Une technologie de biorécupération de sols pollués

Des scientifiques de l’université d’Alcalá de Henares développent une technologie de biorécupération des sols contaminés destinée à neutraliser les concentrations en uranium et en métaux toxiques.

Ce projet repose sur l’étude des microorganismes présents dans le milieu naturel. Il est bien connu que l’activité de ces organismes est le mécanisme le plus efficace de réduction et de précipitation des métaux dans un environnement sédimentaire contaminé. Les chercheurs analysent ainsi le rôle des processus d’oxydoréduction des substances humiques et leur implication dans la réduction des autres métaux lourds présents dans les sols pollués. Leur objectif est de déterminer si la stimulation de l’activité de ces communautés microbiennes est une stratégie efficace pour la dépollution in situ des sols.

Les chercheurs se concentrent plus particulièrement sur l’étude de trois aspects fondamentaux : quels mécanismes biotiques ou abiotiques contribuent à la réduction des métaux, quelles communautés microbiennes participent à ces processus et quelle est l’influence des caractéristiques physico-chimiques des sols ?

Les chercheurs espèrent pouvoir développer une nouvelle technique de récupération des sols pollués moins coûteuse et plus respectueuse de l’environnement. L’intérêt de leur travail réside également dans la définition d’une méthodologie pour l’étude complète des écosystèmes affectés (paramètres géologiques, biologiques, chimiques et physiques), outil qui pourra ensuite être extrapolé à différentes zones polluées.

 
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/38801.htm
Cette information est un extrait du BE Espagne numéro 55 du 12/08/2006 rédigé par l’Ambassade de France en Espagne. Les Bulletins Electroniques (BE) sont un service ADIT et sont accessibles gratuitement sur www.bulletins-electroniques.com
Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz