“Le stockage de l’énergie électrique, une dimension incontournable”

Au-delà des différences d’opinions qui se sont exprimées autour du projet de loi relatif à la transition énergétique, l’intégration d’une plus grande part d’Energies renouvelables (EnR) dans le mix énergétique de la France rencontre un large accord dans notre pays et au sein du Conseil économique, social et environnemental (CESE).

Il convient néanmoins de trouver des réponses efficaces aux questions que pose leur intégration. Le stockage de l’énergie électrique en fait partie : il contribue à la stabilité du réseau, il permet de gérer l’intermittence de certaines EnR et, il est indispensable pour assurer l’essor rapide des véhicules électriques et s’attaquer de fait à l’une des sources majeures des émissions deCO2.

A l’approche de la COP21 et dans la perspective de réalisation du facteur 4, le CESE a identifié les différentes technologies de stockages existantes et insister sur les trois filières technologiques au cœur du débat (STEP, batterie et filière hydrogène) avant de dresser une liste de préconisations détaillées et inédites pour créer la dynamique indispensable à la diminution des émissions de CO2.

L’avis Le stockage de l’énergie électrique, une dimension incontournable de la transition énergétique a été présenté le 9 juin par son rapporteur M. Alain Obadia (Groupe des personnalités qualifiées), en présence du président de la section des activités économiques M. Jean-Louis Schilansky (Groupe des entreprises). Il a ensuite été soumis au vote de l’Assemblée Plénière du Conseil économique, social et environnemental et adopté avec 159 votes pour et 2 abstentions

RENOUVELER LES MODELES ECONOMIQUES ET FINANCIERS DU STOCKAGE DE L’ENERGIE ELECTRIQUE

Le stockage de l’énergie électrique est trop souvent perçu comme un coût pour la collectivité, car les bénéfices qu’il induit en termes de limitation des émissions de CO2 sont sous-évalués. Le CESE estime dès lors indispensable de fixer le prix des émissions de CO2 à la hauteur de leurs dégâts réels et demande que soit pris en compte l’ensemble des coûts économiques, sociaux et environnementaux de production et de distribution.

Dans cette même logique, le CESE recommande que soient évaluées les conséquences financières des différents scénarios existant en matière d’évolution des besoins énergétiques, d’intégration des énergies renouvelables variables, de mise à niveau du réseau et de besoins de stockage.

SOUTENIR LES POLITIQUES DE RECHERCHES ET FAVORISER LA CREATION DE PME INNOVANTES

En l’état actuel des connaissances, aucune des technologies-phares n’apparaît comme la solution universelle. Pour autant, dès lors que l’on considère que le stockage de l’énergie électrique est indispensable et qu’il s’inscrit dans notre avenir, il est important selon le CESE de ne déserter aucune des filières technologiques, ni de se laisser distancer dans une filière comme l’hydrogène à l’égard de laquelle la France a des atouts considérables. Autre filière technologique au cœur du débat, les Stations de transfert d’énergie par pompage (STEP) représentent aujourd’hui 99% de la capacité de stockage de l’énergie électrique dans le monde. Le CESE invite à les développer en conduisant préalablement des études d’impact et une concertation avec les populations concernées.

Fort du constat que le stockage fait l’objet d’un important effort de recherche autant en amont qu’en aval, le CESE estime nécessaire que celle-ci soit particulièrement soutenue et que les projets fassent l’objet d’un suivi et d’une priorisation pour concourir à l’objectif du facteur 4. A titre d’exemple, les recherches de rupture sur les batteries métal Air pourraient provoquer un saut technologique dans le domaine de la mobilité électrique.

En coopération avec le système de recherche, le CESE encourage par ailleurs la création de PME innovantes afin qu’elles sortent vivantes de la « vallée de la mort » souvent évoquée.

ENCOURAGER LES COOPERATIONS ENTRE LES DIFFERENTS ACTEURS

Dans le domaine des batteries, les sites de productions géants se situant pour l’essentiel en Asie, et compte tenu de la mutation du secteur automobile qui s’engage, l’Europe et la France ne peuvent être hors du jeu. L’organisation de synergies et de solidarités est donc indispensable dans ce secteur, comme pour l’ensemble des filières technologiques. L’organisation d’une concertation des acteurs concernés pour trouver une solution à la question du recyclage du lithium aujourd’hui bloqué car non rentable, illustre parfaitement la pertinence d’une telle préconisation.

Sur le plan européen, le Conseil souligne qu’il n’existe à l’heure actuelle aucun texte spécifique concernant le stockage, les initiatives étant soutenues dans un cadre plus large ou sur un plan bilatéral. Or, le CESE est convaincu que ces coopérations pourraient devenir beaucoup plus efficientes si une politique européenne de l’énergie fondée sur la réponse aux besoins et sur la préoccupation partagée du facteur 4 existait.

ELABORER UN CADRE JURIDIQUE ADAPTE AUX SPECIFICITES DU STOCKAGE

Le développement du stockage est indéniablement freiné par le défaut de cadre juridique adapté aux réalités, comme le souligne le CESE. En conséquence, le CESE soutient la disposition figurant dans le projet de loi sur la transition énergétique qui prévoit une réduction du Tarif d’utilisation du réseau de transport d’électricité (TURPE) pouvant aller jusqu’à 50% pour les installations permettant le stockage de l’énergie en vue de sa restitution ultérieure au réseau.

Plus globalement le conseil préconise qu’un cadre juridique clair national et européen soit élaboré pour le stockage et qu’un cadre réglementaire voie le jour quant à son intégration au sein des bâtiments, afin de pallier au manque de lignes directrices auquel font face les professionnels.

Enfin le CESE insiste sur l’importance de ne pas appliquer à des réalités nouvelles, des réglementations qui leur sont inadaptées, mais d’en créer des spécifiques. Les travaux de normalisation et de standardisation doivent de fait être amplifiés et accélérés pour que soit favorisée l’émergence de solutions sécurisées.

« Aucune approche technologique de stockage de l’énergie électrique ne pouvant à ce stade être écartée, la France et l’Europe doivent être présentes dans chacune d’elles. Pour notre pays, travailler et investir dans le domaine des STEP, des batteries et de la filière hydrogène semble particulièrement pertinent. C’est dès aujourd’hui que les technologies de stockage de l’énergie électrique doivent se développer pour contribuer à la décarbonation de la mobilité », souligne le rapporteur, Alain Obadia.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

80 Commentaires sur "“Le stockage de l’énergie électrique, une dimension incontournable”"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Tech
Invité

“Incontournable” je vous dis ;o)) donc qu’attend-t-on pour le rendre obligatoire pour chaque nouvelle production? et ne pas se limiter aux STEP, batteries et H

Tech
Invité

et H2 ! et ne pas oublier les autres stockages TOUS les stockage ont leurs avantages le stockage thermique, chaud ou froid est également pertinent! les roues d’inertie itou, l’air comprimé (les ressorts! les poids!) les super condo ou bobines etc

Sicetaitsimple
Invité

“donc qu’attend-t-on pour le rendre obligatoire pour chaque nouvelle production? ” Bah on attend certainement que vous remplaciez Ségolène Royal, je ne vois que cette explication…. Ceci dit, je n’ai pas cherché le rapport, mais pour faire plus creux et langue de bois dans ce que nous en rapporte Enerzine, faut être fort…..

Pastilleverte
Invité
bien évidemment une absolue nécessité face aux enr inermittentes, ie solaire direct ou indirect (dont éolien) Comme toute politique énergétique, il n’y a pas une solution miracle, mais il faut “tuner” finement pour obtenir le meilleur mix, en tenant compte à la fois du technique, de l’économique et des situations locales, tant au niveau sociologique que “géographique” (les STEP sont plus pertinents dans des régions “vallonnées”….) Enfin, vivement qu’arrive la COP21 qui va sauver la monde de l’apocalypse climatique, car, par pitié, arrêtons de s’obnubiler sur le CO2, et parlons simplement de changements de comportements ou d’un nouveau mix énergétique.… Lire plus »
Verdarie
Invité
Tech. Pour rendre obligatoire le stockage encore faudrait-il savoir lequel ? Vous avez remarqué qu’ils ne sont pas tous identiques et que de ce fait ils peuvent représenter des coûts et des risques insupportables pour les sociétés qui devraient les mettre en oeuvre ? Et puis il y a l’existant, celui qu’on développe et celui qui reste à inventer ? Imposer un modèle implique une part de responsabilité de celui qui l’impose. Plutôt que d’imposer, je pense qu’il est plus intéressant de favoriser. En tout cas c’est dans ce sens que je lis cet article ! Mon seul regret c’est… Lire plus »
Tech
Invité

je n’impose pas le moyen, seulement une certaine part fonction de la nouvelle puissance installée et de sa place dans le réseau. à 6CT Sego n’est pas pire que d’autres! et pour la langue de bois je suis d’accord ;o)) le CESE n’ a entendu que ceux qui parlaient le pus fort!

Nicias
Invité

le CESE soutient la disposition figurant dans le projet de loi sur la transition énergétique qui prévoit une réduction du Tarif d’utilisation du réseau de transport d’électricité Halte à la diarrhée des subventions ! Ils parlent au début de mettre un pris au carbone “à la hauteur de ses dégats réels” (Sic, lesquels ?). C’est suffisant, si on pratique la vérité des prix, il n’y aucune justification pour des subventions.

Verdarie
Invité
Nicias Favoriser le stockage est dans l’intérêt du pays ! Imaginez que si votre véhicule ne possèdait pas de réservoir de stockage,(batterie,carburant) vous ne pourriez vous déplacer que ……….pendant le jour ou quand il fait du vent ? Or ce que voudraient sans doute les pouvoirs publics, c’est développer une offre de stockage qui réduirait la part production et qui permettrait une meilleure répartition de la distribution sur l’ensemble du territoire. Mais là, je crois qu’ils essayent encore une fois, de faire passer la charrue avant les boeufs. Car les investisseurs et industriels on bien compris que les offres actuelles… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

le rapport n’est pas encore disponible sur le site du CESE.

lr83
Invité

Bah, en France le stockage ne sert à rien car notre beau pays n’installera pas avant longtemps une puissance d’EnR suffisante pour le justifier. Et puis, on a l’EPR et paraît même qu’on va faire plein de centrales de 3, 4, 5ième génération avec un truc miraculeux : la troisième brule les déchets de la seconde, la quatrième brule celle de la troisième, etc … 🙂

Sicetaitsimple
Invité

sauf que c’est le contraire…..On nous parle (dans le projet de LTE) de réduire la part de nucléaire à 50% de la production à l’horizon 2025, et en même temps on nous dit que c’est vachement urgent de développer le stockage? Cherchez l’erreur…..

Gd70
Invité

“car notre beau pays n’installera pas avant longtemps une puissance d’EnR suffisante pour le justifier” C’est pourquoi,quand il y aura une puissance d’EnR suffisante pour le justifier,le prix du stockage aura eut le temps de descendre à 2 cents d’€ le Kwh,pareil pour le Kwh PV et 3(ou 3.5) cents d’€ pour le Kwh éolien.Finalement,ça vaut le coup d’attendre.On sera gagnant.

Lionel-fr
Invité
Le modèle du stockage consiste à accumuler de l’énergie pas chère pour la restituer lorsque son prix est au plus haut.. Ce n’est pas qu’une question d’EnR. Même les barrages ont des limites de production. Si vous avez de quoi les seconder à 19h , vous payez vos salaires. Dans les pays riches , France en tête, les réseaux sont très développés et ils feront tout ce qu’ils peuvent pour empècher un nouvel arrivant, fût-il vertueux. Le stockage s’installe donc lentement “par dessus” le hardware déjà installé, il fait “double-emploi” jusqu’à progressivement se rendre indispensable. En Attendant, pour qu’il se… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

pour une fois, beaucoup de points d’accord sur l’analyse de Lionel. Notamment le fait que l’évolution des réseaux (notamment interconnexions), des caractéristiques du parc de production “classique” et des mécanismes de marché au niveau européen ( market coupling) repoussent en permanence le besoin et la rentabilité du stockage physique. Un jour, certainement, ça deviendra indispensable, mais ce n’est pas pour tout de suite.

lr83
Invité

Mais tout le monde dit qu’installer des EnR sans prévoir de solution de stockage est une stupidité. La conclusion est donc simple : il ne faut surtout pas installer d’EnR et de stockage. La seule solution est donc d’installer massivement du nucléaire. CQFD. Laissons donc les autres pays (en fait, disons plutôt le reste du monde) poursuivre leur évolution vers une autonomie énergétique et développer les technologies d’avenir. Nous, on a déjà tout ce qu’il faut !:

Sicetaitsimple
Invité
“Mais tout le monde dit qu’installer des EnR sans prévoir de solution de stockage est une stupidité. ” A part Tech, je ne vois pas qui dit ça! “Travailler sur des solutions de stockage”, c’est tout-à-fait différent de “développer massivement du stockage”, notamment si on pense non pas à du “stockage”, mais à de nouveaux usages type VE. Je pense qu’en fait beaucoup de discussions inutiles viennent de ce problème de vocabulaire, la confusion entre: – du secours, qui n’est pas du stockage – de la régulation de réseau ( typiquement 1/2h de capacité à puissance nominale) qui n’est pas… Lire plus »
lr83
Invité

De l’art de couper les cheveux en quatre ou de faire du sophisme. Disons plus simplement et plus directement qu’il faut développer tout ce qui ne risque pas de nuire à l’industrie nucléaire. Donc exit le vilain stockage “de masse” (en clair celui lié au “surplus” des EnR) mais pas de problème pour les “bons” stockages (sous-entendu, ceux qui pourront être alimentés par nos centrales). CQFD.

Sicetaitsimple
Invité
Si vous voulez, je vais la refaire en “business model”. – le “secours”, ça a la valeur d’une assurance ( ce n’est pas Tech qui va me contredire) – la gestion de réseau, ça a la valeur de la qualité du produit (tension, fréquence, coupures), ce n’est pas forcément très facile d’en quantifier la valeur mais il y en a une. – les nouveaux usages (VE,…), ça a la valeur que leur attribuent les nouveaux utilisateurs et ce qu’il sont donc prêts à payer pour ça. -le stockage le vrai, ça n’a que la valeur entre le prix de l’électricité… Lire plus »
Gd70
Invité

Mais le vilain stockage “de masse”,celui lié au “surplus” des EnR,s’il était bon marché,pourrait tout aussi bien être alimenté par nos centrales nucléaires. Pour l’instant,il est considéré comme trop honéreux,aussi bien pour les EnR que pour le nucléaire.Plus tard,s’il devient “chip”,il sera utilisé aussi bien par le nuke que par les EnR.

Dan1
Invité
Je rappelle juste que les capacités annuelles de stockage des STEP, c’est moins de 2 % de la production nucléaire annuelle : Avec une participation de 2 % en moyenne annuelle, ça n’a pas énormément amélioré le rendement global des centrales nucléaires. En revanche, ça a significativement participé au maintien instantané de la qualité de l’électricité en absorbant les pics horaires de demande. L’adapatation du parc nucléaire aux variations annuelles de demande est essentiellement réalisé par la mise en maintenance du parc au moment où la demande est la plus faible. Avec cette programmation, la France parvient très bien à… Lire plus »
lr83
Invité
Vous dites : “le stockage le vrai, ça n’a que la valeur entre le prix de l’électricité à l’entrée et celui à la sortie, tenant compte du rendement et des coûts de l’installation. Le produit qui en sort est strictement équivalent à celui qui y rentre techniquement, c’est pas vraiment poétique..” Ben je suis pas vrairment d’accord car pour moi, le stockage le vrai, permet d’assurer du secours (par exemple en cas de perte du réseau à cause d’une tempête), permet de soutenir les réseaux (typiquement pour passer tranquillement les pointes) et permet d’alimenter les nouveaux usages (et plus généralement… Lire plus »
Gd70
Invité

Il me semble que pour Sicétaitsimple(et de nombreux autres),les questions vraiment dérangeantes sont surtout relatives au prix que les clients devraient payer leur électricité(bien plus chère),si on développait actuellement(à son prix actuel)le stockage massif,avec l’ampleur que vous voudriez lui voir atteindre.

