Projet GRHYD : un vent d’innovation dans le réseau gazier français

McPhy Energy, spécialiste du stockage d’énergie stationnaire, a annoncé sa participation au projet GRHYD initié par le Centre de Recherche et Innovation Gaz et Energies Nouvelles (CRIGEN) de GDF Suez.

Réunissant une dizaine de partenaires hexagonaux, ce programme a pour ambition d’offrir une solution de flexibilité, couplant la gestion des énergies électrique et gazière, via le vecteur hydrogène.

Une première expérimentation débutera prochainement et pour 5 ans dans un éco-quartier autour d’une injection d’hydrogène, produit à partir d’énergies renouvelables, dans le réseau de gaz naturel. Une seconde expérimentation permettra en parallèle de tester le carburant Hythane©, sur des véhicules circulant au GNV. McPhy Energy apportera sur ce sujet son expertise en matière de solutions de stockage d’hydrogène et aura également pour mission de lisser la courbe de production, afin de faire concorder l’offre et la demande.

Ouvrir une nouvelle voie aux énergies renouvelables

Le projet GRHYD est aussi ambitieux qu’astucieux, puisqu’il doit permettre de valoriser, à terme, la production d’énergie « verte », notamment celle issue de l’éolien, dont le rendement très fluctuant, car dépendant des conditions climatiques, peut parfois dépasser la demande et saturer le réseau électrique. Cela entraîne généralement l’arrêt d’unités de production, comme les champs d’éoliennes, faisant perdre une énergie précieuse à la France. En utilisant le réseau gazier pour stocker ce surplus d’électricité, GDF Suez et ses partenaires se positionnent sur une filière d’avenir en apportant une réponse efficace à cette problématique. Ils entendent également ainsi s’aligner sur la directive européenne 2009/28/C, qui fixe à la France l’objectif de 23% d’énergies renouvelables dans sa consommation globale d’énergie brute à l’horizon 2020.

Le principe général consiste à récupérer le surplus d’énergie généré par l’éolien et de le transformer en hydrogène, un gaz combustible et stockable. Celui-ci sera ensuite réinjecté à la demande dans le réseau gazier existant en fonction des besoins. C’est ce que l’on connaît aujourd’hui sous le nom de « Power to Gas », qui fait déjà des émules en Allemagne et outre-Atlantique. Et les avantages sont nombreux : valorisation des énergies renouvelables, utilisation d’une infrastructure existante (celle du réseau gazier) et production d’électricité à la demande.

McPhy Energy ?

Entreprise française innovante, McPhy Energy fondée en janvier 2008, a développé un concept unique de stockage d’hydrogène solide sous forme d’hydrure de magnésium. Ces composés chimiques fournissent une densité bien plus importante qu’un gaz comprimé ou liquéfié et assurent un stockage, ainsi qu’un transport de l’hydrogène sécurisés, réversibles et d’un excellent rendement énergétique.

Les unités de stockage McPhy Energy offrent ensuite la possibilité de distinguer production et distribution pour mieux contrôler la qualité de l’énergie transmise. L’injection de cet hydrogène dans le réseau de gaz naturel constitue donc un véritable pont entre les réseaux d’énergies électriques et gaziers.

« C’est le premier projet structurant pour canaliser toutes les énergies produites en France et nous sommes fiers d’y participer. Notre rôle consistera notamment à maitriser et à lisser les fluctuations trop brutales de production d’hydrogène à partir d’énergies renouvelables, et ainsi de faire concorder l’offre et la demande. C’est aussi l’occasion pour nous de nous inscrire pleinement dans une filière d’avenir, qui nous permettra par la suite de dupliquer ce modèle dans des projets à l’international », souligne Pascal Mauberger, Président du Directoire de McPhy Energy.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Projet GRHYD : un vent d’innovation dans le réseau gazier français"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
fredo
Invité

interessant, mais imprecis ! quels sont les jalons (dates et objectifs de proportion hydrogen /methane ) de ce projet au long des 5 ans? Y a-t-il déploiement envisagé ensuite? Pourquoi inventer un carburant hybride nommé Hythane en utilisant McPhy, alors qu’on sait depuis belle lurette stocker en hydrures à température ambiante de l’hydrogène pur? McPhy est une techno très bien en stationnaire, mais est-ce une solution compatible en embarqué (température très élevée à maintenir)? à suivre…

Pas naif
Invité
Comme l’Allemagne a fini par avouer récemment qu’elle vendait à prix négatif ses rafales de production RnR temporaires aux pays voisins (pas à “perte” mais elle paye son client étrager pour accepter son énergie erratique…) et qu’elle se rend compte que ces mêmes pays voisins commencent à en refuser une grande partie (à cause des sévères perturbations dans leur réseau), alors il lui faut au moins un débouché vers une sortie à prix négatif dans le pays, voire une autre énergie un peu plus stockable: le Gaz. Le Danemark est depuis longtemps dans une telle situation envers ses exutoires naturels,… Lire plus »
Dan1
Invité

Remarquez bien que l’économie est bizarre : aujourd’hui des financiers payent la France pour qu’elle accepte d’emprunter leur argent. Bon aujourd’hui, c’est les soldes mais ça va pas durer ! Il va falloir rapidement envisager des solutions de masse pour stocker à long terme l’électricité…. et les Euros !

fredo
Invité

Il ne vous a pas échappé que l’hythane (GNV / hydrogène ) est un débouché carburant pour véhicule, je serai étonné qu’il soit proposé “à prix négatifs” comme vous dîtes. En plus, si les allemands nous payent bien l’électricité qu’ils nous vendent (!) pour fabriquer du carburant, de quoi vous plaignez vous? Bon, je vous laisse, je vais acheter une Fiat GNV !

Tech
Invité
moi je dis bravo, l’avenir est AVEC le stockage, toutes les formes de stockage. pour répondre à fredo l’hytane c’est du gaz avec de l’hydrogène, cela a déjà été discuté ici, le réseau de gaz peut supporter un certain pourcentage d’injection d’hydrogène, cela a été testé et ça marche, pourquoi s’en priver! et si les voitures peuvent utiliser l’hythane au lieu du gnv gplisé ou du méthane pourquoi s’en priver, d’ailleurs des essais d’injection de méthane dans le réseau de gaz ont aussi été fait! moi je pousserai même le bouchon plus loin, pourquoi les centrales nucléaires si elles sont… Lire plus »
wpDiscuz