Enerzine

Gaz de schiste : l’OPECST rallume la flamme

Partagez l'article

L’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) a annoncé jeudi dernier l’adoption de l’étude de faisabilité d’un rapport consacré aux techniques alternatives à la fracturation hydraulique pour l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels.

Autrement dit, les membres de l’OPECST ont décidé à l’unanimité de mener une étude qui vise à évaluer les alternatives potentielles à la fracturation hydraulique pour l’exploitation des gaz de schiste.

Le travail préliminaire a été réalisé par le député M. Christian Bataille, (Nord, SRC), et le sénateur M. Jean-Claude Lenoir, (Orne, UMP), confirmant ainsi l’intérêt de la saisine de la commission des affaires économiques du Sénat.

"La fracturation hydraulique, interdite par la loi du 13 juillet 2011 pour l’exploration et l’exploitation des mines d’hydrocarbures, est une technique ancienne qui évolue aujourd’hui rapidement sous l’effet de considérations environnementales de plus en plus partagées" a indiqué l’OPECST dans un communiqué.

Et d’ajouter : "Des voies d’amélioration de cette technique existent, dans le sens d’une moindre consommation d’eau et d’une moindre utilisation de produits chimiques (…) Parmi les autres techniques susceptibles d’être employées, la stimulation au propane, déjà pratiquée en Amérique du Nord, mérite l’examen. D’autres technologies sont envisagées en recherche et susceptibles d’aboutir à des applications d’ici à une dizaine d’années."

Les rapporteurs, qui souhaitent explorer l’ensemble de ces pistes, ainsi que leurs implications économiques, proposent d’inscrire leur étude dans un calendrier qui lui permettrait d’apporter une contribution au débat national sur la transition énergétique. Un rapport d’étape est envisagé au printemps prochain, puis un rapport final à l’automne.

Calendrier proposé pour l’étude :

– Février-Mai 2013 : réalisation d’auditions par les rapporteurs (pouvoirs publics, entreprises, associations environnementales), consultation des partenaires sociaux
– Avril 2013 : audition ouverte à la presse en salle Lamartine (Assemblée nationale)
– Printemps 2013 : examen par l’Office d’un rapport d’étape
– Juin à septembre 2013 : déplacements à l’étranger
– Automne 2013 : examen par l’Office du rapport final.

Colère de Jean-François Placé

Dans une interview au Figaro, le sénateur vert – président du groupe Europe Écologie Les Verts (EELV) – a rappelé que l’interdiction de toute exploitation des gaz de schiste était à la base de l’alliance politique des Verts avec la Majorité. A la question de savoir si la présence des ministres EELV pourrait être en jeu, il a affirmé que "l’exploitation des gaz de schistes est une ligne rouge. Si elle était franchie, notre participation au gouvernement serait remise en cause."

Grogne des associations

France Nature Environnement (FNE) a tenu à rappeler que, "quelque soit la technique, il s’agit de rendre poreux un milieu, la roche mère, qui ne l’est pas, ce qui présente des risques avéré de pollution des milieux et des nappes phréatiques et de l’atmosphère. Par ailleurs, au-delà du débat sur la technique d’extraction, il s’agit encore d’extraire des énergies fossiles qui contribueraient au réchauffement climatique déjà hors de controle."

"Récupérons déjà les gaz gaspillés par torchage, méthanisons nos eaux usées, mettons en place une vraie sobriété de notre société etréservons ce pétrole immature aux générations suivantes" a dit Benoit Hartmann porte parole de FNE.

Même son de cloche chez Greenpeace

"Quelle que soit la technique utilisée, il est aberrant de se lancer aujourd’hui dans l’exploitation d’une nouvelle ressource fossile", a commenté Anne Valette, chargée de campagne Climat pour Greenpeace France. "La réduction des émissions de gaz à effet de serre est bien le défi principal que le monde doit relever. Le dérèglement climatique a déjà des conséquences visibles et désastreuses, se lancer dans l’exploitation des gaz de schistes aujourd’hui revient à faire un bras d’honneur à tous les processus de lutte contre le dérèglement climatique dans laquelle la France est engagée."