Lionel-fr
Invité
On touche à une question existentielle de l’IA lorsque les critères influent les uns sur les autres. Lorsqu’il s’agit d’un mix, c’est facile, j’enlève des GW ici, je les remplace par là. Mais entre les anciens modèles de production/consommation et les nouveaux, il y a des critères fonctionnellement interdépendants. Cela veut dire que la modification d’un critère influe non plus sur la valeur d’un autre mais sur sa signification. Ainsi vous ne pouvez pas vraiment distinguer la régulation de réseau et le stockage ni associer les cos phi avec les condensateurs. Car les onduleurs pilotés sont capables de refaire des… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
Je ne parle ici que du stockage “commercial”, c’est-à-dire celui qui stocke pour reinjecter. Le stockage “privé”, “individuel”, comme vous voulez l’appeler ,qui ne réinjecte pas sur le réseau, a ses propres modes de valorisation, c’est son problème, mais je comprends bien qu’on puisse pour la protection de ses données, la continuité de son activité, le stockage de son PV, etc ..en avoir envie ou besoin et le valoriser fortement. C’est un problème privé ou individuel dont la collectivité n’a pas à connaitre.Un “Tesla pack” accroché dans le garage est certainement très valorisant pour certains,chacun a le droit de dépenser… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
Oui, c’est à peu près ce que vous dites. Malgré les trépignements de certains, il n’y a juste pas de besoin supplémentaire de stockage de masse d’électricité ( au sens défini au-dessus) aujourd’hui dans un ensemble comme l’Europe continentale. Bien sur on peut en faire si on veut gaspiller de l’argent, il est toujours possible de subventionner un business non rentable. Mais il y a certainement des façons plus efficientes de dépenser de l’argent public ou celui des consommateurs dans le domaine de l’énergie. C’est bien entendu différent dans d’autres parties du monde et dans certains territoires dont notamment nos… Lire plus »
Tech
Invité
étonnant peut être, mais globalement d’accord avec vos analyse !!! la seule chose que vous ne mentionnez pas est le passage de l’innovation à la consommation de masse. il y a une foultitude de gens qui ont un Iphone+ un I pad, plus une Iwatch, plus un Iqqchose ;o)) et ceux qui les ont acheté n’ont rien demandé à personne et puis arrive le petit frenchy avec les Wiko qui apporte avec un peu de retard les mêmes fonctionnalités mais pour beaucoup moins cher et ainsi de suite, pour le stockage ce sera pareil et c’est pour cela qu’il ne… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Ou avez vous vu que je dénigrais le Tesla Pack? Au contraire, je pense être le premier sur Enerzine ( il faudrait que je retrouve) à m’étonner du prix annoncé et à dire qu’à ce prix là s’il était confirmé ça allait cartonner (ou quelque chose comme ça). Encore une fois dans la sphère privée les gens font ce qu’ils veulent, je n’ai absolument aucun problème avec le stockage individuel du moment que je ne cotise pas pour celui de mon voisin.Et si un jour j’en ai envie ou besoin, je ne vois pas pourquoi mes voisins cotiseraient…

Lionel-fr
Invité
Je suis en désaccord avec ça. L’Europe a besoin de 200 GW de stockage pour une énergie stockée d’au moins 500 TWh. Les centrales charbon ferment , le gaz pose de vraies questions politiques, nombre de centrales nukes ne seront pas renouvelées. On a besoin de smart-grid et de stockage , de supprimer les fossiles, d’une réserve de puissance pour les vagues de froid et d’exporter des technologies. L’export de nucléaire est compromis, l’export d’EnR se résumera à des parts de marché assez faibles dans l’éolien. L’hydrogène est une opportunité pour la planète aussi bien que point de vue chimie… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

L’Europe a besoin de 200 GW de stockage pour une énergie stockée d’au moins 500 TWh. Vous avez lu ça où? Réferences SVP.

Sicetaitsimple
Invité

à la question: hors hydraulique existant bien entendu. Donc je reformule : où avez vous lu que l’Europe aurait besoin de 200GW et 500TWh de capacité de stockage supplémentaire? Et à quelle échéance?

Sicetaitsimple
Invité
pour le Tesla pack, c’était le 5 mai: N’importe quoi On va dire que c’est dommage qu’Enerzine ai choisi un succédané ( Sunvie?) plutôt que de faire référence à l’annonce initiale d’Elon Musk, à laquelle j’avais fait allusion Dimanche. Ca démarre très fort avec un “Lafleur” inutilement agresif qui nous dit qu’on va recharger une Tesla avec les 7 ou 10 malheureux kWh stockés dans la journée dans cette batterie, puis ça diverge… Je répète ce que j’ai dit Dimanche, si Elon Musk ( et/ou ses concurrents) arrive à sortir 10kWh à 3500$ à la fin de l’année avec une… Lire plus »
Lionel-fr
Invité
J’ai du boulot ce week end , on ne fera pas la polémique. M’enfin où trouverez vous les GW des centrales charbon fermées ? Où trouverez vous les 35% de gaz russe qui transite par l’Ukraine ? Celui de southstream ? Celui de la mer du nord ? En Algérie ? non ! En Norvège ? non ! A Dunkerque qui vient d’ouvrir son terminal GNL ? peut-être mais ce sera pas le même prix, d’ailleurs ce ne sera plus jamais le même prix qu’en 2015 ! Où trouverez vous les GW des centrales nukes qui ne seront pas remplacées… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Bon, si vous avez du boulot vous êtes excusé, on va même vous remercier de nous consacrer tout ce temps! Mais plutôt que de nous faire 30 lignes de géopolitique de mes deux, dites nous plutot pourquoi il faudrait 200GW et 500TWh de stockage supplémentaire en Europe, et à quelle échéance, ce sera plus rapide!

Sicetaitsimple
Invité

200GW et 500TWh….. Pour le coup Energiestro est disqualifié! Mais bon, Lionel va nous expliquer et nous donner ses sources dès qu’il en aura terminé avec le relief en temps réel…..

Lionel-fr
Invité

que viennent faire vos parties intimes dans tout cela ? Ai-je écrit quelque chose qui est faux ? on n’a pas besoin de GW à cause des centrales qui ferment et de combustibles qui coutent des vies humaines, des guerres ? Avez vous compris que le gaz sibérien sera livré en Chine dés 2018 ? vous pouvez faire l’ignare ou l’inculte mais ya quand même beaucoup de légèreté dans votre comportement. Vous n’etes pas imunisé contre la guerre, ni la bankeroute

Dan1
Invité

A Lionel. Il me semble que quand on a du boulot, ailleurs que sur Enerzine, on fait des réponses factuelles et concises, pas des romans de digression à chaque réponse. Mais je ne suis pas un spécialiste du boulot. M’enfin question à courte réponse : “L’Europe a besoin de 200 GW de stockage pour une énergie stockée d’au moins 500 TWh.”Où avez-vous vu cela écrit ?

Sicetaitsimple
Invité

Remarquez, si jamais ce besoin s’avère exact, pour ce qui concerne la France on a une solution…. (à partir du 13/07 à 19h40)

lr83
Invité

C’est vraiment triste de voir de si brillants esprits totalement sclérosés par une mono pensée nucléaire. Histoire de vous ouvrir un peu l’esprit, le dernier rapport PV du Fraunhofer : (âme sensible s’abstenir !).

Lionel-fr
Invité
C’est écrit sur le forum d’Enerzine 3 posts plus haut ! L’Europe a besoin de compenser les centrales à charbon qu’elle ferme. Ces centrales ont été parfois utlisées en backup des EnR , vous nous le dîtes à longueur de post. On a suspecté certains pays de vouloir remplacer le charbon par du nucléaire mais il semble que le nucléaire nouveau soit durablement en panne (une histoire de couts , de délais, de cuves, de conception , de façon de penser, de lobbiing, notamment). En outre , le nucléaire en backup est nettement plus cher que le nucléaire en base.… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Bon, on va donc faire 500TWh de stockage d’électricité en Europe, c’est Lionel qui l’a dit. Vous comprenez au moins ce que vous dites? C’est pour quand la fin du programme de construction?

