Enerzine

La filière solaire réclame une nouvelle révision tarifaire

Partagez l'article

Mercredi dernier, les associations et syndicats qui représentent la filière solaire française ont réagi suite aux précisions apportées par le Ministère de l’écologie (MEEDDM) le 17 février sur les tarifs solaires 2010.

Ainsi, elles estiment que les indications sur le traitement des demandes en cours concernant les projets de petite et moyenne puissance (moins de 250 kW), vont "enfin dans le bon sens". Par contre, concernant les projets de forte puissance sur bâtiments ou au sol, elles déplorent que "rien ne semble prévu".

Elles réclament au minimum que "les projets qui étaient à un stade significatif d’engagement réel à la date de publication du nouvel arrêté, soit le 12 janvier 2010, puissent bénéficier des tarifs sur lesquels leur équilibre financier était bâti, faute de quoi de nombreux opérateurs sérieux et de bonne foi risquent de mettre la clé sous la porte".

Elles veulent également introduire une différence de traitement en fonction de la taille des projets, car entre entre une installation de quelques dizaines ou centaines de mètres carrés (quelques kW à quelques dizaines de kW) et un système de plusieurs dizaines, voire centaines, de milliers de mètres carrés (quelques MW à dizaines de MW), les coûts ne sont pas les mêmes.

Toujours selon les instances représentatives, les tarifs d’achat ne variant pas en fonction de la puissance, la taille des projets est un critère déterminant de leur rentabilité, même si ce n’est pas le seul. Aussi, pour elles, "il serait logique que l’arrêté tarifaire rectificatif introduise pour le proche avenir une dégressivité des tarifs en fonction de seuils de puissance, comme cela avait été proposé lors des négociations du printemps 2009".

Pour finir, les organisations réclament une révision du nouvel arrêté tarifaire dont "les objectifs doivent être d’abord de ne pas anéantir les investissements effectués depuis parfois plusieurs années par les porteurs de projets sérieux, ensuite de garantir un niveau de rentabilité correct à toutes les typologies et toutes les tailles de systèmes photovoltaïques et enfin d’assurer une bonne visibilité tarifaire aux acteurs de la filière, nécessaire pour leur permettre d’investir sereinement pour développer des solutions performantes".

APESI : Association des Producteurs d’Électricité Solaire Indépendants – www.apesi.fr
CLER : Association agréée protection de l’environnement qui regroupe professionnels des énergies
renouvelables et de la maîtrise de l’énergie – www.cler.org
Enerplan : Association professionnelle de l’énergie solaire – www.enerplan.asso.fr
Hespul : Association spécialisée dans le développement des énergies renouvelables et de l’efficacité
énergétique – www.hespul.org
Synaip : Syndicat national des installateurs du photovoltaïque – www.synaip.fr


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    3 Commentaires sur "La filière solaire réclame une nouvelle révision tarifaire"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Travailler pluy
    Invité

    dans le languedoc les maires ne veulent pas des panneaux solaires aux sol.cela ne leur rapporte rien sur leur compte.la taxe carbone tout le monde paie et cela ne fait pas de bruit…l’agriculteur en difficulte tout le monde s’enfout.plus d’implantation chez le particulier mais sur des terrains départementaux ,communeaux des ste d’intallateurs de paneaux photovoltaïque ferment.Ou va la france?

    Travailler pluy
    Invité

    dans le languedoc les maires ne veulent pas des panneaux solaires aux sol.cela ne leur rapporte rien sur leur compte.la taxe carbone tout le monde paie et cela ne fait pas de bruit…l’agriculteur en difficulte tout le monde s’enfout.plus d’implantation chez le particulier mais sur des terrains départementaux ,communeaux des ste d’intallateurs de panneaux photovoltaïque ferment.Ou va la france?

    Travailler pluy
    Invité

    dans le languedoc les maires ne veulent pas des panneaux solaires aux sol.cela ne leur rapporte rien sur leur compte.la taxe carbone tout le monde paie et cela ne fait pas de bruit…l’agriculteur en difficulte tout le monde s’enfout.plus d’implantation chez le particulier mais sur des terrains départementaux ,communeaux des ste d’installateurs de panneaux photovoltaïque ferment.Ou va la france?le chomage ,le chomage….

    wpDiscuz