"Il ne faut pas se leurrer, le lobby industriel est en train de gagner la bataille", a ajouté Anne Valette. "Aujourd’hui l’idée que la France est assise sur une mine d’or a été bien répandue et dans le contexte de crise actuel tout le monde a envie d’y croire. Malheureusement personne ne se préoccupe des conséquences catastrophiques de l’exploitation des énergies fossiles. A-t-on déjà mis en balance les gains associés aux gaz de schistes et les coûts des changements climatiques ? Le gouvernement compte des ministres écologistes, il faut absolument qu’ils se fassent entendre là-dessus !"

L’échec des actions contre les changements climatiques coûte déjà à l’économie mondiale 1,6 % de son PIB, soit 1.200 milliards de dollars par an et devrait conduire à un doublement des coûts mondiaux dans les vingt prochaines années, selon un rapport révélé 25 septembre aux États-Unis, par le DARA and Climate Vulnerable Forum.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    34 Commentaires sur "Gaz de schiste : l’OPECST rallume la flamme"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Teredral
    Invité

    L’argument de lutte contre l’effet de serre pour refuser l’exploitation du gaz de schiste en France n’a de sens que si la France s’engage vers une réduction de sa consommation de gaz. Or, c’est l’inverse qui se passe et s’accentuera avec le développement des ENR intermittentes !

    Bachoubouzouc
    Invité

    Les écolos redécouvrent le réchauffement climatique, qu’ils avaient oublié lorsqu’il s’agissait de laisser passer les gazoducs de leurs copains gaziers russes. Et où sont passés leurs discours sur « une énergie consommée localement » « chacun produisant sa propre énergie, en autoconsommation » ? Apparemment, leur grand rêve n’a pas le droit de s’appliquer à la France ! Par ailleurs, ce débat est bien la preuve que les écolos sont anti-scientifiques, alors qu’il ne s’agit là que de mener des études pour étudier nos possibilités.

    S81
    Invité

    Même quand on propose d’étudier des solutions allant dans le bon sens, ces chères écolos freinent des 4 fers quand à la présence de ministres EELV au gouvernement, je pense très sincèrement que ça serait même un plus pour le gourvernement…

    climax1891
    Invité

    Pour l’année 2007, le chauffage (donc l’eau chaude sanitaire) a représenté 29% du gaz naturel consommé en France. Soit 20,8 millions de TEP pour 41 millions de TEP de gaz naturel. En 2007, le chauffage a aussi utilisé 11,6 millions de TEP de fioul et 9,6 millions de TEP (111 TWh) pour l’électrique. La priorité, c’est l’isolation. Ce qui permettra aussi de réduire la consommation liée à la réfrigération soit 40 TWh en 2008, car dans une maison isolée, le réfrigérateur reste en été à une température ambiante normale.

    fredo
    Invité

    L’argument se suffit à lui même, vu les émissions de GES liées à l’extraction de GDS.

    Bachoubouzouc
    Invité
    @ Climax1891 Isoler mieux nos logements est certes un effort indispensable, mais il ne faut pas perdre de vue que cela n’aboutira au mieux qu’à quelques pourcents d’économie. Autrement dit, le problème reste quasiment entier. A mon sens, la question qu’on devrait dès maintenant se poser est : Par quoi pourrait-on remplacer le gaz naturel ? @ fredo : Vous avez des chiffres sur les émissions liés au GDS ? Quelles techniques ? Dans quels pays ? Dans des conditions comparables à la France ? Et à comparer avec quels chiffres pour le gaz naturel ? En tenant compte du… Lire plus »
    fredo
    Invité
    @ Bachou touchant cette solidarité entre pro nucléaires et pro gas de schistes ! comme d’habitude, la sobriété énergétique ne fait pas partie de l’équation,elle est pourtant par exemple dans la ppi élec 2009-2020, qui table sur une stabilité de la consommation élec à 492 TWH an en 2020. Sans parler de l’aspect économique, lisez par exemple l’édito de F MEunier ds Les Echos du jour, en résumé, le GDS peut attendre, il continue à se valoriser dans le sol pendant qu’on apprend à exploiter plus proprement le GDS et que les sociétés françaises du secteur font leur expérience aux… Lire plus »
    Bachoubouzouc
    Invité
    « touchant cette solidarité entre pro nucléaires et pro gas de schistes ! » C’est donc être pro-GDS que de vouloir avoir plus d’infos avant de faire un choix rationnel ? Pour rappel, l’article porte sur une étude de faisabilité par l’OPECST. « comme d’habitude, la sobriété énergétique ne fait pas partie de l’équation » Comme je l’ai déjà dit, la sobriété c’est très bien mais elle ne résout pas les 95% du problème. « Sans parler de l’aspect économique, lisez par exemple l’édito de F MEunier ds Les Echos du jour, en résumé, le GDS peut attendre, il continue à se valoriser dans le… Lire plus »
    S81
    Invité

    rappeler qu’il faut étudier la question des GDS avant de vouloir l’enterrer définitivement une certaine centrale en alsace ? non ?

    Etiennesolar
    Invité
    Contrairement aux information gratuites de certain, …, isoler une maison par l’extérieur, avec des matériaux performant (neopor* par ex) … pour parler uniquement de réhabilitation de bâtiment ancien, pas toujours bien orientés … permet d’éviter 95 % de déperdition de chaleur – aujourd’hui il est réellement possible de chauffer une maison individuelle de 120 m2 à Grenoble avec moins de 1000 W . Que préférez-vous : extraire à prix d’or et à risque maximum les dernières gouttes de pétrole pour chauffer les nuages ou utlliser le pétrole existant pour créer un produit recyclable à l’infini et permettant d’éviter de consommer… Lire plus »
    Bachoubouzouc
    Invité

    Je suis extrèmement sceptique face à de tels chiffres… Vous auriez un exemple de devis pour une telle rénovation ? Par ailleurs, si le futur est bien cela, alors les écolos auront du soucis à se faire ! En effet, si à l’avenir il ne faut pas plus de 1 ou 2kW pour chauffer la plupart des logements, alors les grilles-pain seront roi !

    fredo
    Invité
    « C’est donc être pro-GDS que de vouloir avoir plus d’infos avant de faire un choix rationnel ? » Le choix a déjà été fait par une loi, avoir plus d’infos veut-il dire qu’il faut refuser d’appliquer la loi tant qu’on a pas eu les résultats d’une étude à charge réalisée après coup? « Comme je l’ai déjà dit, la sobriété c’est très bien mais elle ne résout pas les 95% du problème. » vous avez raison, ce n’est 5% mais jusqu’à 50% de gain potentiel d’efficacité énergétique par comparaison avec les pays les plus avancés sur le sujet (Japon, Suisse, Danemark, Irlande) si… Lire plus »
    Pas naif
    Invité
    Ils tirent à bouleyts rouge sur le gaz naturel d’un côté alors que leurs lèches-botes aux gouvernements et à l’ADEME ont intronisé dans le marbre de leurs directives 2012 l’utilisation de ce même gaz naturel pour le chauffage domestique (émetteur de CO²) en remplacement du chauffage électrique à 80% sans CO² !!!! Ils ne sont ni pour la planète ni contre les GDS, ils sont contre le nuc car c’est sur cette idée fixe qu’ils se sont fédérés en 1972 une fois pour toutes: On ne peut pas leur demander un avis neutre sur la question. En 40ans ils n’ont… Lire plus »
    Bachoubouzouc
    Invité
    « Le choix a déjà été fait par une loi, avoir plus d’infos veut-il dire qu’il faut refuser d’appliquer la loi tant qu’on a pas eu les résultats d’une étude à charge réalisée après coup? » La loi interdit la technique de la « fracturation hydraulique » (). D’une part, on a toute possibilité de modifier ou d’abroger cette loi. Elle n’est pas gravée dans le marbre. D’autre part et comme beaucoup l’ont souligné, cette loi interdit une technique qu’elle ne décrit pas. Autrement dit, renommez la « massage hydraulique des veines de schiste » et soudainement elle devient légale ! Et comme le dit bien… Lire plus »
    Rene du ps
    Invité

    jean vincent Placé,il a affirmé que « l’exploitation des gaz de schistes est une ligne rouge. Si elle était franchie, notre participation au gouvernement serait remise en cause. » Alors là,tant miieux si les EELV se barrent du gouvernement,ce sont des nuisibles qui ne servent à rien . Rien que pour ça,il faudrait extraire du gaz de schiste en France . Pour que EELV se casse enfin du gouvernement.Ces escrolos et leurs minables 2,3% sont des usurpateurs et n’ont rien à y faire .

