Extension de la centrale nucléaire de Temelin : Areva fait appel

Areva, le géant français du nucléaire a contesté lundi la notification par l’électricien Tchèque CEZ de son exclusion du projet d’extension de la centrale nucléaire Temelin et demande une suspension de la procédure d’appel d’offres.

Le groupe considère que son offre détaillée, remise en juillet dernier à CEZ, était conforme au cahier des charges et a été mal interprétée. Areva a ainsi fourni dans sa lettre datée du 19 octobre des objections détaillées à chacune des raisons d’exclusion soulevées par CEZ.

Areva indique par ailleurs n’avoir pas eu la possibilité d’expliciter son offre et de répondre aux questions et aux préoccupations que CEZ aurait pu avoir.

« Je regrette profondément qu’Areva soit pénalisé sur des sujets qui n’ont jamais été abordés entre les parties auparavant, sans aucune procédure de dialogue ou d’explication, qui sont des pratiques standard de l’industrie nucléaire, où la transparence et le dialogue sont essentiels. L’offre d’Areva répond au niveau de qualité le plus élevé en termes de capacités techniques et de performances, mais également en termes de conditions commerciales », a précisé Luc Oursel, Président du directoire d’Areva.

Areva ajoute vouloir "prendre toutes les actions juridiques nécessaires disponibles en droit tchèque et en droit de l’Union européenne, avec l’objectif de réintégrer la procédure d’appel d’offres pour Temelin 3 et 4." La première de ces actions sera d’interjeter appel contre la décision de CEZ.

CEZ prévoit de construire 2 nouveaux réacteurs dans la centrale de Temelin, un projet d’une valeur d’environ 8 milliards d’euros. Les concurrents directs d’Areva encore en lice sont l’américain Westinghouse devenue une filiale du japonais Toshiba, ainsi que le russe Atomstroyexport.

Le grand gagnant de cet appel d’offres doit être proclamé en 2013.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

40 Commentaires sur "Extension de la centrale nucléaire de Temelin : Areva fait appel"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Ambiel
Invité
C’est dans les Echos depuis 2 jours, l’appel a été rejeté par CEZ. Il reste encore 2 recours possibles à Areva, aurpès de la haute cour de justice Tchèque et au niveau européen. Dans les deux cas ça risque d’empêcher CEZ de rendre sa réponse à temps et donc de reporter le calendrier de désignation du vainqueur. Mais l’EPR n’a de toute façon aucune chance sur ce projet, Areva étant le seul répondant sur les 3 à ne pas s’être engagé sur un prix et un calendrier fixe (à avoir prévu des clauses légales et commerciales de revoyures sur ces… Lire plus »
N
Invité

On en a fait un fleuron national, quitte à mettre tous nos oeufs dans le même paniers, tout ça pour s’appercevoir qu’on est même pas bon ! ça c’est de la vision industrielle …

moise44
Invité
CEZ rejette, mais ne donne pas les détails de l’affaire donc je ne sais pas d’ou vous tenez vos allégations sur la manière dont AREVA a répondu a l’appel d’offre. Sachant que ces procédures d’appel doffres ne sont pas forcéments publique. De plus, CEZ a avancé de raisons techniques et sécuritaire, ce qui porte atteinte a l’image de l’EPR et n’a pas vraiment de fondement. S’il en a un, il faut l’expliquer et le détailler, sinon c’est de la calomnie ou de la diffamation, et çà c’est répréhensible. Mon interprêtation de ‘laffaire : Il est bien dit que Westinghouse OFFRE… Lire plus »
moise44
Invité
CEZ rejette, mais ne donne pas les détails de l’affaire donc je ne sais pas d’ou vous tenez vos allégations sur la manière dont AREVA a répondu a l’appel d’offre. Sachant que ces procédures d’appel doffres ne sont pas forcéments publique. De plus, CEZ a avancé de raisons techniques et sécuritaire, ce qui porte atteinte a l’image de l’EPR et n’a pas vraiment de fondement. S’il en a un, il faut l’expliquer et le détailler, sinon c’est de la calomnie ou de la diffamation, et çà c’est répréhensible. Mon interprêtation de ‘laffaire : Il est bien dit que Westinghouse OFFRE… Lire plus »
Ambiel
Invité
Je ne reprend que les éléments avancés par Reuters, Bloomber, les Echos, la Tribune et pas mal d’autres journaux : Il s’agit a priori d’un problème de prix et de délai. Voilà, c’est tout. Quand à mon point de vue, ne le caricaturez pas, je regrette autant que vous que notre filière nationale soit aussi nulle et dépassée. Notre filière n’a à mon avis plus que 3 options : – continuer sur le seul nucléaire, vendre 5/6EPR, et vivoter en perdant petit à petit pied partout (fourniture, exploitation, etc) au fur et à mesure des fermetures des centrales avec lesquelles… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité
Quelques remarques : – Vendre “5-6 réacteurs”, ce serait plus que vivoter ! Dans un contexte difficile, où à court terme un seul de ces réacteurs serait construit en France, cela signifierait de l’ordre de 25-30 milliards d’euros d’affaires à l’export. Ce ne serait donc en rien un échec ! A titre de comparaison, un réacteur “best-seller” comme le REP 900 MWe de Framatome a été produit en une quarantaine d’exemplaires, autour d’un milliard d’euros (actuels) pièce, et dont moins d’une dizaine à l’étranger. – 5-6 devrait être une fourchette basse de vente pour l’export. D’une part on en a… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité

J’ai comme l’impression qu’il y a pas mal d’industriels ENR qui aimeraient bien exporter aussi “mal” que le font Areva, Alstom ou EDF… 5,7 milliards d’euros d’exportations, rien que pour Areva, rien que pour 2011 (). Encore un sujet où un euro nucléaire et un euro ENR n’ont pas la même valeur…

Ambiel
Invité
Nons ce ne serait pas un échec d’en vendre 5-6, m’enfin d’après oursel c’est au minimum une une quizaine qu’il devait vendre d’ici à 2020 en plus des 4 déjà en cours. Les achats d’EDF energy n’arriverons au mieux qu’en 2013 et ce sera 2 par deux au max par an/2ans. Mais c’est sur que le meilleur marché reste le marché français, avec des politiques capables de nous en remettre 30 pour 60ans, sur un MWh à 80/100€. Au moins ça rendra les français plus économes en conso d’électricité. Quand au reste, rien que la news du jour tempère votre… Lire plus »
Ambiel
Invité

Si on compare le nucléaire aux ENR, c’est pas à l’avantage du nucléaire sur les exportations : 1milliards€ pour les ENR alors que le secteur est 100 fois plus petit… Par contre, et vous ne manquerez pas avec raison de le souligner, c’est très clairement à l’avantage du nucléaire sur les importations.

Bachoubouzouc
Invité

Vous nous dites régulièrement que Proglio et Orsel parlent de 80-100€/MWh. Or je n’ai vu cela nul part (et pourtant j’ai cherché). Vous pouvez nous citez des sources ? Encore une fois, les chiffres connus jusqu’à présent sont l’EPR de FLA3 à 70-90€/MWh, avec un “effet d’apprentissage” autour de 20% sur les dernières générations de réacteurs (voir p115 : ).

Ambiel
Invité
La courbe d’apprentissage c’est pour les réacteurs d’avant. Pour l’EPR il y a eu Fukushima entre temps et ça alourdit un peu la facture, ainsi que les erreurs sur l’ilot sécurité qui ont entrainé aussi quelques réevaluations. Mais au total, c’est le prix réel de l’EPR qui va donner la bonne fourchette. Si on dépasse les 7milliards comme cela semble être parti, ce sera au-dessus de 100€. Si on arrive à contenir dans les 6milliards, ce sera dans les 80/90€ et moins peut-être 70€ si on arrive à redescendre à 5 milliards. Mais le seul exemple en cours de transparence… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité
“La courbe d’apprentissage c’est pour les réacteurs d’avant. Pour l’EPR il y a eu Fukushima entre temps et ça alourdit un peu la facture,” La courbe d’apprentissage est entre le réacteur tête de série et les suivants. En l’occurence entre FLA3 ou le réacteur finlandais et les suivants. Fukushima n’y change donc rien. “Mais au total, c’est le prix réel de l’EPR qui va donner la bonne fourchette. Si on dépasse les 7milliards comme cela semble être parti, ce sera au-dessus de 100€. Si on arrive à contenir dans les 6milliards, ce sera dans les 80/90€ et moins peut-être 70€… Lire plus »
Ambiel
Invité
Fukushima change les aspects de sécurité et ne fait pas baisser les couts des nouveaux réacteurs. Et votre assertion est totalement fausse, ou alors vous avez mal lu le rapport du sénat : 70 à 90€ c’est AVEC une hypothétique baisse des couts d’exploitation ET un taux d’utilisation assuré de 90%. Le prix sans cela, sur la base de 6milliards pour l’EPR c’est 90 à 110€ et pour 7 milliards on sera dans les 110/120€ largement. A 5 milliards on sera toujours dans les 80/90€. Quand au point anglais, il est lui aussi cité dans le rapport du Sénat et… Lire plus »
Dan1
Invité
C’est bien de discuter des fluctuations des coûts (ou des prix) du MWh EPR, mais il faut toujours garder présent à l’esprit l’influence de certaines données d’entrée : En prime je remets l’image qui illustre le phénomène du coût de l’argent : Les hypothèses principales retenues sont : – taux de charge de 80%, – 4000 euros par kW installé (pour 1 650 MW cela donne 6,6 Md€ pour un EPR), – 60 ans de durée de vie, – 5 euros par MWh de combustible (soit pour 57,5 M€ pour 11,5 TWh/an), – Charges d’exploitation annuelles hors combustible de 100… Lire plus »
Ambiel
Invité
Voila qui résume bien le dilemne de la filière nucléaire française, j’aurai pu écrire l’article tant je suis 100% d’accord : J’ajouterai juste qu’en plus des risques présentés il y a le principal : la sureté et la sécurité, sur laquelle l’absence totale de transparence en Chine est un potentiel énorme problème dont la France se fiche pour essayer de faire du blé. @Dan1 : Pensez à un point important : les accord de Bâle III qui impliquent de financer sur moins de 17ans. La durée de vie de 60ans ne compte pas dans le financement pour la partie bancaire.… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité
“Et votre assertion est totalement fausse, ou alors vous avez mal lu le rapport du sénat : 70 à 90€ c’est AVEC une hypothétique baisse des couts d’exploitation ET un taux d’utilisation assuré de 90%. Le prix sans cela, sur la base de 6milliards pour l’EPR c’est 90 à 110€ et pour 7 milliards on sera dans les 110/120€ largement.” Le rapport de la CdC parle des coûts de l’EPR de la p224 à 226. Elle dit notamment : “En 2007, la DGEC proposait une estimation de 44,9 €/MWh (soit 46,6 €2010) pour un EPR récurrent. Les dernières prévisions d’EDF,… Lire plus »
Ambiel
Invité
Pendant ce temps-là en Inde ils ont construit 17 000MW d’éolien avec un tarif d’achat moyen de 60€ du MWh….Bien sûr c’est peu comparable au cas européen dans la mesure ou ils ont beaucoup d’espace, des contraintes reglementaires faibles et un choix de sites à fort potentiel bien plus intéressant. Mais ça donne une idée du potentiel énorme de cette énergie que nous continuons à snober en france. Ils ont même construit 9GW soit 55% de leurs capacités à 50€ du MWh ! Ils installent 3GW par an en croissance forte soit un marché annuel de 3milliards€ dans ce pays… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité

Pour les liaisons entre le nucléaire et la Chine, vous avez raison : L’industrie nucléaire doit faire particulièrement attention à évité l’exemple donné… par l’industrie ENR. 😀

Ambiel
Invité
Dans les ENR c’est effectivement le cas pour le solaire. Mais sur la partie sans valeur ajoutée : les modules. Et contrairement au nucléaire il n’y a pas de risque de catastrophe nucléaire ou de dissemination et de trafic de matières radioactive associé! Quand au fait que je tape sur le nucléaire, c’est principalement en réponse à la comparaison systématique qui est faite par une bonne partie de l’opinion : “pourquoi développer les ENR alors que le nucléaire est mieux?” du coup si on ne répond pas en partie à ce point, aucun interet de faire des ENR…. Donc c’est… Lire plus »
Ambiel
Invité
Et sur le rapport de la CDC, il est bien précisé comme je le disais que la fourchette de 70 à 90€ est à prendre avec prudence : Mme Michèle Pappalardo, lors de son audition devant votre commission, a toutefois bien souligné qu’il ne s’agissait pas d’un chiffre validé par la Cour. Il se fonde sur l’hypothèse d’un taux d’utilisation de 90 % (contre 78 à 85 % environ pour le parc actuel, selon les années) et de coûts de production moins importants que ceux des centrales actuelles. Donc avec beaucoup d’ENR et avec la simple réalité des difficultés d’une… Lire plus »
Nicias
Invité
Je ne sais pas si ce graphe est juste, mais il montre l’importance du taux d’actualisation Merci pour votre superbe graphique qui illustre bien ce que j’ai seriné sur ce forum ! EdF n’a pas grand chose à faire du concept de taux d’actualisation. Ils empruntent et cela doit leur couter 6 à 7% par an pour les échéances les plus longues (inflation non prise en compte, si l’on raisonne en € constant, c’est moins). Champsaur a témoigné au sénat que des économistes d’EdF lui aurait dit en privé qu’ils pensaient pouvoir atteindre un prix de 50€/MWh environ. C’est tout… Lire plus »
Nicias
Invité

Ils ont même construit 9GW soit 55% de leurs capacités à 50€ du MWh ! Et ils sont payés 3000€ par mois vos Indiens ? ça ne rime à rien de balancer le coût de l’éolien indien dans une discution sur le nuclèaire occidental.

Ambiel
Invité
Ce que vous n’avez pas compris c’est d’une part que l’amortissement des emprunts bancaire doit se faire sur 17ans au max, et plutot 10ans/12ans dans la réalité. Et d’autre part que EDF n’a pas les capacités de financer sur bilan plus d’un EPR ou 2 et c’est bien le problème aux UK ou 80% des EPR seront financés via pool bancaire ce qui implique des taux élevés et justifie une demande de tarif de rachat comme faite par EDF Energy à des montants compris entre 120 et 210€ suivant la durée conssentie de ce tarifs de rachat. La proposition du… Lire plus »
Ambiel
Invité

Oui c’est vrai ça a pas de rapport désolé 🙂 Mais quand même, c’est signe que cette énergie est très compétitive ! Et la part salaires dans l’énergie et donc dans l’éolien c’est pas grand chose sur le MWh final, vous le savez bien… Ce sont des industries très capitalistiques, je ne vous apprend rien !

Nicias
Invité
Ce que vous n’avez pas compris c’est d’une part que l’amortissement des emprunts bancaire doit se faire sur 17ans au max Je ne parle pas d’emprunts bancaire ici puisque je n’en connais pas les taux. Je parlais des emprunts obligataires émis par EdF. Y-a-t-il une loi qui interdit à EdF d’amortir des projets sur plus de 17ans ? Ou des incitations fiscales en ce sens ? Et d’autre part que EDF n’a pas les capacités de financer sur bilan plus d’un EPR ou 2 Source ? Le cash flow d’EdF était de 6,5 milliards d’€ au premier semestre 2012, de… Lire plus »
Nicias
Invité
Hors il faut 10 à 15 ans pour la construire donc vous devez déjà commencer à rembourser le prêt sur votre premier milliard sur les 5 premières années Et Chelya qui surenchérit sur les conditions du financement des centrales… Mais qu’est ce que vous en savez si les conditions des éventuels prêts ne font pas que EdF commence à rembourser au bout de 20ans ? Si non les intérêts intercalaires sont parfaitement pris en compte dans le coût du nucléaire. Et dernier (léger) détail, si vous prenez un taux d’actualisation égal à votre cout d’endettement ça veut dire que vous… Lire plus »
Ambiel
Invité
La question du financement va se poser pour EDF si on fait 20 EPR en france mais dans le cas du 1er EPR français c’est sur bilan et dans le cas UK c’est via pool bancaire, le gouvernement Uk essaie de trouver un moyen de rendre viable les prêts énormes à consentir pour ses banques, l’une des options étant carrément un prêt d’état (incomatible pour l’instant avec les règles de l’UE) : Et EDF a besoin aujourd’hui sans construction d’EPR de ce cash flow pour la maintenance, l’exploitation et la gestion de ses portefeuilles. Pour l’Inde c’est en comparaison du… Lire plus »
Nicias
Invité
dans le cas du 1er EPR français c’est sur bilan et dans le cas UK c’est via pool bancaire Comme je n’ai toujours pas de source, je présume que vous n’en savez rien du tout. Je ne nie pas que le financement des centrales nucléaires (et de tout gros projet en général) pose problème, mais quand on ne connait pas les détails, on se tait sur ceux-ci. je voulais dire que la part main d’œuvre est très faible La part de la main d’œuvre dans un bien est toujours de 100%. Que pour une entreprise elle ne soit que de… Lire plus »
Ambiel
Invité

Interets intercalaires vous connaissez? C’est justement ce qui coute cher lors des chantiers et qui fait une grosse différence s’ils durent 6ans ou 10ans… Et EDF qui commercerait à rembourser au bout de 20ans… et la marmotte… On devrait inventer la meme chose pour les ENR : on diviserait leur MWh par 2 ! De l’éolien à 40€, du solaire à 60€ ! Quand au dividende, allez proposer 2 à 3% à EDF… Vous semblez oublier que c’est devenu une SA 🙂 Aux UK ils sont comme tout le monde, ils veulent 8/12%.

Dan1
Invité
Donc résumons nous : le coût et le prix de vente à long terme du MWh de nucléaire 3G se résume essentiellement à un problème de financement et donc de règles financières. Le problème n’est donc pas de savoir si un EPR coûte 4 , 5, 6 ou 7 milliards mais plutôt de savoir s’il est financé dans un contexte court termiste avec des investisseurs qui veulent des dividendes élevés et rapides. Je remarque cependant que le contexte est fluctuant et que le parc nucléaire 2G actuel a bénéficié d’un contexte favorable dans les années 80 malgré un endettement très… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité
“Quand au fait que je tape sur le nucléaire, c’est principalement en réponse à la comparaison systématique qui est faite par une bonne partie de l’opinion” Oui, enfin dans la plupart des fils de discussion (sur le nucléaire ou pas), vous êtes souvent le premier à tirer… “Chelya souligne un point très important, si on fait des ENR de manière significative en France, on va dégrader le facteur de charge de nos EPR” D’où le débat sur une juste rémunération des moyens de production pilotables. A court terme, je n’ai pas trop peur pour le nucléaire : Les allemands (pourtant… Lire plus »
Nicias
Invité
Interets intercalaires vous connaissez Oui puisque j’en ai parlé… On devrait inventer la meme chose pour les ENR : on diviserait leur MWh par 2 ! Bah non, si vous commencez à rembourser plus tard, le coût de votre prêt augmente. On voit là que vous m’imputez un biais pro-nuclèaire. Mais ce n’est pas le sujet, je vous reproche de spéculer sur les conditions exactes du financement, peut importe pour moi que cela sur-estime ou sous-estime le côut. On en sait rien, donc on se tait. Quand au dividende, allez proposer 2 à 3% à EDF… Vous semblez oublier que… Lire plus »
Eloi
Invité
Si un EPR doit être amorti sur 20 / 12 ans, cela veut dire certes de grosses difficultés de financement pour démarrer la construction, mais aussi un MWh vraiment pas cher pour les 40 / 48 années d’exploitation qu’il reste. Autrement dit, si l’on construit les centrales à un rythme régulier, les centrales amorties produisent à très faibles coûts et financent largement les centrales en cours d’amortissement. L’équivalent est guère transposable aux ENR. Un panneaux PV, “capitalistique” par excellence, pourrait certes être amorti sur 25 ans, mais au bout de 25 ans, il faut s’en payer un neuf… Les “hauts… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

