Total renforce son portefeuille nigérien

Total annonce que sa filiale opératrice au Nigeria, Elf Petroleum Nigeria Limited (EPNL), a signé un accord avec la société nigériane Conoil Producing Limited pour une prise de participation de 40 % sur le permis offshore OML 136. Conoil, la plus importante compagnie pétrolière nigériane privée, détient les 60 % restants.

Les approbations nécessaires ont été obtenues auprès des autorités nigérianes.

L’OML 136, est situé à environ 60 kilomètres des côtes nigérianes par 80 à 300 mètres de profondeur d’eau. La superficie du permis est de 1 295 kilomètres carrés.

EPNL agira en tant que conseiller technique. Conoil, qui a démarré ses activités en 1990 et opère six permis dans le delta du Niger, reste l’opérateur de l’OML 136. Les deux compagnies conduiront ensemble les travaux complémentaires d’exploration, d’appréciation et de développement des découvertes.

Quatorze puits ont été forés sur ce bloc, conduisant à la découverte de deux importants champs de gaz, Toju et Akarino. L’appréciation du champ de Toju, suivie éventuellement de celle d’Akarino, devrait permettre de déterminer le potentiel du bloc en vue de son développement.

Cette acquisition s’inscrit dans le développement d’une stratégie gaz intégrée amont-aval visant à développer des ressources gazières susceptibles d’être valorisées dans des projets aval, notamment de production de gaz naturel liquéfié.

Au Nigeria, Total est actif dans le GNL avec ses participations dans Nigeria LNG (15 %) et le projet Brass LNG (17 %), et les projets de centrales électriques d’Obite et Afam notamment.

Cette prise de participation dans OML 136, qui fait suite à celle réalisée dans les OML 112 et 117 en 2006, permettra à Total de renforcer son portefeuille de production de gaz à terre et offshore au Nigeria.
 
Exploration & Production au Nigeria

Le Nigeria, où Total est présent depuis une cinquantaine d’années, constitue l’une des principales zones de croissance du Groupe en Afrique. Cette croissance repose sur les développements dans l’offshore conventionnel et profond ainsi que sur la mise en valeur des réserves de gaz, en particulier au travers des participations de Total dans NLNG (15 %) et dans le projet Brass LNG (17 %).

Avec cinq trains de liquéfaction actuellement en opération, la capacité de NLNG est de 17,7 Mt par an. Cette capacité sera portée à 21,7 Mt par an avec la mise en production du train 6. Au delà de 2010, le projet de septième train de NLNG, qui permettra de porter la capacité de l’usine à 30Mt, et le projet Brass LNG (10 Mt) devraient permettre de renforcer la position de Total comme un acteur majeur du GNL dans la région.

Total accompagnera la montée en puissance du GNL nigérian par le développement de ses productions de gaz. Initialement située à terre avec des participations dans OML 58 (40 %, opérateur) et SPDC (10 %), la production de gaz de Total s’est développée offshore, avec en particulier le développement d’Amenam gaz, entré en production fin 2006, et les projets Akpo et Ofon 2, dont la mise en production est prévue respectivement en 2008 et 2010.

Enfin, les découvertes réalisées sur OML 112/117 et l’entrée dans l’OML 136 complètent cette stratégie de développement des productions de gaz au Nigeria.

Le Groupe poursuit par ailleurs ses développements pétroliers en offshore profond. Total est partenaire sur Bonga (12,5 %) avec actuellement une production d’environ 200 000 barils par jour de pétrole. Le champ d’Akpo devrait démarrer en 2008 pour atteindre une production de 225 000 barils équivalent pétrole par jour au plateau.

Le lancement du développement du gisement d’Usan viendra renforcer la production en offshore profond du Groupe au Nigeria à l’horizon du début de la prochaine décennie. La découverte d’Egina, située sur l’OML 130, devrait également faire l’objet d’un pôle de développement indépendant ; une campagne d’appréciation est en cours.

Total poursuit son activité d’exploration et sa politique d’acquisition de permis en particulier dans l’offshore profond.

La production offshore de Total au Nigeria provient également des blocs OML99-100-102 opérés par Total dans le cadre de la Joint Venture NNPC-Total. Les principaux champs sont Amenam, Ofon et les champs autour d’Odudu.

Le développement de la présence de Total au Nigeria, conjuguée en particulier à la croissance des productions du Groupe, en particulier en Angola et au Congo (République du Congo), devrait permettre à Total de renforcer sa position comme l’un des leaders parmi les majors en Afrique.

 
 (src: CP – Total)
Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz