qui contient 8 à 10% de plus d’énergie qu’ 1L d’essence, sera vendu 12 à 13% moins cher, rien ne bougera. Pire : la qualité de l’air en ville continuera à empirer alors qu’elle atteint déjà des niveaux alarmants. C pas le moteur Diesel qui est mauvais. C la fiscalité du… Lire plus »
js
Invité

cette fiscalité est une aberration sans nom. De toute manière même si le prix était relevé les voitures françaises, plutot économes ne seraient pas plus défavorisées que les autres. Seuls les professionnels aujourd’hui devraient avoir une fiscalité avantageuses. Le fait d’afficher un cout kiométrique pourrait en effet remettre les pendules à l’heure, mais ça n’est même pas sur, car il y a plein de gens qui n’ont aucune idée de leur kilomètrage annuel !! (faites le test) la seule chose qu’ils voient, diesel, moins cher

jipebe29
Invité
Je suis d’accord avec vous sur le fait que nos gouvernants ont été très bons pour prendre les plus mauvaises décisions…. J’ajoute que le diesel a de graves inconvénients, en sus des problèmes que vous évoquez: 1) Il dégage des microparticules de carbone-suie, nocifs pour la santé publique (problèmes pulmonaires, augmentation du risque de cancer) 2) Ces microparticules noires ont un autre effet : en suspension dans l’air, elles absorbent le rayonnement solaire et réchauffent l’atmosphère environnante. Quand elles se déposent sur un glacier, elle réchauffent la glace qui les entoure et la fait fondre. Donc, vraiment, notre Etat a… Lire plus »
Zig22
Invité

Bon nombre de personnes habitent au bord de rocades, autoroutes ? Est-ce que l’Etat les informe sur le taux de particules fines qu’ils respirent ? Non, silence total ! Pas de nouvelles = bonnes nouvelles ???

einstein30
Invité

imaginez-vous des poids-lourds ou des camions de livraisons carburant a l’essence ?

Zorro
Invité
Ce qui est sur est que le rendement intrinsèque du moteur Diesel (cycle de Sabathé) restera toujours meilleur que celui de l’essence (quelque soit le cycle…) donc moins de consommation, moins de C02 et plus d’autonomie sans compter un agrément de conduite épatant grace à sa synergie naturelle avec la suralimentation. En essence, cette dernière est limitée par la détonation et la surchauffe de la turbine en pleine puissance que l’on doit refroidir en enrichissant le mélange (tant pis la pollu+conso car on est hors cycle homolo!) Cet article fera surtout rentrer + d’argent dans les caisses vides de l’état… Lire plus »
bolton
Invité

Le diesel a l’avantage de ne pas exploser et d’être difficilement inflammable à température ambiante (et sans mèche). Pour le plaisir de ne pas bruler dans ma voiture en cas d’accident grave… Je choisis le diesel !!

Zig22
Invité

@js et einstein30 : augmenter la fiscalité du gazole (et/ou sur les moteurs diesel) ? Mais est-il possible de faire une fiscalité différente selon l’usage professionnel ou particulier ? Si ce n’est pas le cas, on aura des manifs de poids lourds, de bateaux de pêche, etc et le gvt fera marche arrière au nom de la compétitivité économique. Et si c’est le cas, les particuliers utiliseront les pompes PL !

bolton
Invité

Effectivement, le rendement est meilleur, sans compter que le rendement “du puits à la roue” est meilleur pour le gazole (en termes de co2), comprenez par là qu’un litre de super produit est plus couteux en co2 qu’un litre de gazole… En revanche il est vrai que la consommation française est trop déséquilibrée et que nous aurions intérêt à avoir moins de diesel et plus d’essence.

jmdesp
Invité

J’ai déjà lu l’inverse, que les particulers dans nos régions (et non sur les glaciers), avait tendance a réduire le rayonnement solaire arrivant au sol, et donc la température, ce qui contrebalancerait localement (par exemple en Inde) le réchauffement climatique par rapport aux valeurs qu’il atteindrait sinon.

Sicetaitsimple
Invité

par rapport à il y a quelques jours: Il y a un ratio naturel entre la production de gazole et la production d’essence à partir d’une tonne de brut. Ca dépend du brut, ça dépend de la raffinerie, mais ce n’est pas manipulable à l’infini. Toute fiscalité qui va totalement à l’encontre de ce ratio naturel est une fiscalité débile. C’est le cas aujourd’hui en France.

boris d
Invité

@ bolton Le gazole ce sont des chaines hydrocarbures plus longues que les essences. Moins volatiles, ils faut chauffer plus pour les récupérer au cours de fractionnement. donc à la sortie de la raffinerie le gazole à coûté plus de CO2, son prix hors taxe est aussi plus élevé. Ensuite, c’est vrai que la combustion d’un litre de gazole libère plus d’énergie qu’un litre d’essence. Alors du puits à la roue le gazole a toujours l’avantage, mais c’est pas aussi important qu’on pourrait le croire en comparant la consommation des voitures.

Flexo
Invité

ca existe, mais nos polytocards ne veulent pas laisser cela se mettre en place en france. j’ai develloppé des kits aux normes pour cela. donner capacite a tous les diesels de rouler en avalant 40/100 de gaz de ferme, de GNV ou de GPL.. impossible d’obteniur les autorisation pour rouler sur route ouverte…

Flexo
Invité

les carburants sont une anomalie…. tout se vend au poids en france. hors les carburant c est comme les moules , c est en litres… il devraient se vendre au poids et non au litre. si on vendait le gazoil au kilo il ne resterai plus de grands avantages au gazoil. sa densite est SUpereieure aux essence plus volatiles et plus legeres…

Pastilleverte
Invité

puisqu’on vous dit que les voitures Diesel consomment moins et donc émettent moins de CO2, et que LE problème (médiatique en tout cas) c’est le réchauffement climatique du vilain nabot qui s’appelle l’Homme…

Dallas
Invité

L’impact sur la santé n’est pas une nouveauté. Cela fait bien longtemps que le japon à interdit les véhicules diesel pour les particuliers. C’est le moment de se poser la question….

wpDiscuz