New Delhi se fait prier pour le « gazoduc de la paix »

Une nouvelle fois, New Dehli se fait distante par rapport au projet de gazoduc qui doit relier l’Iran, le Pakistan et l’Inde, tout en réaffirmant sa volonté d’y participer.

Alors que l’Iran et le Pakistan mettaient la touche finale au contrat qu’il signeront dans un mois, l’Inde se faisait prier par l’Iran de confirmer sa volonté de participer au projet de gazoduc.

"Je ne pense pas que nous les attendrons plus de trois ou quatre mois", a déclaré le directeur exécutif de la société iranienne d’exportation de gaz (NIGEC), Nosratollah Seifi.

L’Inde a réagi en réaffirmant mardi sa bonne volonté vis-à-vis d’un projet qui promet le transport de 30 millions de m3 de gaz par jour.

"Avant la prochaine réunion tripartite, une rencontre bilatérale entre l’Inde et le Pakistan est nécessaire pour prendre une décision sur les tarifs d’acheminement (du gaz) et sur une position commune à propos de la clause de révision des prix proposés par l’Iran", a néanmoins nuancé Murli Delora, ministre du pétrole indien.

En septembre dernier, l’Inde avait deux fois de suite manqué des négociations d’experts, à cause de divergences avec le Pakistan. Son absence avait été imputée aux tarifs de transit sur son territoire demandés par le Pakistan, et surtout aux pressions subies de la part des Etats-Unis.

Ceux-ci voient d’un mauvais oeil cette coopération gazière avec l’Iran. Et pourrait mettre dans la balance la signature d’un accord sur le nucléaire civil avec l’Inde.

 
(src : Agences)
Partagez l'article

 



         

Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
  Souscrire  
Me notifier des