    fredo
    Invité

    On dirait que Bachou a un copain ! L’hostilité envers les écolos est une chose, la promotion du GDS en est une autre. Les 2,3% sont ceux d’Eva Joly qui a fait une campagne oubliant l’écologie, ce qui ne manque pas de sel ! Ce ne sont pas ceux d’EELV, on en reparle aux prochaines élections locales.

    enerZ
    Invité

    Le commentaire de ‘René du ps’ a été supprimé car jugé diffamatoire. Le modérateur

    fredo
    Invité
    En préambule, ce type de post caricatural, où tout ce qui est différent de « oui au tout nucléaire » est qualifié de vert inculte et idiot (y compris les anti ENR partisan du gaz) et qualifié d’opposant au nuc , tout ceci ne peut qu’aboutir à radicaliser contre le nuc. Quand vous aurez compris ça, ingénieur ou pas, vous aurez certainement fait un pas vers un dialogue plus constructif. Si vous croyez que c’est du pipot, demandez-vous pourquoi le ministère de l’industrie ou équivalent sonde l’opinion sur les avantages ou inconvénients du nucléaire depuis 1994? Après, c’est vous qui voyez !… Lire plus »
    Pierre 44
    Invité

    Pour fredo(et vous n’y êtes pour rien) S’il suffit de dire son hostilité à eelv comme semblait l’avoir fait ‘René du ps’ dont j’ai eu à peine le temps d’appercevoir le texte avant qu’il ne disparaisse brusquement ,pour être jugé diffamatoire et supprimé,ce site fait peur par ce qui semble être un inquiétant parti pris .Le pire étant qu’on ne peut même pas en juger puisque le texte a disparu…Ca fait très peur.

    fredo
    Invité

    en réponse à votre post. Je pensais que vous aviez vu ces études citées depuis un an environ sur Enerzine; par exemple:

    Pierre 44
    Invité

    En tout cas ‘pasnaif ‘ est un beau survivant de la modération de ce site,quand on lit dans l’ensemble certains de ses commentaires,on est vachement étonné qu’ils ne disparaissent pas aussitot comme ceux de ‘rené du ps’ :))))

    Sicetaitsimple
    Invité

    « Ce qui permettra aussi de réduire la consommation liée à la réfrigération soit 40 TWh en 2008, car dans une maison isolée, le réfrigérateur reste en été à une température ambiante normale.  » Euh, la réfrigeration ( cooling in english, heating pour le chauffage), ce n’est pas la consommation des réfrigérateurs….C’est la climatisation.

    Etiennesolar
    Invité

    Hello Bachou … Si tu prends le risque (intellectuel) de te renseigner … et d’être ouvert au vrai changement … Tu trouveras des solutions très performantes pour la construction (éventuellement autoconstruction) et la rénovation, voici les mots clé : bloc coffrant isolant neopore exemple :

    climax1891
    Invité

    Une étude montre que si la température ambiante reste stable en été grâce à l’isolation, la consommation du réfrigérateur International Journal of Refrigeration

    Dan1
    Invité

    A Etiennesolar. « Le NEOPOR est un produit BASF, un polystyrene enrichie en grafite et deux fois plus isolant que le polystyrene » Il m’étonnerait fort que le produit miracle de Bayer soit 2 fois plus isolant que le PSE « lambda ». D’ailleurs à propos de lambda, celui du PSE est aux alentours de 0,03 W/m.K Un produit deux fois plus isolant aurait donc un lambda de 0,015 ! On pourrait obtenir une Rth de 3 avec une épaisseur de seulement 4,5 centimètres. A voir ?? Là, il faut nous montrer les avis techniques qui l’attestent.

    Dictaitsimple
    Invité

    Oui, ça je pense que tout le monde sait ou constate qu’un frigo consomme plus quand il fait chaud que quand il fait froid…Mais ça n’a rien à voir avec les 40TWh que vous citez, qui correspondent j’imagine (encore faudrait-il un lien) à de la climatisation.

    Sicetaitsimple
    Invité

    Va falloir que BASF paie son ecot à Enerzine, là….

    Bachoubouzouc
    Invité
    @ fredo : « Je pensais que vous aviez vu ces études citées depuis un an environ sur Enerzine » Je les ai lus, et ils ne répondent pas à ma question : Que les GDS polluent est une évidence… La question est de savoir combien ils polluent, et s’ils polluent plus ou moins que le gaz classique que nos si écologiques amis russes nous vendent à prix d’or. « pour ce qui est de la pertinence de l’intensité énergétique du fait de la taille du pays et de la part des transports dans la consommation totale, le Japon est industrialisé, plus grand… Lire plus »
    Jobi
    Invité
    Difficile pour les particuliers de descendre sous les 0,023 en lambda (les meilleurs polyréthanes). Le compositing des PSE améliore tout un tas de caractéristiques mais pas la conductivité thermique (ni dans un sens ni dans l’autre !) De mémoire avec 1,2 m de paille compactée … on roule en R5 🙂 Pour ceux qui se lance dans l’isolation (très bonne idée) : Pour les gds : certaines bouteilles vieillissent trés bien … patience, il y’a assez peu de chance pour qu’on nous gaule les boutanches … et pour un peu, on sera aux AA avant de faire péter le bouchon.… Lire plus »
    fredo
    Invité
    « Que les GDS polluent est une évidence… La question est de savoir combien ils polluent, et s’ils polluent plus ou moins que le gaz classique que nos si écologiques amis russes nous vendent à prix d’or. » L’exploitation des GDS en France SONT le sujet, à moins qu’on ait trouvé une nouvelle poche de gaz type Lacq, mais vous êtes le seul au courant! l’intensité énergétique du fait de la taille du pays et de la part des transports dans la consommation totale L’intensité énergétique est indépendante de la taille du pays, preuve en est que la moyenne européenne 2011 est… Lire plus »
    Bachoubouzouc
    Invité
    « L’exploitation des GDS en France SONT le sujet, à moins qu’on ait trouvé une nouvelle poche de gaz type Lacq, mais vous êtes le seul au courant! » Mais votre position est stupide ! Vous répétez que les GDS polluent sans vouloir comparer avec les énergies concurrentes (à savoir le gaz naturel) ! Vous ne faites que tourner autour du pot ! « l’intensité énergétique du fait de la taille du pays et de la part des transports dans la consommation totale L’intensité énergétique est indépendante de la taille du pays, preuve en est que la moyenne européenne 2011 est pile de… Lire plus »
    fredo
    Invité

    Vous défendez les GDS c’est votre droit, mais ne mélangez pas tout et ne parlez pas à ma place ! Je n’ai pas besoin de comparer pour savoir que les GDS ne polluent pas en restant dans le sol ! Pour l’intensité énergétique Eurostat, c’est un baromètre représentatif et reconnu au niveau international, à commencer par la France elle-même qui l’alimente en statistique et adhère à sa méthodologie. Je regrette que vous ne reconnaissiez pas cet indicateur pour comparer, alors que c’est bien son utilité ! PS : densité Suisse 191 hab/kms2 France 118 hab/kms2

    Bachoubouzouc
    Invité
    « Je n’ai pas besoin de comparer pour savoir que les GDS ne polluent pas en restant dans le sol ! » Aujourd’hui on consomme du gaz, et ça n’est pas près de s’arrêter (grâce à vos amis écolos). Soit on continue d’importer des quantités astronomiques de gaz russe, soit on extrait du gaz de schiste. On a donc un choix, et il faut étudier les avantages/inconvénients de ces deux options pour se prononcer rationnellement. Se contenter de dire que les GDS polluent est parfaitement inutile puisque, dans l’absolu, tout pollue ! « Je regrette que vous ne reconnaissiez pas cet indicateur pour… Lire plus »
    fredo
    Invité

    Je comprends mieux votre point de vue. Au passage le gaz russe ne représente que 13% du gaz consommé en France, le premier étant la Norvège avec 34%, mais passons. On peut aussi se poser la question: avec de boucaux entrants déjà et des perspectives à la baisse, quel besoin y a t il a utiliser les Gds en France?

    wpDiscuz