J’ai dit quoi, comme supercherie? Ne me dites pas que je vous obsède!

Sicetaitsimple
Invité

qu’on me prète des propos non tenus, j’ai quand même l’impression qu’on mélange allègrement taux d’actualisation, coût de la dette,WACC, durée d’amortissement et que sais-je encore…. Il est évident que Sicetaitsimple peut s’acheter 3 kW de panneaux solaires en faisant les calculs comme sa grand-mère, ca va être un peu plus compliqué pour lui s’il veut s’acheter un EPR au RU….Les banques risquent de tordre un peu le nez….

Sicetaitsimple
Invité
mais bon, je reconnais qu’on est un peu au coeur du problème… Soit les financiers prennent le dessus et là il n’y a plus qu’à faire du gaz (le moins cher en investissement) et un peu d’ENR pour se donner bonne conscience en attendant le crash, soit les politiques prennent le dessus et mettent en place ce qu’il faut pour assurer des vrais choix. Le pire étant “on va faire un peu (voire beaucoup) d’ENR pendant mon mandat et celui qui me succedera gérera le problème”, car bien entendu il n’y aura aucun problème “technique”, sauf ponctuel ou sauf géopolitique… Lire plus »
Ambiel
Invité

On en sait un peu plus, le PM tchèque est en colère contre AREVA qui a mis selon lui des nazes complets sur la réponse à l’appel d’offre et prive le pays d’une réponse européenne à leur programme :

Bachoubouzouc
Invité

“On en sait un peu plus, le PM tchèque est en colère contre AREVA qui a mis selon lui des nazes complets sur la réponse à l’appel d’offre et prive le pays d’une réponse européenne à leur programme” Vous voyez donc que le problème ne vient pas de “la grosse bouse” EPR.

Ambiel
Invité

J’ai dit ça moi? 🙂 C’est juste que les types qui répondent aux AO sont des nuls, ils ne savent pas de quelle couleur il faut imprimer le dossier de réponse… Vraiment pas de chance. c’est sûr que le PM a du être bien blasé de voir une offre avec : Délais : on verra Prix : on verra Alors même que l’EPR est un meilleur réacteur que les 2 autres en lice, là-dessus on est d’accord.

Ambiel
Invité

Une question, à votre avis la mine ouvrira ou pas ? Je n’ai pas trop idée des couts d’exploitation sur place mais au vu des cours actuels j’ai des doutes. Elle risque d’ouvrir tard et d’attendre un redémarrage du marché pour se mettre en exploitation. Sauf qu’au passage on a déjà investi pas mal, ça ne va pas arranger la valorisation d’Areva (mais ça c’est un moindre mal)

wpDiscuz