Sicetaitsimple
Invité
Dans les dix ans qui viennent, le charbon qui ferme,pas tant que ça en “net” compte-tenu des unités mises récemment ou à mettre en service en Allemagne, Pays-Bas et Pologne sera compensé en énergie par du renouvelable et du gaz, et en puissance par du gaz pour l’essentiel déjà construit mais très peu utilisé du fait de la crise. L’exception devrait être le Royaume-Uni où les fermetures annoncées sont importantes et qui va certainement construire des centrales gaz pour assurer ses besoins en puissance, sachant qu’Hinckley point si Hinckley Point il y a arrivera certainement après. Aucun besoin de stockage… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

J’ai oublié sur la période nos 12GW de nucléaire allemand, pour qui ce sera la même compensation (renouvelable+gaz+plus peut-être un peu de charbon/ lignite sous réserve que le gouvernement ne mette pas un cap sur la production charbon/lignite pour respecter ses engagements CO2 2020 + une réduction du niveau des exports. Très compliqué à court terme de faire du stockage quand on se prive dans le même terme d’une production régulière de 90TWh/an à faible coût marginal….

pierreerne
Invité

Au lieu de se contenter de citer les différents moyens de stockage de l’énergie en ajoutant que celui-ci est incontournable, le Conseil Economique Social et Environnemental (CESE) aurait servi à quelque chose s’il avait décrit les avantages et les inconvénients de chacun des systèmes (mais le CESE n’est peut être pas l’organisme le plus compétent pour le faire) et surtout s’il avait eu le courage de déclarer très simplement qu’à l’heure actuelle, la mission est carrément impossible et que ce n’était pas une question de coût, sauf pour les irresponsables. Ça aurait eu l’avantage de remettre les pendules à l’heure.

Sicetaitsimple
Invité
Pour donner à réfléchir à Lionel… Un des problèmes avec un développement à marche forcé du stockage (au sens stockage commercial tel que je l’ai défini plus haut), c’est que plus il y en a, plus ça rabote son moteur qui est le différentiel temporel des prix de gros de l’electricité. Je l’ai souvent dit pour les interconnexions (“l’interconnexion tue l’interconnexion”), un projet d’interconnexion ne trouve sa rentabilité que par le différentiel de prix moyen entre les deux pays qu’il relie. Mais le jour ou il est mis en service, ce différentiel de prix moyen chute, ce qui n’est pas… Lire plus »
Lionel-fr
Invité
Le problème c’est que les politiques sont comme vous, ils adorent mettre leur grain de sel un peu partout Mais contrairement à vous , ils ont les moyens de le faire… Malgré le respect que je porte à mes ancêtres , la France , on s’en fout complètement. Elle sera l’hôte de COP21 et va se la péter comme une malade, mais c’est tout. Le syndrome tout-nuke n’existe pas dans les salons internationaux Votre voisin riche auquel vous faites des courbettes veut éradiquer le charbon ,le lignite, le gaz et même le nuke. Ca fait un peu mastoc non ?… Lire plus »
Dan1
Invité

Bon admettons que le besoin de stockage soit de 500 TWh pour intégrer les enr, cela veut dire que les coûts annoncės étaient largement minorés. Il faut donc bien raisonner en coûts systémiques.

Sicetaitsimple
Invité

C’est que soit lr83 un peu plus haut, soit Lionel ci-dessus voudraient dire que je parle de nucléaire (francais) alors que je n’ai parlé que de stockage depuis le début! J’ai juste évoqué la fin du nucléaire allemand qui est bien entendu une très mauvaise nouvelle à court terme (disons 10ans) pourle stockage commercial en Allemagne. Vérifiez! Mais quand il s’agit de parler de stockage,au-delà du blabla c’est la fuite et il n’y a plus personne…. Alors Lionel, ces 200GW et 500TWh, vous nous expliquez?

Dan1
Invité

La France bien doté a 7 TWh, de step. Il en faudrait 500… c’est pas gagné !

Dan1
Invité

Les Allemands vont éradiquer le charbon, le lignite, le gaz, le nucléaire… et pour l’instant, ils ont un mmix énergétique à 88% fossile + fissile.

Lionel-fr
Invité
haha voilà Dan1 qui repart comme en 40 sur les coûts cachés .. Un peu de poudre de perlimpimpin sur les cuves de l’EPR et hop ! “C’est un scandâle !” “on nous cache tout on nous dit rien !” Et 6ct qui se défend de parler de nuke tout en affirmant que le stockage est une perte d’argent .. /fin du sketch (applaudissements) La France n’est pas le problème ni la solution, les 500TWh sont eu-ro-pé-ens . Il n’y a pas de gouvernance française sur ces questions, les sous sont ailleurs, les décisions aussi .. Air liquide vend plus… Lire plus »
wpDiscuz