Le plus grand site minier d’uranium d’Afrique

La première pierre du complexe minier d’Imouraren au Niger qui devrait à terme représenter la plus importante mine d’uranium à ciel ouvert d’Afrique (la deuxième au monde) a été posée hier par son Président de la République.

La production, prévue pour durer plus de 35 ans, atteindra à terme 5 000 tonnes par an et permettra au Niger de se placer au deuxième rang mondial des pays producteurs d’uranium en doublant sa production actuelle.

L’exploitation du site d’Imouraren requiert un investissement initial de plus de 1,2 milliard d’euros et devrait créer près de 1 400 emplois directs.

Le plus grand site minier d'uranium d'Afrique"Avec le lancement de la construction des infrastructures minières d’Imouraren, Areva renforce un partenariat historique et solidaire qui lie le groupe au Niger depuis plus de quarante ans ", a déclaré Anne Lauvergeon.

Le groupe Areva apportera par ailleurs son soutien au développement socio-économique du Niger. Ainsi, pour les cinq prochaines années, le groupe s’engage financièrement à hauteur de 6 millions d’euros par an à entreprendre des actions dans les domaines de la santé, de l’éducation, des transports et de l’accès à l’eau et à l’énergie des populations locales.

[Carte : Thomas Bourdeau/Geo-Atlas]

Partagez l'article

 



         

Articles connexes

Poster un Commentaire

10 Commentaires sur "Le plus grand site minier d’uranium d’Afrique"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
renewable
Invité

1,2 milliards pour 1400emplois ça fait cher l’emploi…Et 6millions d’euros par an pour les population locales c’est plus que mesquin quand on sait qu’AREVA va dégager 5000T d’uranium par an, en se basant sur un kg à 50euros cela fait 250millions d’euros par an…et 8,75milliards en 35ans! Et la com d’AREVA appelle ça “soutien au développement socio-économique du Niger”! Je serai curieux de connaître le montant du soutien financier au régime du Niger (surveillons les petites annonces d’achats d’hotels particuliers à Paris dans le prochains mois 😉

fifty
Invité

En même temps 6 millions d’euros par an dans un pays comme le Niger je sais pas bien si vous réalisez ce que ca représente mais c’est une montagne d’or. Rien que gérer de tels fonds va prendre plusieurs mois, dans l’hypothèse ou il soit possible de totu dépenser. Augmenter les montants ne servirait pas forcément à accélerer le développement mais plus à alimenter des comptes en Suisse.

renewable
Invité

en fait mieux vaut leur donner des fusils ou du lait en poudre, ils ne savent pas gérer de l’argent?! De mon coté je réalise très bien ce que représente cette montagne d’or : 0,5cent par an par Nigérien, pour le plus gros gisement mondial du minerai indispensable à la production d’une part non négligeable de l’énergie nécessaire à l’humanité. Surtout que davantage de dépenses là bas ne gonflerait pas beaucoup notre kwh et ne grèverait pas beaucoup notre pouvoir d’achat, car il est bien connu que le cours de l’uranium influe peu sur le prix final.

Guydegif(91)
Invité

Ne pourrait-on faire CONTRÔLER l’octroi de cette manne émanant de Areva à la population véritablement plutôt que dans les fouilles de qq dirigeants mafieux, par le biais de l’Union Africaine ou ONU ou autre organisme ONG ou autre pour ASSURER que cet argent arrive à bon port….? Il faudrait un ”droit de regard” au nom d’intérêts suprêmes que sont ceux des populations abusées. Il est triste que cette pratique falacieuse perdure, alors que des ONG et autres bonnes volontés essayent de sauver, nourrir et éduquer la population…ça aussi c’est une crise et pratiques à enrayer… Bon courage ! A+ Salutations Guydegif(91) 

pasnaif
Invité

je ne savais pas qu’il y avait 1,2 milliards de nigériens, selon vos calculs. 120millions peut-être après tout?

pasnaif
Invité

la probité des dirigeants politiques est une notion obsolète de fait. Regradez nos propres dirigeants occidentaux et comparez-les à ceux d’il y a 120 ans. Pas de comparaison possible, la corruption et détournement sont rois de nos jours et partout. Alors les nigériens pas davantage que les autres et malheureusement la population ne tirera aucun profit long terme de 6millions ou même de 6milliards par an.

renewable
Invité
Décidement vous avez du mal avec les chiffres…et avec les pays! 😉 Niger : Nigériens, Nigéria : Nigérians! O,5cent par an par NigériEns pour un kg à 50euros correspond aux revenus ANNUELS de 250 millions d’euros. Il y a 13 millions de NigériEns. Si vous m’aviez bien lu (pourtant je n’ai pas écrit grand chose) vous auriez compris que je parle de revenus annuels, pas d’investissement initial. L’investissement initial sert à créer la structure, seuls les revenus annuels liés à la vente de l’uranium (moins l’amortissement de la mine et les coût d’exploitation) peuvent être comparés à l’aumône annuelle mise… Lire plus »
Dan1
Invité

Et un paramètre à ne jamais perdre de vue, finie l’époque de la colonisation militaire, administrative et culturelle, maintenant c’est l’économie qui prime. Dans ce registre, les chinois sont remarquablement à l’oeuvre en Afrique et souhaitent obtenir une grosse part des richesses minières et autre pour assurer leur expansion. Donc si AREVA part du Niger, il m’étonnerait que l’uranium reste longtemps dans le sol. Après, il faut espérer que le retour pour les nigériens serait plus important avec les chinois.     

Koko
Invité

D’ici 10 ans avec le réchauffement climatique et les famines que celà entrainera ce pays sera ingouvernable et c’est évident que cette mine ne pourra pas être exploité. Sans compter l’islamisation radicale qui sera farouchement anti occidentale, sans doute les Chinois seront les grands gagnants pour quelques années avant l’épuisement des ressources prévu pour 2020 car les stocks sont toujours largement surévalués comme pour le pétrole.

Zino
Invité
La French Africa                            Par : Y.Mérabet L’actuelle crise Franco-nigériane dévoile que  le problème du Sahara Occidental est lié  purement et simplement une affaire d’uranium. Le feu roi Hassan II du Maroc en savait plus.      C’était déjà, au début de l’année 1981, que le spécial uranium de la Gazette Nucléaire (N° 41/42) révélait une lettre d’un conseiller de la CEE en Afrique qui montrait l’état d’ignorance quasi complet du président du Niger de l’époque sur les causes de la crise du marché de l’uranium et donc de la baisse de la rente versée à l’État nigérien. De cette ignorance, les dirigeants… Lire plus »
wpDiscuz