Les USA jouent la carte de séquestration du carbone

Le piégeage du gaz carbonique (CO2) et son stockage constituent le moyen le meilleur de réduire considérablement les émissions de ce gaz tout en permettant d’utiliser davantage le charbon pour faire face aux besoins pressants du monde en matière d’énergie, estime M. Howard Herzog, principal ingénieur de recherche du Laboratoire de l’énergie et de l’environnement, qui relève du Massachusetts Institute of Technology (MIT).

M. Herzog faisait partie des 55 délégués de 6 pays qui ont assisté à un atelier organisé par le ministère de l’énergie des États-Unis et par son Laboratoire national des technologies de l’énergie, qui est situé à Pittsburgh. Cet atelier a eu lieu sous l’égide du Carbon Sequestration Leadership Forum (Forum sur le leadership en matière de séquestration du carbone ou CSLF), dont les 21 États membres cherchent à faire face aux changements climatiques.

Des délégués de l’Afrique du Sud, du Brésil, de la Chine, de la Colombie, de l’Inde et du Mexique ont assisté à cet atelier qui s’est tenu pendant la Sixième Conférence annuelle sur le piégeage du carbone et son stockage. Cette conférence a réuni 650 spécialistes d’États étrangers, d’organismes fédéraux et d’organismes des États fédérés des États-Unis, d’instituts de recherche, de sociétés productrices d’électricité et de gaz naturel, du secteur pétrolier et gazier, etc.

Les deux réunions ont porté sur les émissions de gaz carbonique et sur la mise au point de procédés de séquestration de ce gaz aux États-Unis et dans divers autres pays.

Selon un haut responsable du ministère de l’énergie des États-Unis, M. Justin Swift, qui est à la tête du groupe de travail du CSLF sur le renforcement des capacités, l’atelier était destiné à aider les pays en développement à croissance rapide à acquérir les connaissances, le savoir-faire et les institutions nécessaires en matière de séquestration du carbone.

Les procédés de séquestration comprennent le piégeage du gaz carbonique qui se dégage des centrales et des usines utilisant des combustibles fossiles, son transport et son stockage de longue durée notamment dans des formations géologiques proches du lieu du piégeage.

En septembre 2005, le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC) a rendu public un rapport spécial sur le piégeage du carbone et sur son stockage, qui portait sur les sources de gaz carbonique et sur les moyens techniques de piéger ce gaz, de le transporter et de le stocker dans des formations géologiques, dans les océans ou dans des minerais, ainsi que sur l’utilisation de ce gaz dans l’industrie.

Selon ce rapport, le piégeage du gaz carbonique et son stockage sont susceptibles de réduire l’ensemble des coûts d’atténuation et d’augmenter la souplesse nécessaire pour réussir à réduire les émissions de gaz à effet de serre. La généralisation de cette technique dépend cependant de la maturité technique, des coûts, de l’ensemble des possibilités, de la diffusion des procédés en la matière et de leur transfert aux pays en développement, de la capacité de ces derniers à les appliquer, des aspects réglementaires, de questions écologiques et de l’opinion publique.

Partagez l'article

 



      

Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz