FNH : “NON aux gaz de schiste”, “OUI à la fiscalité écologique”

Alors que le rapport Gallois sur la relance de la compétitivité des entreprises françaises a été remis au gouvernement lundi, les premières mesures du pacte de compétitivité sur le quinquennat devraient être annoncées aujourd’hui par le 1er Ministre à l’issue d’un séminaire gouvernemental.

La Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme (FNH) a déjà annoncé dans un communiqué qu’elle regrettait le manque d’ambition en matière de fiscalité écologique et que certaines propositions s’opposent à la transition énergétique. Par conséquent, cette dernière demande au gouvernement de clarifier les positions prises à l’issue de la Conférence Environnementale.

Sur les gaz de schiste

Le rapport recommande l’exploitation des gaz de schiste. "C’est une double erreur" assure la Fondation. D’abord une erreur politique : "François Hollande a été clair lors de la conférence environnementale, il n’y aura pas, en France, d’exploration et d’exploitation des hydrocarbures non conventionnels au cours des 5 ans à venir." Ensuite une erreur écologique : "l’exploitation des gaz de schiste, à ce jour extrêmement polluante, ne règle en rien le problème des émissions de gaz à effet de serre. La compétitivité de nos entreprises passera par l’innovation dans les économies d’énergie et les énergies renouvelables. Le gouvernement doit, dès demain, réaffirmer sans ambiguïté son opposition aux gaz de schiste."

Sur le financement de la transition écologique

Pour la FNH, la transition écologique doit être au cœur du nouveau modèle économique de la France. Elle souhaite donc que le gouvernement prenne l’engagement que la nouvelle banque publique d’investissement (BPI) consacre plus de la moitié de ses moyens financiers (42 milliards) au financement de la transition écologique et énergétique, afin de centrer l’action publique sur des priorités claires et qui préparent l’avenir.

François Hollande s’etait engagé en effet sur la proposition de la Fondation Nicolas Hulot de faire de la BPI la banque de la transition écologique. La FNH souligne aussi que dépourvue du statut de banque, les 42 milliards attribués seront insuffisants. Face aux enjeux écologiques à venir, la FNH estime qu’il faudrait investir 60 milliards par an, sur 10 ans.

Sur la fiscalité écologique

Le rapport préconise un allégement très important des charges (30 milliards) qui pèsent sur le travail. Celui-ci serait compensé par la fiscalité écologique seulement à hauteur de 2 à 3 milliards d’euros. La Fondation Nicolas Hulot veut un engagement fort du gouvernement en faveur de la fiscalité écologique qui reste "encore une fois la grande oubliée" : "qu’elle soit utilisée à son plein potentiel pour compenser cet allègement des charges."

Enfin, la FNH rappelle que les engagements pris par le gouvernement à l’issue de la Conférence Environnementale sur la fiscalité écologique (rejoindre la moyenne européenne) se traduisent par une augmentation des prélèvements écologiques de 20 milliards sur 5 ans. Pour la FNH, il ne peut y avoir réforme fiscale d’ampleur sans instauration, enfin, d’une vraie fiscalité écologique pour baisser les cotisations qui pèsent sur le travail. "La commission de la fiscalité écologique, qui doit être mise en place avant la fin de l’année, doit absolument s’emparer de ce défi" conclut la Fondation.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "FNH : “NON aux gaz de schiste”, “OUI à la fiscalité écologique”"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Vidkaboo
Invité

FNH devrait d’abord lire le rapport. L’exploitation des gaz de schiste n’y est pas recommandée, seule la R&D sur de nouvelles methodes d’extraction !! Quelle credibilité accorder a FNH ?

Luis
Invité

~ Alors qu’on nous fait miroiter des ressources extraordinaires avec les gaz de schiste, pensez-vous que l’on ferait des recherches sur les méthodes d’extraction uniquement pour “les beaux yeux de la science” ? L’arrière pensée de l’industrie pétro-gazière est toujours présente. Et comment expérimenter une éventuelle autre méthode sans faire de forages ? Mais nous ne sommes pas des alouettes !

climax1891
Invité
En France, 52% de l’énergie finale (hors pertes) sert à produire de la chaleur. En 2007, sur un total de 162 Mtep de consommation finale énergétique, 83,8 Mtep, soit un peu plus de la moitié (52,0%), ont été consommées sous forme de chaleur. C’est plus que les voitures et les camions réunis. En 2008, selon l’ADEME, les voitures ont consommées 22,5 millions de TEP. Les camions et les utilitaires légers ont consommées 15,5 millions de TEP. Donc avec l’isolation, la biomasse et la chaleur du soleil (avec des concentrateurs solaires), il y a de quoi réduire fortement notre consommation de… Lire plus »
Vidkaboo
Invité

faire des forages, en soi, n’est pas un probleme, la geothermie, tant prisée, y fait appel en quantité !! Comment ameliorer ou decouvrir une technologie si on ne peut pas l’essayer ? La preuve, il existe deja des technologies moins polluantes que la techno mise en oevre aux US mais elles sont aujourd’hui plus cher. Il est necessaire de les essayer pour les ameliorer, c’est aussi simple que cela. Fermer d’avance la porte à un developpement est la meilleure facon de nous faire régresser. D’autres developperont ces technologies et on finira par leur acheter, pas très réjouissant !

wpDiscuz